Ericsson vainqueur à Detroit après la frayeur Rosenqvist

Marcus Ericsson a remporté son premier succès en IndyCar au terme de la première course du Grand Prix de Detroit 2021. Une course marquée par l'énorme accident de son compatriote Felix Rosenqvist, hospitalisé par précaution.

Au départ, Pato O'Ward conserve les commandes devant Alexander Rossi, Romain Grosjean et Ed Jones. Le Français, obligé de défendre sur son équipier, laisse rapidement filer le duo de tête. Les premiers arrêts ont lieu dès le quatrième tour, avec O'Ward parmi les premiers pilotes à y passer, Rossi l'imitant quelques instants plus tard. Grosjean se retrouve alors aux commandes provisoirement.

Des incidents surviennent dans ces moments-là : Hunter-Reay touche le mur et brise sa roue arrière gauche alors que Newgarden est renvoyé en piste avec un pneu, arrière gauche là aussi, visiblement mal attaché. Il perd cette roue dans une échappatoire, heureusement à faible vitesse et sans danger pour quiconque, et repasse par les stands, ressortant à un tour. Grosjean s'arrête peu après, laissant la tête à Jones, mais pas très longtemps car le natif de Dubaï est débordé successivement par Power, Sato et Dixon.

Lire aussi :

Dans la remontée du peloton, Rossi parvient à prendre l'avantage sur O'Ward pendant que la tête de course change à nouveau de mains et revient à Dixon qui dépasse Power sur la piste. Le Néo-Zélandais est l'un des quatre pilotes qui ont démarré en pneus durs (noirs). Il est à noter qu'au jeu des arrêts, Bourdais a pris l'avantage sur Grosjean mais les deux hommes peinent bien plus que d'autres au cœur du peloton.

Après le 18e des 70 tours, Dixon possède une dizaine de secondes d'avance sur un quatuor composé de Power, Sato, Rosenqvist et Hinchcliffe, disposant eux-mêmes d'une avance de quasiment dix secondes sur un peloton emmené par Pagenaud. Le Japonais et le Suédois s'arrêtent à la fin de cette boucle, l'Australien à la fin de la 20e. Plus surprenant, Grosjean, qui était englué dans le peloton, s'arrête également, alors que Pagenaud plonge dans la pitlane au 21e tour.

Énorme accident pour Rosenqvist

Au 25e tour, un énorme accident survient. Rosenqvist tire droit et à haute vitesse, visiblement victime d'un problème d'accélérateur, dans un mur de pneus qui borde le muret de la piste de Belle Isle, à l'extérieur du virage 6. Le choc est si violent que la voiture monte sur une partie de la barrière, que des pneus sont envoyés par-dessus le grillage et que le mur en béton recule de quelques dizaines de centimètres, voire tombe pour une partie de celui-ci.

Lire aussi :

Le drapeau jaune est immédiatement brandi, suivi quelques minutes plus tard par un drapeau rouge, alors que les services de secours s'affairent autour du pilote qui était clairement conscient après l'incident. Le Suédois est évacué avec précaution sur un brancard avant d'être transporté en ambulance au centre médical. Les premières informations sont très positives sur son état, même s'il est envoyé dans un hôpital pour des examens plus approfondis.

Quasiment une heure et demie après cet accident et au terme de longues réparations, la course est relancée sous Safety Car. Plusieurs pilotes, dont le leader Dixon et son dauphin Hinchcliffe, passent par les stands. Power se retrouve aux commandes devant Ericsson, Sato, Pagenaud et VeeKay. Le drapeau vert est de nouveau brandi à partir du 32e tour.

Duel en tête

Pagenaud est vite submergé par VeeKay puis par Jones avant de subir la pression d'un duo composé de Grosjean et Dixon. Les deux hommes passent au 34e tour mais la lutte entre Tricolores se solde par une crevaison à l'avant droit pour l'ancien pilote Haas F1 qui passe directement pas les stands et est renvoyé en queue de peloton. O'Ward parvient ensuite à prendre à son tour l'ascendant sur Pagenaud.

Aux avant-postes, Ericsson est dans les échappements de Power pendant de longs tours alors que derrière les écarts s'agrandissent peu à peu. Dixon, en pneus rouges, est en souffrance et finit par rentrer dans les stands alors qu'il pointait au neuvième rang en fin de 43e boucle. Beaucoup de pilotes passent par les stands dans les tours qui suivent, dont les leaders puisque VeeKay s'arrête au 47e tour, suivi par Power et Ericsson au 48e.

Cela permet à O'Ward de retrouver les commandes avec une dizaine de secondes d'avance sur Rahal et 15 sur Ferrucci, mais pas longtemps car le Mexicain passe au stand à la fin du 50e passage. Une fois Rahal et Ferrucci dans les stands, la tête de la course revient au trio Power-Ericsson-VeeKay qui va selon toute vraisemblance se disputer la victoire.

Comme avant la dernière salve, Ericsson parvient à rester proche de Power mais pas assez pour pouvoir tenter une manœuvre. Le trafic se montre coopératif à l'approche des leaders et ne perturbe pas la lutte intense entre les deux hommes de tête ; VeeKay pour sa part est à 1"8 de Power, légèrement en retrait, à une dizaine de tours de l'arrivée.

C'est justement le moment que choisit Power pour hausser le rythme : Ericsson suit mais VeeKay est décroché instantanément et voit Sato revenir sur ses talons. Le Japonais passe à sept tours de la fin, profitant d'un retardataire un peu lent à la détente pour prendre l'avantage sur le Néerlandais.

Powerless

Dans le 54e tour, Grosjean sort de piste et percute un mur à une vitesse relativement limitée. Le Français sort seul et indemne de sa voiture, mais la direction de course décide d'interrompre à nouveau l'épreuve au drapeau rouge, à cinq tours de l'arrivée.

Au moment où les voitures sont autorisées à reprendre la piste, coup de théâtre ! La monoplace de Power ne redémarre pas et il voit donc l'ensemble du peloton passer devant lui pendant que l'on tente de faire repartir la voiture. Cela offre la tête de course à Ericsson pour le restart, devant Sato et VeeKay.

Ericsson relance la course à trois tours de l'arrivée en conservant les commandes. Derrière lui, VeeKay puis O'Ward prennent l'avantage sur Sato. Derrière, Pagenaud est englué dans une lutte terrible de milieu de peloton et dégringole dans la hiérarchie après avoir résisté à Jones et passe de la cinquième à la 12e position en quelques virages.

La fin de course est parfaitement contrôlée par Ericsson qui l'emporte avec plus d'une seconde d'avance sur le duo VeeKay-O'Ward, le Mexicain ne parvenant pas à profiter des difficultés du Néerlandais. Ericsson signe son premier succès en IndyCar et devient le septième vainqueur différent en autant d'épreuve cette saison.

GP de Detroit - Course 1

partages
commentaires
Un violent crash de Rosenqvist a interrompu le GP de Detroit
Article précédent

Un violent crash de Rosenqvist a interrompu le GP de Detroit

Article suivant

Felix Rosenqvist forfait pour la Course 2 à Detroit

Felix Rosenqvist forfait pour la Course 2 à Detroit
Charger les commentaires