IndyCar
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé

De Ferran : "L'expérience la plus douloureuse" de ma carrière

partages
commentaires
De Ferran : "L'expérience la plus douloureuse" de ma carrière
Par :
20 mai 2019 à 12:00

Le directeur sportif de l'écurie McLaren est évidemment très déçu suite à la non-qualification de Fernando Alonso pour la 103e édition des 500 Miles d'Indianapolis.

L'aventure de McLaren à l'Indy 500 a donc tourné au fiasco, avec de multiples problèmes techniques, un accident et une non-qualification ce dimanche. Gil de Ferran et Fernando Alonso ont ensuite dû affronter les journalistes en conférence de presse, après le passage du Fast 9 et la pole position de Simon Pagenaud.

Le directeur sportif de McLaren, qui a remporté l'épreuve en 2003, était évidemment déçu : "C'était une expérience très émouvante et difficile, pas seulement pour moi mais pour toute l'équipe. Je veux m'excuser et remercier les fans, pas seulement aux États-Unis mais autour du monde, qui nous ont suivi. J'ai lu beaucoup de super messages. Merci, et je suis désolé que nous ne soyons pas dans l'Indy 500."

Lire aussi :

Dans les minutes qui ont suivi l'élimination d'Alonso à la toute dernière seconde par Kyle Kaiser, beaucoup de fans et d'observateurs se sont demandés si McLaren n'avait pas sous-estimé le défi de l'Indy 500. Gil de Ferran assure que ça n'a pas été le cas.

"C'est un sport très difficile. Nous n'avons clairement pas sous-estimé le défi. Nous savions qu'il allait être très difficile, j'ai déjà été ici par le passé. J'ai vu des gens incroyables ne pas se qualifier pour la course. Nous savions vraiment à quel point ça allait être difficile."

"En 35 ans de course, c'est l'expérience la plus douloureuse que j'ai eu à affronter. Il y a tout un tas d'émotions qui se mélangent, nous sommes des compétiteurs. Nous respectons cet endroit, c'est l'un des défis les plus difficiles en sport automobile. J'aurais envie de revenir demain, je veux me battre. C'est incroyablement douloureux."

Le pilote de la McLaren-Chevrolet numéro 66, Fernando Alonso, s'est lui montré fataliste mais lucide, expliquant qu'il n'y avait simplement pas la vitesse nécessaire dans le châssis de réserve qu'il a dû utiliser. C'est en effet la voiture de réserve de Max Chilton qu'il a tenté de qualifier, son premier châssis ayant été endommagé dans l'accident de mercredi.

"Nous n'étions pas rapides, pas seulement aujourd'hui [dimanche]. Nous avons eu du mal pendant toute la semaine. Ces quatre tours en qualifs, vous êtes à fond [sur l'accélérateur]. Il n'y a pas vraiment quelque chose d'incroyable à piloter. Tant que vous ne relâchez pas le pied droit, c'est plus ou moins la vitesse de la voiture qui vous place, ou le moment de la journée [où vous faites le run]. Mais [samedi], nous avons fait plusieurs runs toute la journée, si la voiture avait été assez rapide ça aurait dû passer, mais ça n'a pas été le cas."

Lire aussi :

L'écurie britannique a tout tenté pour placer sa voiture dans le peloton, notamment avec des amortisseurs fournis par Andretti Autosport, mais rien n'a pu augmenter la vitesse de la monoplace orange. Alonso l'affirme, lui aussi a tout donné.

"J'ai fait de mon mieux, à chaque tentative. J'ai piloté avec du survirage sans lever le pied, avec du sous-virage sans lever le pied... j'ai même eu une crevaison [lors de son premier run, samedi] et là, bon, j'ai dû lever le pied dans le dernier virage car je ne pouvais pas le prendre sinon."

"[Dimanche] nous sommes sortis avec une expérience que l'on a tenté dans la nuit. Nous avons tout changé sur la voiture car nous pensions qu'il nous fallait quelque chose de différent pour arriver en course avec de la confiance."

Pas question d'acheter une place

La confiance, et la place dans la course, ne sont donc pas arrivées. Et si évidemment les spéculations ont vite débuté quant au fait de voir McLaren acheter une place dans le peloton, De Ferran a rapidement mis un terme aux rumeurs.

"Nous ne le ferons pas. Nous voulons mériter notre place dans le peloton", a-t-il affirmé, en écho aux propos de Zak Brown, juste après la séance : "Nous reviendrons nous battre. Nous ne voulons pas acheter notre place, tout le monde peut le faire. Nous voulons y arriver au mérite", expliquait-il à l'Associated Press.

Article suivant
Pagenaud : Gratifiant d'être "l'homme le plus rapide du monde" !

Article précédent

Pagenaud : Gratifiant d'être "l'homme le plus rapide du monde" !

Article suivant

Bob Fernley quitte le programme IndyCar de McLaren

Bob Fernley quitte le programme IndyCar de McLaren
Charger les commentaires