Hunter-Reay mène les essais de Sebring mais reste inquiet

L'écurie de Michael Andretti a mené les essais de Sebring ce mercredi, organisés avec 13 voitures en piste.

Hunter-Reay mène les essais de Sebring mais reste inquiet
Matheus Leist, A.J. Foyt Enterprises Chevrolet
Alexander Rossi, Andretti Autosport Honda
Tony Kanaan, A.J. Foyt Enterprises Chevrolet
Pietro Fittipaldi, Dale Coyne Racing Honda
Max Chilton, Carlin Chevrolet
Sébastien Bourdais, Dale Coyne Racing Honda
Robert Wickens, Schmidt Peterson Motorsports Honda

Il y avait des petits airs de rentrée des classes à Sebring ce mercredi ! 13 pilotes étaient présents pour une journée d'essais avec le nouveau kit aérodynamique. C'est la première fois cette année que tant d'équipes étaient présentes sur une journée d'essais, à un peu plus de deux semaines des tests officiels de Phoenix.

Les chronos n'ont rien d'officiel, mais d'après les observateurs présents (et une bonne partie des équipes), c'est Andretti Autosport qui s'en tire le mieux avec une présence aux trois premiers rangs, et un meilleur temps pour Ryan Hunter-Reay, en 51"1.

Ses équipiers Alexander Rossi et Marco Andretti (qui échangent leurs numéros cette année, Rossi récupérant le 27 et Andretti le 98) suivent à deux dixièmes, devant Graham Rahal et Robert Wickens. Sébastien Bourdais était sixième, avant de partir pour Daytona.

Le Manceau a alors laissé son baquet à Pietro Fittipaldi, le dernier Champion de la Formule V8 3.5. Le Brésilien a pu essayer une IndyCar pour la première fois, faisant équipe jeudi avec Zachary Claman DeMelo, qui pourrait être le pilote titulaire aux côtés de Bourdais pour la saison.

Le reste du classement non officiel faisait apparaitre Zach Veach (sur la quatrième Andretti), James Hinchcliffe, Takuma Sato, Max Chilton, Tony Kanaan, Zachary Claman DeMelo et Matheus Leist. Malgré les chronos prometteur des Andretti, Ryan Hunter-Reay et Alexander Rossi se sont montrés prudents, l'un en raison du manque d'essais de la structure, l'autre en raison des conditions climatiques.

"On est cinq ou six jours [d'essais] derrière les autres, et c'est énorme", note le Champion IndyCar 2012 pour Motorsport.com. "On sera en piste [sur un circuit routier] seulement trois jours avant St. Petersburg, espérons qu'on puisse surmonter cela. On n'avait pas de contrat avec un motoriste quand ces derniers choisissaient leurs équipes d'essais. On n'avait pas de chaise et la musique s'est arrêtée."

Pour sa deuxième journée au volant de la nouvelle monoplace, Hunter-Reay s'est montré satisfait de la nouvelle donne imposée par l'UAK18, et de sa drastique réduction en charge aérodynamique par rapport aux trois dernières années.

"J'aime la voiture pour l'instant. Je suis plus occupé derrière le volant, et la fenêtre pour extraire le meilleur temps est plus petite. Je pense que la compétition sera meilleure, car vous n'avez pas tout l'appui qui couvre les erreurs et regroupe tout le monde. Avec moins d'appui, les faiblesses seront exposées, que ce soit dans le pilotage ou dans les réglages."

Du côté d'Alexander Rossi, le vainqueur des 500 Miles d'Indianapolis 2016 estime que les conditions rencontrées à Sebring ne seront pas représentatives de celles présentes à St. Petersburg au mois de mars prochain, ou celles rencontrées en été.

"Les conditions de piste étaient trop bonnes pour apprendre beaucoup", a-t-il déclaré à Motorsport.com. "La piste a beaucoup gagné en grip car on était dix ou onze, mais c'est normal, un circuit en ville connaît aussi cela. Le problème était avec l'air dense et froid, et la faible température de la piste a aidé le comportement de la voiture. C'était sympa, mais je ne pense pas que c'est ce qu'on pourra avoir pendant l'été."

Propos recueillis par David Malsher

partages
commentaires
Les qualifs de l'Indy 500 auront moins de poids

Article précédent

Les qualifs de l'Indy 500 auront moins de poids

Article suivant

Bourdais devrait avoir plusieurs équipiers chez Coyne

Bourdais devrait avoir plusieurs équipiers chez Coyne
Charger les commentaires