L'Inde aussi a ses femmes pilotes

Au cours des dernières années, on a vu plusieurs femmes percer en sport automobile, que ce soit comme pilotes, ingénieurs ou même directrices d’écuries. L’Inde ne fait pas exception à la règle.

Le sport automobile est encore en plein développement en Inde, mais on perçoit certains signes encourageants et plusieurs pilotes indiens sont engagés dans des catégories internationales. Dans un sport encore largement dominé par les hommes, quatre jeunes filles tentent leur chance en Inde.

Quatre filles aux parcours différents

En série JK Tyre Formula LGB, on retrouve Sneha Sharma et Mira Erda, qui court aussi en championnat de karting Rotax JK Tyre. En catégorie de voitures de tourisme Volkswagen Vento Cup, on retrouve deux sœurs, Neha Dabas et Ria Dabas.

Âgée de 24 ans, Sneha vient de Mumbai et a commencé à courir en 2007 quand elle fut détectée par Rayo Racing. Après avoir stoppé la course automobile pour poursuivre sa véritable carrière de pilote de ligne au sein de la compagnie Indigo, elle y est revenue en 2014. Cette saison, elle alterne entre le cockpit des avions et celui de la voiture de compétition. Quant à Mira, elle a commencé à courir en 2010, et depuis a remporté plusieurs coupes en karting national et international. Elle a aussi effectué ses débuts en monoplaces.

Les sœurs Neha et Ria viennent de Delhi et on commencé à courir à un niveau professionnel cette saison. À 24 ans, Neha est une athlète. Elle fait partie des équipes nationales de basketball et de natation. Sa sœur Ria, 22 ans, est aussi une athlète de haut niveau.

Pourquoi la course automobile?

Sneha, qui admire Ayrton Senna et Lewis Hamilton, affirme que ce sont les sensations fortes et la fascination pour ces machines qui l’ont poussé à piloter avions et voitures de course. Mira était dévorée par la passion de la vitesse quand elle a commencé à courir à l’âge de 9 ans. Elle désire prouver au monde entier que les femmes peuvent aussi réussir en course automobile.

“Toute jeune, j’ai décidé de courir. Je voulais assouvir ma passion et prouver que je pouvais battre les garçons dans un sport dominé par les hommes”, a-t-elle expliqué à Motorsport.com.

Neha et Ria ont toujours été fascinées par les voitures et les motos. Leur père, un ancien pilote de chasse, leur a appris à conduire et leur a transmis sa passion. “Ne soit pas distraite par la peur des blessures. Demeure concentrée sur ton objectif de victoire”, dit Neha en citant son père.

Neha ajoute qu’elle aurait bien voulu devenir pilote de chasse elle aussi, mais qu’elle s'est heurtée à l’interdiction de l’armée indienne d’avoir des femmes pilotes. Elle s’est donc tournée vers la course automobile

Se battre tous les jours

Le sport automobile est difficile pour les hommes, alors imaginez pour les femmes, surtout dans un pays où les hommes sont particulièrement blessés lorsqu’ils sont dominés par des femmes. Il y a aussi cette vision, très archaïque, que les femmes ne devraient même pas conduire de voitures. Alors quant à piloter des bolides de course…

“Souvent, je suis la seule femme en piste avec des hommes. Et quelques uns n’acceptent vraiment pas ma présence. Alors, il n’aiment pas perdernt contre moi ou même travailler avec moi”, de dire Sneha. “Mais avec le temps, j’ai réussi à combattre ces préjugés et une fois mon casque enfilé, je ne suis qu’un autre compétiteur.”

Mira dit avoir rencontré beaucoup de problèmes à ses débuts.

“Mes rivaux ont tout fait pour me démoraliser et me distraire. Ils me poussaient hors piste durant les courses”, a-t-elle raconté. “Mais je suis toujours restée calme et concentrée sur ma course. Je crois que cela leur a démontré qu’ils avaient tort.”

L’argent, toujours l’argent

En plus d’être des femmes, toutes les quatre font face à un ennemi bien connu en sport automobile : l’argent.

“On le sait : le sport auto coûte cher. Je n’ai pas suffisamment de sponsors pour atteindre mon potentiel”, affirme Sneha. “Jusqu’à maintenant, je n’ai couru que dans des catégories qui étaient accessibles ou sponsorisées par JK Tyre. Je finance mes courses avec l’argent que je gagne avec mon métier.”

Les jeunes femmes savent aussi que la condition physique joue un rôle primordial en sport automobile, et Sneha y consacre beaucoup d’efforts. Elles ajoutent que le soutien de leurs amis et de leurs familles est crucial. Neha et Ria précisent aussi bénéficier des conseils précieux du pilote indien Aditya Patel et de ceux de Rayomand Banajee de Rayo Racing.

L’avenir

Même si elles en sont au début de leurs carrières respectives, les quatre jeunes femmes aspirent à représenter, un jour, leur pays sur la scène internationale.

Senha veut courir dans la catégorie sénior de la Formule BMW du championnat JK Tyre. Son but est de courir en monoplace en Europe. Mira désire par-dessus tout devenir la première Indienne à courir en Formule 1. Elle voudrait aussi courir en endurance ou en voiture de tourisme à un niveau international.

Neha et Ria, qui accumulent actuellement de l’expérience en Vento Cup, voudraient bien courir sur la scène internationale un jour, elles aussi.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Indian Open Wheel , Touring
Pilotes Neha Dabas , Sneha Sharma , Mira Erda , Ria Dabas
Type d'article Contenu spécial
Tags femmes, inde, pilote