IndyCar
06 juin
-
06 juin
Événement terminé
02 juil.
-
04 juil.
Événement terminé
10 juil.
-
12 juil.
Prochain événement dans
11 Heures
:
40 Minutes
:
42 Secondes
C
16 juil.
-
18 juil.
Prochain événement dans
6 jours
C
Mid-Ohio
07 août
-
09 août
Prochain événement dans
28 jours
21 août
-
23 août
Prochain événement dans
42 jours
C
Gateway
28 août
-
30 août
Prochain événement dans
49 jours
C
Portland
11 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
63 jours
C
Laguna Seca
18 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
70 jours
C
Grand Prix d'Indianapolis 2
03 oct.
-
03 oct.
Prochain événement dans
85 jours
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
105 jours

La fidélité d'Alonso envers McLaren a joué dans sa décision

partages
commentaires
La fidélité d'Alonso envers McLaren a joué dans sa décision
Par :
3 mars 2020 à 15:30

Fernando Alonso a expliqué les raisons derrière son choix de piloter pour Arrow McLaren SP au mois de mai, afin de tenter de se qualifier pour les 500 Miles d'Indianapolis.

Un an après une expérience ayant tourné à la farce, Fernando Alonso s'apprête à tenter de nouveau l'expérience des 500 Miles d'Indianapolis avec McLaren. L'équipe britannique a cette fois conclu un partenariat de grande envergure avec l'équipe Schmidt Peterson Motorsports, afin de former l'écurie Arrow McLaren SP, qui participera à la saison complète.

Lire aussi :

Si les rumeurs, alimentées par Michael Andretti lui-même, amenaient plutôt Alonso vers Andretti Autosport, l'Espagnol affirme que McLaren a toujours été un choix, dès les débuts de sa réflexion. Mais un retour au sein de l'équipe qui lui a permis de mener 27 tours de course en 2017 était forcément une idée très intéressante.

"Je savais que mon contrat d'ambassadeur McLaren se terminait fin 2019, donc je n'avais pas d'obligations de courir pour McLaren en 2020. Mais bien sûr, je resterai toujours en contact avec eux pour des projets futurs. Il est vrai que j'ai regardé d'autres options. Piloter pour Andretti comme en 2017 était l'un de mes choix principaux...", a-t-il expliqué.

"Je pense qu'en novembre, au GP d'Abu Dhabi, j'ai dit plus ou moins que mes options pour l'Indy 500 étaient tout d'abord de courir, car je voulais une nouvelle chance, et peut-être que le choix était entre Andretti et McLaren, avec leur nouveau projet avec Schmidt Peterson. C'était ce à quoi je pensais à la fin de l'année dernière. Ensuite j'ai piloté au Dakar, et il y a eu une préparation assez intense. J'ai attendu jusqu'à la fin du mois de janvier pour avoir des conversations approfondies afin de finaliser les plans pour l'Indy 500. Et à partir de ce moment-là, deux semaines plus tard, je suis arrivé à un accord avec McLaren et avec une nouvelle équipe qui sera clairement mieux préparée que l'an dernier."

La préparation de McLaren en vue des 500 Miles d'Indianapolis avait en effet été un parcours semé d'embûches, que ce soit l'absence d'un volant lors des premiers tests au Texas, ou une réparation plus longue que prévue après un accident car le deuxième châssis n'avait pas la bonne teinte d'orange... Cette fois-ci, la voiture frappée du numéro 66 de Fernando Alonso sera engagée au sein d'un effort global de trois voitures, avec à ces côtés deux rookies, Patricio O'Ward et Oliver Askew.

"Je pense qu'avoir été une équipe à une seule voiture était un grand désavantage pour nous l'an dernier. Nous avons eu des soucis. Nous n'avions pas vraiment le niveau que nous voulions lors des premiers tests, et nous n'avions pas beaucoup d'informations. Cette année avec trois voitures, même si vous passez une mauvaise journée, vous apprenez beaucoup des deux autres voitures."

"Donc je pense que ce sera un avantage, et puis l'équipe n'est pas nouvelle, [Schmidt Peterson] étant en IndyCar depuis très longtemps, et je pense que toutes leurs connaissances seront très profitables avec les choses que McLaren peut ajouter au projet. C'était un projet qui m'existait déjà. La décision finale n'a pas été simple car entre Andretti et McLaren, les gens pensent qu'Andretti peut être plus compétitif, peut-être que certains penseront que c'est McLaren, et c'est quelque chose qui est difficile à savoir avant la course."

Lire aussi :

Le double Champion du monde de Formule 1 a également tenu à mettre en avant le sens de la fidélité qu'il ressent envers McLaren, une équipe pour laquelle il a piloté en 2007, et de 2015 à 2018 : "Vous savez, je fais un peu plus confiance à ce projet, et j'ai le sens de la fidélité envers McLaren et nos fans qui, comme nous, avaient de grands espoirs l'an dernier alors que nous n'étions pas là le week-end de la course. J'ai une espèce... non pas d'obligation, mais une sensation que nous devons donner quelque chose en retour, et cette année nous allons nous y employer."

"La fidélité que j'ai pour McLaren, quand il faut prendre une décision comme celle-là, c'est la même chose que ma fidélité pour Toyota ces deux dernières années. Je pense que McLaren m'a tellement donné sur les cinq dernières années que je veux pouvoir partager cela."

Alors que le peloton de l'IndyCar a pu tester les machines munies du nouvel Aeroscreen sur le Circuit des Amériques, Fernando Alonso devra patienter jusqu'au 30 avril. L'Espagnol pourra toutefois tester le simulateur de Chevrolet à Charlotte, mais seule la piste pourra lui apporter quelques réponses concernant les sensations à l'intérieur du cockpit.

"J'ai bien sûr hâte de tester la voiture pour voir si le cockpit est confortable, au niveau de la ventilation, de la visibilité... J'ai des points d'interrogation dans ma tête, j'ai hâte d'y répondre, mais je ne pense pas que ça affectera la performance. [Mon expérience en] prototype au Mans aidera aussi au niveau de la visibilité, pour que les yeux s'adaptent vite."

Article suivant
Alonso ouvert à d'autres courses IndyCar, avant ou après les 500 Miles

Article précédent

Alonso ouvert à d'autres courses IndyCar, avant ou après les 500 Miles

Article suivant

15 épreuves reportées ou annulées dans l'Histoire

15 épreuves reportées ou annulées dans l'Histoire
Charger les commentaires