Qui va où en 2017 en IndyCar ?

partages
commentaires
Qui va où en 2017 en IndyCar ?
David Malsher
Par : David Malsher , Rédacteur en Chef USA
Traduit par: Michaël Duforest
10 août 2016 à 16:30

La saison d'IndyCar se poursuit, avec les quatre dernières manches à Pocono, au Texas, à Watkins Glen et Sonoma, mais qu'en est-il de 2017 ?

Oriol Servia, Schmidt Peterson Motorsports Honda
Tony Kanaan, Chip Ganassi Racing Chevrolet
Juan Pablo Montoya, Team Penske Chevrolet
Helio Castroneves, Team Penske Chevrolet
Le vainqueur Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet
Scott Dixon, Chip Ganassi Racing Chevrolet
Tony Kanaan, Chip Ganassi Racing Chevrolet
Max Chilton, Chip Ganassi Racing Chevrolet
Tony Kanaan, Chip Ganassi Racing Chevrolet, Luca Filippi, Dale Coyne Racing Honda
Marco Andretti, Andretti Autosport Honda
Ryan Hunter-Reay, Andretti Autosport Honda
Marco Andretti, Andretti Autosport Honda
Carlos Muñoz, Andretti Autosport Honda
Sébastien Bourdais, KV Racing Technology Chevrolet
Sébastien Bourdais, KV Racing Technology Chevrolet
Matt Brabham, Team Murray Chevrolet
James Hinchcliffe, Schmidt Peterson Motorsports Honda
Mikhail Aleshin, Schmidt Peterson Motorsports Honda
J.R. Hildebrand, Ed Carpenter Racing Chevrolet
Graham Rahal, Rahal Letterman Lanigan Racing Honda
Graham Rahal, Rahal Letterman Lanigan Racing Honda
Oriol Servia, Schmidt Peterson Motorsports Honda
Takuma Sato, A.J. Foyt Enterprises Honda, dans les stands
Takuma Sato, A.J. Foyt Enterprises Honda
Gabby Chaves, Dale Coyne Racing Honda
R.C. Enerson, Dale Coyne Racing Honda
Conor Daly, Dale Coyne Racing Honda
Matt Brabham, Team Murray Chevrolet
Conor Daly, Dale Coyne Racing Honda

Si en MotoGP, les mouvements entre écuries se sont faits dès le deuxième Grand Prix de la saison, et qu'en Formule 1 les choses commencent à bouger, la "silly season" de l'IndyCar est bien calme pour le moment.

Faisons donc le point sur ce qui peut arriver pour l'année 2017. Ces informations ont été recueillies de personnes lors de conversations non enregistrées, c'est pourquoi il n'y aura pas de citations ou d'attribution.

La situation au niveau des kits aérodynamiques joue également un rôle dans la composition de la grille. Si les kits restent identiques, comme cela semble être le cas, Honda sera de nouveau très rapide sur les grands ovales, et Chevrolet plus en forme sur le reste des circuits. À part l'argent, cette situation est celle qui influence le plus les décisions pour 2017.

Team Penske

Tim Cindric a déclaré à Motorsport.com le week-end dernier qu'il s'attendait à voir l'équipe conserver le même quatuor pour 2017. Et pourquoi pas ? Helio Castroneves, Will Power et Juan Pablo Montoya ont chacun remporté un championnat ou au moins un Indy 500 pour le Capitaine, alors que Simon Pagenaud mène le championnat 2016.

Tout cela semble donc très fluide, mais Josef Newgarden n'a signé qu'un an avec le Ed Carpenter Racing l'an dernier, il est donc disponible. Quelqu'un comme Roger Penske serait certainement d'accord pour affirmer que l'Américain a montré qu'il avait ce qu'il fallait pour passer dans l'équipe du Capitaine, à l'âge de 25 ans, soit 16 de moins que Castroneves et Montoya.

Le pilote de la n°21 pourrait, si une place ne se libère pas chez Penske, être chipé par le grand rival, le Chip Ganassi Racing. C'est une chose de louper une pépite, mais c'en est une autre de l'avoir contre vous. Si tout va bien chez Penske pour l'instant, le quatuor pourrait rester. Et si Newgarden part chez Ganassi, alors Penske pourrait (et devrait) embaucher Ryan Hunter-Reay fin 2017.

Chip Ganassi Racing

Scott Dixon restera en place, malgré la fin du sponsoring de Target à la conclusion de la saison. Max Chilton et Charlie Kimball apportent des sponsors pour leurs voitures, donc ils devraient également rester.

