Bourdais : L'Indy 500 "presque trop facile" pour Alonso

partages
commentaires
Bourdais : L'Indy 500
Guillaume Navarro
Par : Guillaume Navarro
14 juin 2018 à 18:10

Sébastien Bourdais estime que Fernando Alonso a disposé d'une situation en or pour jouer les premiers rôles lors de son unique participation à l'Indy 500, en 2017, avant d'embarquer dans une expérience similaire au Mans avec Toyota.

Fernando Alonso, Andretti Autosport Honda
Fernando Alonso, Andretti Autosport Honda
Fernando Alonso avec le Borg-Warner Trophy
Fernando Alonso moule son baquet
Fernando Alonso, Andretti Autosport Honda
Sébastien Bourdais, Dale Coyne Racing Honda
Drapeau à damier : #68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Joey Hand, Dirk Müller, Sébastien Bourdais
Podium LMGT Pro : les vainqueurs #68 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Sébastien Bourdais avec le président exectutif de la Ford Motor Company, Bill Ford Jr.

G.N., Le Mans - Les pilotes titulaires en F1 ayant pris le pari de se lancer dans une participation aux 24 Heures du Mans sont rares dans l'Histoire récente. Nico Hülkenberg est entré dans les annales en remportant l'édition 2015 avec l'équipe Porsche LMP1 lors de sa seule et unique participation à ce jour, tandis que Sébastien Bourdais avait cumulé en 2009 son programme Toro Rosso F1 avec une tentative dans la Sarthe sur l'un des proto Peugeot, avec moins de chance que l'Allemand. Cette année, Fernando Alonso va encore plus loin, en menant en parallèle la saison complète F1 avec McLaren et la saison WEC − dont les 24 Heures du Mans − avec le team Toyota LMP1.

Bourdais s'est aligné sur quatre autres éditions de la fameuse course mancelle depuis 2009 et a remporté la victoire en catégorie GTE Pro au volant de la Ford GT en 2016, avant de manquer l'édition 2017 qui se tenait seulement quelques semaines après son lourd crash des qualifications de l'Indy 500, où il avait affiché un rythme faisant de lui l'un des favoris de l'édition.

L'éclectique Français salue la passion et la motivation de Fernando Alonso, qui prouve selon lui qu'il est un vrai enthousiaste.

"Je pense que c'est tout à son honneur. Ça montre, comme quand il a fait Indy, que c'est un vrai passionné de sport auto et qu'il attache une importance particulière à l'héritage et à ce que ça signifie. C'est vachement noble de sa part, je trouve", confie-t-il dans un entretien accordé à Motorsport.com.

Le Manceau admet par ailleurs que la décision d'Alonso de se lancer à la quête de l'Indy 500 l'avait "énormément étonné". En revanche, le niveau de performance atteint par le double Champion du monde F1 ne l'avait pas spécialement impressionné.

"Non. Toutes les voitures Andretti sont capables de gagner et il est arrivé l'année parfaite dans un produit qui était extrêmement bien développé, extrêmement bien contrôlé", note le pilote Dale Coyne Racing. "La preuve, mon ingé qui bossait chez Andretti est arrivé avec ce qu'il savait et on a démoli tout le monde jusqu'à ce que je ne me démolisse moi-même ! Quand ils nous ont vu arriver, ils se sont tous inquiétés, avec un avion de chasse comme ça."

Le contexte dans lequel Alonso est arrivé en IndyCar, même en qualité de rookie, était plus que favorable, selon Bourdais.

"Fernando, je veux dire… il sait tourner le volant ! Il sait mettre le pied au fond et tourner le volant, donc non, je n'étais pas du tout étonné. L'auto était tellement exceptionnelle que franchement, c'était même presque trop facile ! Mais là, cette année, je pense que s'il était venu, il aurait vu que ça pouvait aussi être assez redoutable, par moments, les ovales. Là, on a eu un gros changement de politique au niveau du kit aéro et des charges, et ce n'était plus du tout, du tout à fond ! Même en qualifs, c'était compliqué [rires] !"

Bourdais court cette semaine après un second sacre au Mans en GTE Pro, à bord de l'équipage Ford du team Ganassi USA. Il est associé dans la Ford GT #68 à Joey Hans et Dirk Müller. Le trio totalise 20 départs aux 24 Heures du Mans.

Prochain article IndyCar
Brown : Le retour de McLaren en IndyCar doit "cocher toutes les cases"

Previous article

Brown : Le retour de McLaren en IndyCar doit "cocher toutes les cases"

Next article

L'IndyCar ne retournera pas à Phoenix en 2019

L'IndyCar ne retournera pas à Phoenix en 2019
Charger les commentaires