Sage Karam, le "méchant" dont l'IndyCar a besoin

Le sport en général, et le sport automobile en particulier, est fait de rivalités. Ayrton Senna contre Alain Prost, Fernando Alonso/Lewis Hamilton, Dario Franchitti/Will Power, Michael Schumacher/Mika Häkkinen et bien d'autres. Mais parfois, un pilote arrive, comme Paul Tracy, Kyle Busch ou Dale Earnhardt, à dépasser toutes les rivalités, et à diviser totalement l'opinion. Et aujourd'hui, ce pilote pourrait bien s'appeler Sage Karam.

Le natif de Pennsylvanie, champion Indy Lights en 2013, a récolté son premier podium en IndyCar ce week-end sur l'Iowa Speedway, mais comme un jeune Paul Tracy, il ne s'est pas fait que des amis sur la piste avec un style particulièrement agressif. Ed Carpenter et Graham Rahal étaient les plus véhéments détracteurs du jeune pilote du Chip Ganassi Racing.

Quand on débute dans une grande écurie, il est normal d'avoir envie d'en montrer un peu plus, pour tenter de maintenir à flot le rêve d'une carrière florissante en sport automobile. Certains explosent en vol, dépassés par les événements, d'autres les abordent le couteau entre les dents, prêts au combat.

Karam n'est pas effrayé par le combat (loin de là, il est même catcheur!), il suffit de voir sa neuvième place aux 500 miles d'Indianapolis en 2014, pour sa première épreuve, à 19 ans. Mais son début de saison n'était pas du tout conforme aux espérances, si bien qu'il était remplacé par Sebastian Saavedra sur quelques épreuves.

Mais l'arrivée sur les ovales lui a fait le plus grand bien, avec une course de folie à Fontana, où il a mené ses premiers tours avant de terminer dans le top 5... Tout en provoquant involontairement le crash de l'arrivée! Sur l'Iowa Speedway, après un duel épique avec Ed Carpenter, c'est la troisième marche du podium qui l'attendait, mais sans le champagne, promis aux pilotes âgés de plus de 21 ans au pays de l'Oncle Sam.

Diviser l'opinion sans trop en faire

Sa défense rugueuse sur l'ensemble des courses n'est pas passée inaperçue, si bien que désormais, parmi les fans mais aussi dans le paddock, les pro-Karam affrontent les anti! Il ne laisse personne indifférent, et depuis Paul Tracy, l'IndyCar manquait de ce genre de "vilains", si importants dans les sports américains.

Les audiences augmentent tranquillement pour l'IndyCar, et rien de mieux pour ces nouveaux fans que de découvrir une nouvelle tête à adorer, ou à détester, et Sage Karam peut largement supporter ce rôle. Le jeune pilote semble suffisamment solide pour supporter la pression venant avec cette étiquette, et il pourrait être le fer de lance d'une nouvelle génération, forte de bons pilotes américains, et d'une possible résurrection de l'IndyCar, dans les années à venir.

Attention toutefois à ne pas trop en faire, et à ne pas manquer d'humilité : c'est une fine ligne sur laquelle Sage Karam doit marcher, avec d'un côté une carrière longue et pleine de succès, et de l'autre la possibilité de le voir oublié, avant même ses 22 ans...

A propos de cet article
Séries IndyCar
Pilotes Sage Karam
Équipes Chip Ganassi Racing
Type d'article Commentaire