Chip Ganassi a déclaré vouloir conserver quatre voitures, donc la question s'est posée pour l'occupant de la n°10. Mais y'a-t-il une raison ? D'après certaines sources, NTT Data ne remplacera pas Target sur la n°9, et restera sur la n°10, toujours pilotée par Tony Kanaan. Le Brésilien de 41 ans n'a pas gagné depuis deux ans, mais il est meilleur sur circuits routiers et urbains, et il reste dans le top sur les ovales.

Si Chip décidait de se séparer de TK, ce serait uniquement pour Newgarden... ou le très impressionnant Felix Rosenqvist, qui a effectué des essais pour l'équipe. Ou alors pour Hunter-Reay dans douze mois, à la fin de son contrat chez Andretti. Kanaan lui-même reconnaît que jouer le rôle d'équipier de Dixon est mieux qu'être le centre de l'attention n'importe où ailleurs. Mais s'il perd son baquet, au moins une autre équipe pourrait dépenser beaucoup d'argent pour lui...

Andretti Autosport

Comme toujours, il y a pas mal de spéculation autour de l'équipe de Michael Andretti. Ryan Hunter-Reay a encore une année de contrat, et ne peux pas même être approché par une autre écurie avant mai 2017. À cet instant, le téléphone de l'ancien Champion et vainqueur des 500 Miles d'Indianapolis devrait exploser avec de nombreuses offres... Il fait partie de ces pilotes qui peut faire gagner une voiture qui ne le mérite pas.

Marco Andretti devrait essayer de remonter la pente avec ce qui peut être considéré comme sa pire saison pour l'instant. Comme il l'a dit il y a quelques années après une saison aussi mauvaise, "qui d'autre voudrait m'engager ?" La réponse ne se trouve probablement pas en IndyCar. Et l'équipe de son père lui offre toujours une chance de remporter l'Indy 500, son rêve.

Sauf si une excellente opportunité ne s'offre à lui en F1, Alexander Rossi ne devrait pas quitter l'IndyCar. Le vainqueur de l'Indy 500 discute avec plus d'équipes, mais si une offre ne vient pas d'une écurie Chevrolet, pourquoi partir ?

Deuxième à Indianapolis, Carlos Muñoz reste excellent sur les superspeedways et très bon partout ailleurs. Un pilote complet, en somme. Mais son financement n'est peut-être pas en bonne santé. Si Andretti trouve un pilote talentueux avec 6 M$, Muñoz sera le premier à partir... sauf s'il trouve 7 millions. S'il ne trouve pas les fonds nécessaires, nous pensons que Dean Stoneman ou même Shelby Blackstock pourraient faire la transition de l'Indy Lights en IndyCar. On verra les deux pilotes jeudi à Watkins Glen en essais IndyCar...

KVSH Racing

Sébastien Bourdais ne semble pas faire partie de la liste de Ganassi ou Penske, malgré son excellent niveau. Ce qui est parfait pour KVSH, qui peut le retenir plus facilement. Le retrait de la deuxième voiture permet à l'équipe de disposer d'un peu plus de budget, mais la voiture n°11 ne se bat pas plus fréquemment pour la victoire. Bourdais doit alors jouer l'opportuniste pour s'imposer, comme à Detroit.

Sébastien est la plus grande force de KVSH, et il est donc payé en conséquence. Si une deuxième voiture semble être de nouveau au programme, elle serait plutôt confiée à un vétéran plutôt qu'un rookie. Quelqu'un comme Muñoz serait idéal s'il ne poursuit pas chez Andretti. Le seul rookie sur lequel les patrons Kevin Kalkhoven et Jimmy Vasser pourraient miser est celui qu'ils ont fait rouler à Indianapolis, Matthew Brabham. Mais n'oublions pas Pastor Maldonado, qui a rendu visite à l'équipe dans l'Iowa. Gabby Chaves serait parfait pour les courses sur ovales.

Schmidt Peterson Motorsport

Pas de changement prévu pour SPM, James Hinchcliffe et Mikhail Aleshin apportant la stabilité retrouvée pour l'ancienne équipe de Simon Pagenaud. Si Santiago Urrutia parvenait à remporter le titre Indy Lights pour Schmidt, il arriverait avec la bourse Mazda, qui permettrait d'aligner une troisième voiture sur trois courses l'année prochaine.

