Même crevaison, même punition pour Castroneves et Montoya

Les deux pilotes sud-américains de Penske faisaient figure de favoris dans l'Arizona mais leur course à l'un et l'autre a été gâchée par une crevaison qui leur a enlevé toute chance de gagner.

Même crevaison, même punition pour Castroneves et Montoya
Helio Castroneves, Team Penske Chevrolet
Le poleman Helio Castroneves, Team Penske Chevrolet
Helio Castroneves, Team Penske Chevrolet
Helio Castroneves, Team Penske Chevrolet
Helio Castroneves, Team Penske Chevrolet
Juan Pablo Montoya, Team Penske Chevrolet
Juan Pablo Montoya, Team Penske Chevrolet
Juan Pablo Montoya, Team Penske Chevrolet
Juan Pablo Montoya, Team Penske Chevrolet
Juan Pablo Montoya, Team Penske Chevrolet

Respectivement premier et troisième à l'issue de la séance de qualifications, Helio Castroneves etJuan Pablo Montoya étaient à ce moment les deux hommes forts du puissant Team Penske tandis que leurs deux équipiers, Will Power et Simon Pagenaud, fermaient les portes du top dix.

Montoya ayant pris l'avantage sur Tony Kanaan au 24e des 250 tours, ce qui fut d'ailleurs l'un des rares dépassements d'un début de course où les écarts restèrent figés mais les positions aussi, les deux équipiers semblaient paris pour contrôler la course. C'était sans compter sur deux crevaisons à l'avant-droit qui allaient les frapper successivement aux 40e (Castroneves) et 96e tour (Montoya), les renvoyant l'un et l'autre à deux tours après avoir dû rejoindre leur stand et s'y arrêter tandis que leurs rivaux poursuivaient leur route sur ce court ovale.

Tout d'abord, c'était génial de partir en pole et de signer le record du tour [en qualifications]”, a commencé Castroneves après l'arrivée, histoire de souligner le côté positif. “J'aurais aimé qu’on fasse de même en course. Malheureusement, on a crevé un pneu. Il n'y a eu aucune indication selon laquelle il y avait un problème, et quand on a réalisé qu'il était à plat, c'était trop tard. Tout se passait tellement bien, c'était trop beau pour être vrai.”

Une fois qu'on ralentit sur un ovale d'un mile comme celui-là, ça paraît une éternité avant de revenir dans l'allée des stands. On a beaucoup perdu. Vraiment, finir dans le tour du vainqueur et dans le top 11 montre combien la voiture était bonne ce week-end.”

En effet, tant Castroneves que Montoya sont parvenus, notamment en exploitant les nombreuses neutralisations survenues dans la seconde partie de course, à reprendre un puis deux tours aux leaders. Mais les rôles se sont parfaitement inversés avec leurs deux équipiers, Pagenaud et Power atteignant dans cet ordre le podium – sur lequel ils entouraient un Scott Dixon désormais quatrième ex æquo avec Al Unser Sr au nombre de victoires (35) dans les championnats de monoplaces américains... mais dont on ne saura jamais si Montoya et Castroneves auraient pu lui résister.

Ce fut surtout une course à l'usure. On avait les voitures les plus rapides mais quand on est touchés par des drapeaux jaunes et des pneus crevés, ce dont est capable la voiture n'a plus vraiment de sens”, a pour sa part déploré Montoya, finalement neuvième sur la ligne. “Simon et Will sont passés à travers, mais Helio et moi nous sommes retrouvés avec un pneu crevé.”

Cela aurait donc pu être une course totalement différente. Phoenix est un petit ovale et les vitesses étaient élevées, tout le monde était en alerte et tout le monde était très proche. Je pensais qu'il y aurait de beaucoup plus gros écarts, mais tout le monde était vraiment dans la même zone.”

La voiture a continué d'avoir des vibrations [après la crevaison] puis ça s'est arrangé. Globalement, ma Chevy marchait bien et pouvait rester dans le top dix. Ce n'est pas l'arrivée qu'on voulait, mais on se tourne maintenant vers Long Beach”, a conclu le Colombien, qui a perdu la tête du championnat au profit de Simon Pagenaud.

partages
commentaires
Bourdais - "Je me sens mal pour les gars"

Article précédent

Bourdais - "Je me sens mal pour les gars"

Article suivant

Vers une liste de 34 engagés à l’Indy 500

Vers une liste de 34 engagés à l’Indy 500
Charger les commentaires