Le tête-à-queue de Karam classé sans suites

Les détracteurs de Sage Karam en seront pour leurs frais car les dirigeants de l’IndyCar ont décidé de ne pas pénaliser le jeune pilote américain du Chip Ganassi Racing après son tête-à-queue en fin de course à Mid-Ohio. Les seules pénalités infligées après cette course concernent les motoristes dont les moteurs ont atteint ou non la durée de vie préconisée par le règlement.

Soupçons à Mid-Ohio

Karam a causé la troisième des quatre neutralisations le week-end dernier quand il est parti en tête-à-queue dans le virage n°4, particulièrement dur à négocier pied au plancher. Il a dit une bonne partie du week-end que la tenue de route de sa voiture lui posait des problèmes et il était dans son dernier tour de rentrée au moment du tête-à-queue qui en a provoqué quatre sous drapeaux jaunes (du 66e au 69e des 90 à effectuer).

Certains ont trouvé cela bizarre et ont vite jeté la pierre au jeune pilote. À commencer par Juan Pablo Montoya, le leader du Championnat, qui s’est étonné du fait que ce tête-à-queue soit survenu à un moment-clé de la course. À savoir, alors que Scott Dixon, équipier de Karam et rival du Montoya pour le titre, avait déjà effectué son dernier ravitaillement – à l’inverse du Colombien.

Des choses qui arrivent

Karam est donc parti en tête-à-queue et a calé. “Je pense avoir perdu de la vitesse à la corde du virage,” a-t-il expliqué. Ce sont des choses qui arrivent, en particulier quand on demande à un jeune pilote de faire un bon tour avant de rentrer au stand alors qu’il se trouve dans le Top 15 et dans le tour du leader.

C’est en tout cas la conclusion à laquelle semblent être arrivés les officiels, qui n’ont pu trouver d’élément leur permettant de penser à un tête-à-queue délibéré.

Karam a finalement terminé à un tour du vainqueur, Graham Rahal, à l’avant-dernière place des pilotes encore en piste en 22e position (son équipier Charlie Kimball étant 23e).

Les leçons de Dario

Karam (20 ans), a suscité la controverse cette année et a beaucoup été critiqué pour son pilotage souvent considéré comme agressif. Difficile, en effet, de trouver une course au terme de laquelle au moins un de ses adversaires n’a pas fustigé le jeune pilote. Même son coach chez Ganassi, le quadruple Champion IndyCar Dario Franchitti, a semblé souffler alternativement le chaud et le froid à son sujet au fil des 14 manches déjà disputées.

Quand son poulain le méritait, le triple vainqueur des 500 Miles d'Indianapolis a chanté les louanges de Karam. Mais ce dernier a aussi essuyé des critiques, certes constructives, de la part de l’Écossais. Quiconque connait Dario sait combien il ne mâche pas ses mots, et cela marche dans les deux sens.

De son côté, l’ingénieur Eric Cowdin, qui a longtemps travaillé avec Tony Kanaan, s’est dit impressionné par Karam. Et cela n’est pas sans une certaine signification.

Dernière apparition à Pocono

La prochaine course de Pocono, le 23 août, dernière manche de la Triple Couronne regroupant les courses de 500 miles sur ovale, sera aussi la dernière occasion pour Karam de se mettre en valeur. Sebastian Saavedra, avec lequel il a partagé le baquet de la Dallara-Chevrolet n°8 de Chip Ganassi durant toute la saison, est en effet censé la piloter lors de la finale de la saison à Sonoma le 30 août.

Pocono est une couse “à la maison” pour Karam qui vit non loin de là à Nazareth – où réside également une certaine famille Andretti – et qui aura à cœur de bien faire... sans trop en faire ?

Avec la collaboration d’Anne Proffit

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries IndyCar
Événement Mid-Ohio
Circuit Mid-Ohio Sports Car Course
Pilotes Sage Karam
Équipes Chip Ganassi Racing
Type d'article Actualités
Tags dixon, ganassi, karam, montoya