Ed Carpenter Racing

Ed verrait comme un bonus le fait de conserver Newgarden une année de plus s'il y parvient. Si Josef est emmené ailleurs, Spencer Pigot n'endossera pas le rôle de numéro un, malgré son potentiel. Il a besoin d'une deuxième année pour construire sa confiance et gagner de l'expérience.

Quelles sont les options de Carpenter ? Il favorisera sûrement un pilote américain, et il pourrait choisir J.R. Hildebrand, qui effectue un travail impeccable pour l'équipe ces dernières années. Vu les progrès de l'équipe et son partenariat avec Chevrolet, celle-ci pourrait faire tourner d'autres têtes, comme celle d'Alexander Rossi, ou de Carlos Muñoz. Mais la priorité du patron serait alors peut-être d'assurer que son ingénieur de course Jeremy Milless ne choisisse pas de partir avec Newgarden.

Rahal Letterman Lanigan Racing

Graham Rahal restera à bord, évidemment, mais le débat sur une deuxième voiture est difficile. Si les kits aérodynamiques restent les mêmes, Honda continuera de perdre du terrain sur Chevrolet sur les circuits routiers et les ovales courts. Pour maximiser ses chances, RLLR aurait tout intérêt à prendre un deuxième pilote, mais qui ? Graham souhaite un vétéran comme Oriol Servia.

Le père et le fils sont d'accord pour ajouter une deuxième voiture qui apporte quelque chose, avec un partage d'informations, plutôt que de juste y coller un riche rookie. Quelqu'un d'expérimenté, de rapide et de bon marché serait Jack Hawksworth, mais il n'a pas assez de budget pour financer une deuxième voiture, donc le dilemme continue pour Bobby Rahal.

AJ Foyt Racing

Les changements seront nombreux à l'intersaison pour cette équipe. Que ce soit un changement complet de pilotes, ou juste un seul - probablement Hawksworth -, n'est pas clair. Takuma Sato et lui sont vus comme rapides mais peu fiables, mais la jeune équipe d'ingénieurs a un rôle à jouer dans cette perception, comme le kit aérodynamique Honda.

Sato apporte le soutien de Panasonic, mais certainement pas assez pour financer toute la voiture. Garder la confiance du sponsor principal, ABC Supply, est la clé de ces changements. ABC ne paie pas pour être 15e et 20e du championnat. Ni 14e et 17e (2015), 18e (2014), 17e (2013)... Le nom Foyt est synonyme de succès, pas encore retrouvé pour l'instant. Il faudrait alors peut-être un vétéran, et si Kanaan perd son volant chez Ganassi, ne soyez pas surpris de le retrouver chez Foyt.

Dale Coyne Racing

L'équipe veut conserver Conor Daly, auteur d'une bonne saison, mais cela pourrait aussi l'amener ailleurs. Daly a un passé avec les Foyt, qui l'aiment toujours autant. S'il a un peu de budget, il pourrait aussi aller épauler Bourdais chez KVSH, une bonne opportunité pour lui de se mesurer à un Champion, et d'habiller sa voiture d'un kit Chevrolet !

Pour ce qui est de la deuxième voiture, elle devrait comme toujours être disponible au plus offrant, même si Dale investit désormais de l'argent dans la n°19. L'ingénieur Kyle Brannan a aidé Luca Filippi, Gabby Chaves et R.C. Enerson à se montrer. Mais tant qu'un pilote ne vient pas avec un chèque de 5 M$, le baquet continuera de tourner entre plusieurs pilotes.

Carlin Racing

Si Trevor Carlin peut faire monter son équipe en IndyCar l'an prochain, elle pourrait devenir l'équipe débutante la plus impressionnante de l'histoire. Carlin veut aligner au moins un de ses anciens pilotes, mais pas forcément l'un de ses pilotes actuels en Indy Lights. Jack Harvey est rapide et connait la plupart des pistes, Nelson Piquet Jr. apprend vite, Antonio Giovinazzi s'est montré en F3 et en GP2, Alex Lynn a gagné un titre en GP3 pour Carlin...

Il serait toutefois essentiel de faire équipe avec un vétéran. S'il est disponible, quelqu'un comme Carlos Muñoz serait parfait, mais Matt Brabham serait aussi un bon choix.

Juncos Racing

Comme Carlin, Ricardo Juncos n'effectuera pas le grand saut sans garantie. Attendez-vous à au moins un pilote payant et un ancien pilote d'Indy Lights, si l'équipe est présente en 2017.

Prochain article IndyCar
Charger les commentaires