IndyCar
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé

Tracy - "Ganassi se concentre sur Dixon, les pilotes Penske se battent eux-mêmes"

partages
commentaires
Tracy - "Ganassi se concentre sur Dixon, les pilotes Penske se battent eux-mêmes"
Par :
, Rédacteur en Chef USA
Traduit par: Jean-Philippe Vennin
8 mars 2016 à 19:00

Ancien Champion CART et désormais commentateur respecté de l'IndyCar pour la télévision américaine, Paul Tracy a donné son avis sur la saison qui arrive à David Malsher. Et le Canadien n'a pas perdu son franc-parler...

Paul Tracy
Dario Franchitti, Sebastian Saavedra, Chip Ganassi Racing Chevrolet et Paul Tracy
James Hinchcliffe is embraced by a member of the Holmatro Safety Team
Conor Daly, Schmidt Peterson Motorsports Honda
Sage Karam, Chip Ganassi Racing Chevrolet
Paul Tracy et Scott Dixon, Chip Ganassi Racing Chevrolet
Sebastien Bourdais, KVSH Racing
Sage Karam, Chip Ganassi Racing Chevrolet
Mikhail Aleshin, Schmidt Peterson Motorsports
Marco Andretti, Andretti Autosport Honda
Marco Andretti, Andretti Autosport Honda
Ryan Hunter-Reay, Andretti Autosport Honda
Le vainqueur de la course et champion IndyCar 2015 Scott Dixon, Chip Ganassi Racing Chevrolet avec Sage Karam et Tony Kanaan
Le champion 2015 Scott Dixon, Chip Ganassi Racing Chevrolet avec sa femme Emma Davies
Le champion 2015 Scott Dixon, Chip Ganassi Racing Chevrolet avec Chip Ganassi
Tony Kanaan, Chip Ganassi Racing Chevrolet
Graham Rahal, Rahal Letterman Lanigan Racing Honda
Will Power, Team Penske Chevrolet
Will Power, Team Penske Chevrolet
Juan Pablo Montoya, Team Penske Chevrolet
Ryan Hunter-Reay, Andretti Autosport Honda
Sébastien Bourdais, KV Racing Technology Chevrolet
Le vainqueur des 500 miles d'Indianapolis 2015, Juan Pablo Montoya
Conor Daly, Dale Coyne Racing Honda
Will Power, Team Penske Chevrolet
Graham Rahal, Rahal Letterman Lanigan Racing Honda

Qu'attendez-vous de la saison 2016 ? Est-ce que ce sera juste Ganassi contre Penske, ou les meilleures équipes Honda pourront-elles se mêler à la lutte ?

C'est la grande question. Où en est Honda avec son kit aéro ? Personne ne sait s'ils avaient travaillé dessus en amont quand ils ont commencé à pétitionner pour en avoir un nouveau. Étaient-ils tellement certains d'avoir l'approbation qu'ils ont dépensé beaucoup d'argent pour développer quelque chose de nouveau afin de résoudre leurs problèmes ? La raison pour laquelle je demande ça, c'est qu'ils n'ont eu cette approbation que très tard, donc s'ils étaient restés les bras croisés à l'attendre, alors leur situation pourrait être pire que celle de l'année dernière.

J'espère donc qu'ils ont trouvé quelque chose qui leur permettra de revenir dans la lutte... Pas que je pense qu'ils aient eu un si gros désavantage en fin de saison dernière : les voitures Honda étaient très solides, particulièrement Graham Rahal et Ryan Hunter-Reay. Oui, ils avaient un désavantage, mais pas aussi important que beaucoup de gens l'ont dit.

Rahal Letterman Lanigan Racing a clairement semblé avoir résolu ses soucis pas trop tard dans la saison.

Oui, mais en partie parce que Graham [Rahal] a vraiment bien piloté toute la saison, il faut le dire. Même quand il a eu des soucis et a rétrogradé dans le peloton, il parvenait à remonter – comme dans l'Iowa. Désormais, il est bien moins dérouté quand les choses ne vont pas pour lui, et cela vient d'une plus grande confiance. Il a changé depuis une paire d'années, ou même depuis un an.

Espérons, donc, qu'il pilotera encore à ce niveau et continuera de s'améliorer. S'il est dans le coup d'entrée, ne subit pas le retard à l'allumage qu'il a eu l'année dernière, il devrait être en lice pour le championnat.

Penske a clairement semblé avoir les voitures les plus rapides l'an dernier, mais en course, tout était remis à plat, et un pilote Ganassi a gagné le titre. Cela vous a-t-il surpris ?

