Peugeot n'exclut pas d'engager la 9X8 en IMSA sous un autre nom

Peugeot semble avoir ouvert la porte à ce que la 9X8 court en IMSA, potentiellement sous le nom d'une des autres marques du groupe Stellantis.

En 2023, Peugeot fera son grand retour en Endurance et mettra fin à une pause de douze ans. Le constructeur français avait indiqué plus tôt ce mois-ci que son engagement en tant que marque concernerait uniquement le Championnat du monde d'Endurance (WEC) et qu'elle ne courait pas en IMSA, le principal championnat d'Endurance nord-américain, car Peugeot ne vend pas de voitures aux États-Unis.

"Si nous courons en Amérique, il faut que ce soit une marque qui soit vendue en Amérique", a déclaré le patron du sport automobile de Stellantis, Jean-Marc Finot. "Nous avons des marques européennes qui sont vendues en Amérique et des marques américaines qui le sont également, ce qui signifie que c'est très ouvert."

Lire aussi :

Finot a souligné que le groupe Stellantis, issu de la fusion de PSA et de Fiat Chrysler au début de l'année, possède un portefeuille de 14 marques. Parmi celles-ci figurent le constructeur américain Dodge, ainsi que Maserati et Alfa Romeo. Tous ont des modèles qui sont vendus aux États-Unis.

Si le groupe devait s'engager dans la catégorie de pointe du championnat IMSA, il modifierait la carrosserie de la 9X8 tout en conservant ce que Finot a décrit comme la "plateforme technique" ou la "colonne vertébrale" de la voiture. Il a toutefois souligné que l'idée de faire courir l'une des marques de Stellantis en IMSA n'avait pas encore été discutée car les nouvelles concernant la convergence pour 2023 ne sont que "très récentes".

"Nous n'avons reçu l'annonce de la convergence entre LMH et LMDh qu'il y a une semaine", avait-il déclaré lors de la manche du WEC de Monza le week-end dernier, où le showcar 9X8 était présent. "Actuellement, nous ne pensons pas à cela : notre activité principale est de nous concentrer sur le programme actuel."

Finot a en tout cas exclu que l'une des marques de Stellantis se lance dans l'IMSA avec un prototype LMDh. "Pour nous, il serait pertinent de conserver une LMH car la voiture est déjà conçue. Tous les coûts de développement sont déjà amortis : nous ne pensons pas que les coûts d'exploitation de LMH seraient plus élevés que ceux de LMDh."

partages
commentaires
Ferrari espère rouler avec son Hypercar en IMSA
Article précédent

Ferrari espère rouler avec son Hypercar en IMSA

Article suivant

Lamborghini envisage le LMDh pour 2024

Lamborghini envisage le LMDh pour 2024
Charger les commentaires