L'IndyCar continue ses recherches sur des protections de la tête

partages
L'IndyCar continue ses recherches sur des protections de la tête
David Malsher
Par : David Malsher , Rédacteur en Chef USA
Traduit par: Michaël Duforest
18 déc. 2016 à 17:46

Bill Pappas, vice-président de la compétition et de l'ingénierie de l'IndyCar, déclare que le championnat recherche des manières de mieux protéger ses pilotes, l'une d'elles étant de placer un déflecteur de débris.

Bill Pappas, Gil de Ferran
La Red Bull Racing RB12 avec l'Aeroscreen
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12 l'Aeroscreen
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12 l'Aeroscreen
Départ : Mikhail Aleshin, Schmidt Peterson Motorsports Honda, en pole

C'est au Performance Racing Industry show d'Indianapolis que Bill Pappas, ancien ingénieur du Dale Coyne Racing, s'est exprimé. "Un système de pare-brise est celui vers lequel nous concentrons le plus d'efforts de recherche. Nous pensons que si l'on peut arriver à mettre la tête d'un pilote plus bas qu'une pièce devant lui (comme un pare-brise), cela jouera le rôle de déflecteur."

"Si vous pensez à l'accident de Justin [Wilson], c'était un accident qui avait une chance infime d'arriver, mais sur l'accident de Felipe Massa [lors des qualifications du GP de Hongrie 2009], avec un genre de pare-brise devant lui, cela lui aurait probablement évité de percuter le ressort. Nous voyons donc cela comme une solution plus plausible."

L'une des questions reste de savoir s'il serait possible d'installer un tel système sur une Dallara DW12 actuelle. Pappas veut d'abord que cela se fasse après de longues recherches. "On a eu beaucoup de discussions et de recherches pour nous assurer de ne pas faire d'erreur en mettant juste quelque chose pour dire qu'on l'a fait. Cela ne peut pas être la mauvaise chose à faire, il faut faire des recherches, analyser, et prendre la décision."

Au niveau des matériaux utilisés, c'est du côté de l'aéronautique que l'IndyCar trouve son inspiration. "Nous regardons ce que les avions de chasse utilisent, car ils volent à plus de 1000 km/h et ils percutent des débris comme des oiseaux. Il y a des matériaux, mais il faut voir comment intégrer cela à une voiture de course."

Une chose est sûre, si une protection est ajoutée aux IndyCar, cela ne se fera pas sous la forme d'un cockpit fermé : "Les cockpits ouverts ont une histoire. Quand on parle aux équipes et aux pilotes, ils veulent que cela reste comme actuellement. Et il y a évidemment l'aspect sécurité. Vous voulez pouvoir extraire un pilote s'il a eu un accident. Avec un cockpit fermé, le temps que cela prendrait pour le sortir pourrait mettre sa vie en danger."

Article suivant
Une saison de plus pour Pigot chez Ed Carpenter Racing

Article précédent

Une saison de plus pour Pigot chez Ed Carpenter Racing

Article suivant

Le film de la saison 2016 d'IndyCar

Le film de la saison 2016 d'IndyCar

À propos de cet article

Séries IndyCar
Auteur David Malsher