Scott Speed gagne deux fois et relance le championnat

L’Américain a remporté les deux manches disputées ce week-end sur le port de Los Angeles alors que les principaux candidats au titre accumulaient les déconvenues.

Ce dernier week-end a décidément été faste pour Volkswagen Motorsport. Outre les trois titres (pilotes, copilotes et constructeurs) conquis en WRC lors du Rallye d’Australie, Scott Speed a remporté ses deux premières victoires de la saison en GRC à Los Angeles.

La Beetle engagée par Andretti Rallysport s’est enfin montrée à la hauteur des promesses qu’elle avait laissé entrevoir – avec des performances de tout premier ordre mais aussi beaucoup de pépins mécaniques.

Speed s’était certes imposé à son volant hors championnat lors des X Games d’Austin au printemps, et son équipier Tanner Foust avait remporté la première des deux manches disputées à Daytona. Mais ce n’était rien par rapport à la domination que les deux pilotes – Speed en particulier – ont exercé samedi et dimanche en Californie.

Speed invaincu les deux jours

L’ex-pilote Toro Rosso en F1 a remporté toutes les manches qualificatives, demi-finales et finales auxquelles il a pris part au fil du week-end, revenant à 13 points de Ken Block au championnat alors que son retard s’élevait à 99 points avant ce double rendez-vous.

Foust, pour sa part, s’est classé 2e de sa demi-finale puis encore 2e de la finale derrière son équipier samedi, avant de remporter sa demi-finale et de terminer 3e de la finale derrière ce même Speed, donc, et la Ford de Brian Deegan.

Ce fut un week-end fantastique,” a déclaré le double vainqueur. “Évidemment, on a souffert un petit peu en début de saison mais avec un nouveau programme comme celui-ci, on n’est pas à la merci de problèmes et nous en avons eu.”

Je pense que nos Beetle sont rapides et fiables, et je nous vois désormais comme une menace réelle au championnat.”

Week-end noir pour Block

Menace pour qui ? Avant tout pour Ken Block bien sûr, qui a connu son pire week-end de la saison jusque-là pour ne pas dire le pire de ses cinq années passées en Global Rallycross Championship.

Victime d’un accrochage, puis un tête-à-queue et enfin un choc avec le rail – à chaque fois dès le premier virage – respectivement lors de ses manches qualificatives puis de celle de repêchage le samedi, il n’a même pas atteint les demi-finales.

Deuxième de sa demi-finale derrière Speed le lendemain mais bon dernier en finale en raison d’un souci de direction sur sa Fiesta, il a vu son avance au championnat fondre comme neige au soleil.

Eriksson et Piquet, les galériens

Cela ne s’est pas beaucoup mieux passé pour Sebastian Eriksson et Nelson Piquet Jr, ses suivants directs – mais à bonne distance – au championnat en arrivant à Los Angeles.

Le Suédois d’une équipe Olsbergs un peu à la peine en ce moment (en témoignent les 9e et 8e places du Champion en titre, Joni Wiman), tout comme en FIA World RX d’ailleurs, a lui aussi vu sa journée de samedi s’arrêter au stade de la manche de repêchage dans laquelle il a été victime d’un accrochage.

Seulement 4e de sa demi-finale le deuxième jour, il a encore dû passer par le repêchage afin de décrocher son ticket pour une finale qu’il a conclue en 8e position derrière... Piquet, justement, puis 7e après la disqualification de ce dernier.

Le Brésilien, vainqueur de la manche précédente à Washington DC, avait également atteint la finale du samedi (après une 2e place en demi-finale, sa seule satisfaction du week-end) mais n’avait pu se classer mieux que 8e sur la ligne.

Résultat des courses : Eriksson n’a repris que six points à Block sur l’ensemble du week-end et perd sa place de dauphin au championnat au profit de Scott Speed. Piquet, pour sa part, en a repris quatre et en compte désormais 64 de retard sur le leader, ayant vu Speed mais aussi un Patrik Sandell très régulier ce dernier week-end (3e samedi et 4e dimanche) l’éloigner du podium provisoire.

À trois manches de la fin de saison (deux à la Barbade le week-end des 3-4 octobre et une à Las Vegas le 7 novembre), le suspense est à son comble au championnat où c’est un duel qui s’annonce entre un Scott Speed que l’on pourrait supposer inarrêtable et un Ken Block qui, sans nul doute, vendra chèrement sa peau.  

Finale manche 8 (samedi)

 PiloteTeam/VoitureÉcart
1 Scott Speed Andretti/VW 7:09.991
2 Tanner Foust Andretti/VW 0.934
3 Patrik Sandell Herta/Ford 3.847
4 Sverre Isachsen Subaru USA 6.578
5 Steve Arpin Ganassi/Ford 7.068
6 Brian Deegan Ganassi/Ford 11.789
7 Travis Pastrana Subaru USA 15.042
8 Nelson Piquet Jr SH Racing/Ford 15.341
9 Joni Wiman Olsbergs/Ford 17.492
10 Bucky Lasek Subaru USA NP

Finale manche 9 (dimanche)

 PiloteTeam/VoitureÉcart
1 Scott Speed Andretti/VW 7:10.669
2 Brian Deegan Ganassi/Ford 1.158
3 Tanner Foust Andretti/VW 3.548
4 Patrik Sandell Herta/Ford 3.670
5 Steve Arpin Ganassi/Ford 7.177
6 Travis Pastrana Subaru USA 10.188
7 Sebastian Eriksson Olsbergs/Ford 13.453
8 Joni Wiman Olsbergs/Ford 29.477
9 Ken Block Hoonigan/Ford 1 tour
10 Nelson Piquet Jr SH Racing/Ford DQ

Classement championnat

 PiloteTeam/VoiturePts
1 Ken Block Hoonigan/Ford 328
2 Scott Speed Andretti/VW 315
3 Sebastian Eriksson Olsbergs/Ford 292
4 Patrik Sandell Herta/Ford 290
5 Nelson Piquet Jr SH Racing/Ford 274
6 Tanner Foust Andretti/VW 265
7 Steve Arpin Ganassi/Ford 264
8 Joni Wiman Olsbergs/Ford 239
9 Austin Dyne Herta/Ford 222
10 Brian Deegan Ganassi/Ford 154
A propos de cet article
Séries Global Rallycross , World Rallycross
Événement Los Angeles
Type d'article Résumé de course
Tags andretti, beetle, block, piquet, speed