Ocon, vainqueur sous investigation, désapprouve la VSC

partages
Ocon, vainqueur sous investigation, désapprouve la VSC
Par : Benjamin Vinel
22 août 2015 à 19:06

B.V., Spa-Francorchamps - La voiture de sécurité virtuelle (VSC) a joué un rôle majeur dans la course d'aujourd'hui en GP3, à Spa-Francorchamps.

Esteban Ocon, ART Grand Prix
Esteban Ocon, ART Grand Prix
Esteban Ocon, ART Grand Prix
Esteban Ocon, ART Grand Prix
Le deuxième, Esteban Ocon, ART Grand Prix
Esteban Ocon, ART Grand Prix

La direction de course a en effet fait usage de la VSC à trois reprises lors de la course de 40 minutes : lorsque Jann Mardenborough a eu son impressionnant accident dans le Raidillon, lorsque Beitske Visser a immobilisé sa Trident en bord de piste et lorsque Seb Morris et Pål Varhaug se sont accrochés aux Combes.

Même les pilotes de premier plan se sont fait piéger : lors du dernier restart, le leader du championnat Luca Ghiotto n'a pas ré-accéléré tout de suite et s'est fait dépasser, perdant des points précieux. Esteban Ocon, quant à lui, a ré-accéléré trop tôt avant de piler lorsqu'il s'est rendu compte de son erreur. N'ayant pas gagné de temps dans la manœuvre, il demeure toutefois sous investigation des commissaires à l'heure où ces lignes sont publiées.

Ocon reste néanmoins satisfait de sa victoire, un beau succès qu'il attendait depuis son premier lors de la course d'ouverture de la saison, à Barcelone.

"Pas mal," a-t-il déclaré à Motorsport.com au sujet de sa course, "surtout le premier tour, c'était très bon. On a réussi à prendre un super départ et à se mettre en bonne position au premier virage et à y rester pendant tout le tour. Après, ça a été difficile avec les virtual safety cars de gérer les restarts, parce que c'est nouveau. Après, j'ai réussi à gérer."

Une VSC pas adaptée au GP3?

Le pilote ART se montre toutefois assez véhément à l'encontre de la voiture de sécurité virtuelle, pas adaptée au GP3 selon lui.

En effet, contrairement au GP2 et à la F1, le GP3 ne dispose pas d'écrans sur les volants, et les pilotes doivent donc se fier aux panneaux situés en bord de piste pour en savoir davantage sur la VSC, notamment quant à la reprise de la course. C'est ainsi que de nombreux pilotes, Ocon compris, se sont fait piéger aujourd'hui.

"J'avais mon ingénieur qui me parlait tout le temps à la radio, et du coup, j'avais les informations," ajoute-t-il. "C'est vrai que ce n'est pas simple, parce qu'on ne voit pas du tout les panneaux, en fait! Du coup, ça part d'un coup, ce n'est pas bon. Il faut vraiment faire quelque chose car c'est vraiment aléatoire. Si le gars derrière arrive à voir le panneau, il est avantagé."

Ocon est tout de même parvenu à résister à la pression de Ghiotto, puis Bernstorff. Conservera-t-il sa victoire? On le lui souhaite.

Prochain article GP3
Exclu : Interview avec Frédéric Vasseur

Previous article

Exclu : Interview avec Frédéric Vasseur

Next article

Le nouveau moteur GP3 expliqué par Mecachrome

Le nouveau moteur GP3 expliqué par Mecachrome

À propos de cet article

Séries GP3
Événement Spa-Francorchamps
Lieu Spa-Francorchamps
Pilotes Esteban Ocon
Équipes ART Grand Prix
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités