Speed - "La plus grande émotion de ma carrière"

partages
commentaires
Speed -
Par : Jean-Philippe Vennin
11 oct. 2016 à 11:45

L'ancien pilote Toro Rosso a remporté pour la deuxième année consécutive le championnat américain de rallycross le week-end dernier à Los Angeles, au terme d'une lutte qui a duré jusqu'aux derniers mètres de la dernière course.

Scott Speed, Andretti Autosport Volkswagen
Le vainqueur Scott Speed, Andretti Autosport Volkswagen
Scott Speed, Andretti Autosport Volkswagen
Scott Speed, Andretti Autosport Volkswagen
Tanner Foust, Andretti Autosport Volkswagen
Tanner Foust, Andretti Autosport Volkswagen
Scott Speed, Andretti Autosport Volkswagen
Tanner Foust, Andretti Autosport Volkswagen
Scott Speed, Andretti Autosport Volkswagen
Podium : le vainqueur Brian Deegan, Ford, le 2e Scott Speed, Andretti Autosport, le 3e Patrik Sandell, Bryan Herta Rallysport
Scott Speed, Andretti Autosport Volkswagen
Scott Speed, Volkswagen
Tanner Foust, Volkswagen
Scott Speed, Volkswagen
Le 1er Scott Speed, Volkswagen
Brian Deegan, Ford

Scott Speed était opposé pour le titre à son équipier chez Volkswagen Andretti Autosport, Tanner Foust, qui avait dominé la première partie de la saison avec quatre victoires, avant qu'il prenne lui-même l'initiative en signant trois succès consécutifs durant l'été. Le double Champion 2011-2012 arrivait à Los Angeles, pour les deux dernières manches disputées sur un nouveau circuit dans le quartier portuaire de San Pedro, avec 13 points d'avance sur Speed.

Celui-ci a réduit l'écart à 11 unités dès les manches qualificatives du samedi, ayant dominé la sienne tandis que Foust devait s'incliner face à la Honda de son ancienne équipe, Olsbergs MSE, pilotée par le Champion 2014, Joni Wiman. Speed allait ensuite faire la loi dans sa demi-finale, tandis que le leader du championnat était en quelque sorte sauvé par le gong : mal parti, celui-ci n'occupait que la quatrième place quand sa “demie” fut interrompue en raison d'un incident plus loin dans le peloton. Il réussit bien mieux son deuxième départ et ne laissa à personne le soin de s'imposer, maintenant ainsi l'écart.

Pour conclure la journée, Speed domina l'avant-dernière finale de la saison et ramena l'écart à six petits points entre les pilotes des deux Volkswagen Beetle de Michael Andretti - vêtues de rose pour cette fin de saison. Suivaient les Ford Fiesta des pilotes Ganassi, Steve Arpin et Brian Deegan, ainsi que celle de Patrik Sandell engagée par Bryan Herta. C'est trois pilotes, arrivés en Californie avec une chance mathématique de coiffer les pilotes VW pour le titre, l'avaient cependant perdue après avoir rencontré leur lot de problèmes ce samedi.

Quand on ne connaît pas d'ennui mécanique ou d'incident [en piste], on se qualifie premier ou second et on y reste”, déclarait Speed samedi soir, faisant référence à la domination des deux “coccinelles” qui comptaient alors huit victoires - quatre pour chacun de leurs pilotes - en dix manches. “Aujourd'hui, on a eu une journée propre avec la voiture. Elle a marché à 100% tout le temps, et quand c'est comme ça, c'est globalement la plus rapide. Aujourd'hui c'était très évident et demain sera très excitant, c'est sûr !”

Deegan bouscule Foust

Dimanche, justement, Foust a d'abord repris l'initiative en dominant la manche qualificative dans laquelle les désormais deux seuls prétendants s'affrontaient directement, contrairement à la veille. Speed, devancé par Wiman au départ, ne repassait le Finlandais que sur la fin à l'occasion des passages par le tour Joker - qui, aux États-Unis, est davantage un raccourci qu'un détour comme en World RX. L'écart remontait à sept points.

Les duellistes ne se sont en revanche pas retrouvés en demi-finale. Cela s'est bien passé pour Speed, devancé durant toute la sienne par Wiman mais qui est parvenu à le dépasser à deux virages de l'arrivée pour s'imposer et engranger le maximum de points. Beaucoup moins bien pour Foust qui, après un bon envol, s'est fait bousculer par Deegan au premier virage puis s'est encore retrouvé dans la mêlée au suivant pour chuter en quatrième position.

Il a ensuite dû passer deux fois en piste ce même Deegan, avant et après leur passage par le tour Joker, à quelques mètres de la ligne d'arrivée, afin de finir troisième. Mais une pénalité pour un petit contact qui avait déséquilibré la Fiesta, juste avant ce dernier dépassement, l'obligeait à passer par la manche de repêchage, qu'il remportait afin de décrocher son ticket pour la finale. Son avance n'était plus que de quatre points...

Seulement sixième sur la grille, à l'extérieur de la deuxième ligne, alors que Speed était en pole, Foust a gagné trois places avant le premier virage et se retrouvait accroché aux basques de son équipier lui-même devancé par Sandell au départ. Speed a repassé le Suédois deux tours avant l'arrivée avant de se faire “avoir” au même moment par Deegan qui était le dernier du groupe de tête à emprunter le tour Joker. Mais sa deuxième place lui permettait, Foust n'étant que quatrième, de coiffer la couronne avec six points d'avance.

C'est la journée la plus chargée en émotion de toute ma carrière”, a assuré Speed. “À la mi-journée, j'étais résigné à finir deuxième. Par chance pour nous, Tanner s'est retrouvé plus loin, ce qui nous a donné un peu d'air. J'ai été en mesure de passer Sandell, tout le monde a piloté proprement aujourd'hui et j'ai pu gagner le titre.”

Proprement ? Foust n'était pas forcément d'accord concernant Deegan, finalement troisième du championnat, après la demi-finale...

Prochain article Global Rallycross
Une catégorie électrique en GRC à l'horizon 2018

Previous article

Une catégorie électrique en GRC à l'horizon 2018

Next article

Cinq pilotes pour un titre, ce week-end à Los Angeles

Cinq pilotes pour un titre, ce week-end à Los Angeles

À propos de cet article

Séries Global Rallycross
Événement Los Angeles
Pilotes Scott Speed , Tanner Foust
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Résumé de course