La différence vient de la façon dont ils courent. Les choses sont très claires chez Ganassi, non ? Scott Dixon est clairement le n°1 – quatre fois Champion à 35 ans, soit à peu près le même âge que Dario [Franchitti] quand il a gagné le premier de ses quatre titres ! Dixon fait le boulot, c'est une menace sur tous les types de piste, il n'a pas beaucoup de jours sans.

Tony Kanaan est un pilote très solide, capable de gagner le Championnat, mais ce serait difficile pour lui parce qu'il compte sur les ovales, où il est super-fort, et un ou deux circuits en ville. Puis il y a deux pilotes plus jeunes [Charlie Kimball et le rookie Max Chilton en 2016]. Donc, à la base, Ganassi se concentre sur Dixon, et il réussit. Prenez Sonoma [finale de la saison 2015] – vous n'auriez pu demander à un gars de faire du meilleur boulot de là où il était sur la grille [9e]. Une course parfaite.

Puis on regarde du côté de Penske et on voit combien Will Power, Juan Pablo Montoya, Helio Castroneves et Simon Pagenaud sont talentueux.... Ils se battent entre eux, se volant des points les uns aux autres durant la saison. Le parfait exemple est Sonoma, où il se retrouvent derrière à cause d'un drapeau jaune et de leur stratégie, et immédiatement Power et Montoya se rentrent dedans ! Pendant ce temps, devant, Ganassi mettait 100% de ses efforts pour apporter le titre à son pilier.

Donc, je ne sais pas si cela restera le facteur déterminant, mais quand vous avez quatre types dans une équipe tous autorisés à s'attaquer et se prendre des points, celle-ci souffrira forcément presque toujours par rapport à une autre centrée sur un seul.

Mais n'y a-t-il pas quelque avantage à avoir quatre as dans son équipe par rapport à une autre qui porte toute son attention sur un seul pilote la plus grande partie de l'année ?

Bien sûr, c'est génial qu'ils puissent être en mesure de comparer les données chez Penske puis d'essayer de se battre les uns les autres. Mais pour ce qui est de l'équipe, elle se bat souvent elle-même à la fin de la saison car il n'y a pas de consignes.

Cela m'amène à parler de [Simon] Pagenaud. Il doit inverser le cours des choses. Sa première année chez Penske a été un loupé complet, mais pas parce qu'il n'était pas assez rapide. Il a été en première ligne de nombreuses fois, même sur ovales, mais a toujours semblé reculer [en course] – il ne parvenait pas à rester devant, à part à Indy. Et ce jour-là il a accroché une autre voiture, abîmé son aileron avant et s'est sorti lui-même de l'équation.

Un pilote dont de nombreux fans espéraient qu'il pourrait être un autre atout pour Ganassi est Sage Karam, mais il a été écarté. On pensait que Ganassi réduirait ses effectifs à trois voitures, et Max Chilton est arrivé de l'Indy Lights. Donc Ganassi a quatre voitures, dont aucune pour Sage. Qu'en pensez-vous ?

Je pense que quelque chose d'étrange a dû se passer en coulisses ! Je dois admettre que je suis fan de Sage. Il est jeune, rapide, courageux, n'a pas peur de dire ce qu'il pense, pas peur de se frotter aux vétérans... Mais il pilote à la limite tout le temps, ce qui fait qu'il a endommagé beaucoup de voitures, et Chip [Ganassi] n'aime pas les voitures endommagées. Il n'a jamais été de ceux qui soutiennent un pilote très longtemps s'il lui coûte de l'argent, comme je l'ai souvent répété en direct l'an dernier.

Alors, quel avenir pour Karam ?

Je déteste dire cela car il n'a que 20 ans, mais quand un top team vous laisse tomber, ça peut être dur de rebondir et d'avoir une autre chance importance, à moins d'avoir déjà gagné un paquet de courses.

Quand j'ai débuté chez Penske, j'ai endommagé beaucoup de voitures, mais j'étais rapide et j'avais gagné pas mal de courses [huit en deux ans] au moment où Roger m'a laissé tomber, fin 1994 quand il a réduit l'équipe de trois à deux voitures. Ces victoires m'ont permis d'être récupéré par Newman-Haas qui avait besoin de quelqu'un pour remplacer Mario qui s'était retiré.

Sage n'a pas encore eu cette chance – il n'a qu'un podium derrière lui... De plus, il n'y a pas de place dans les grosses équipes, ni même celles du milieu de peloton. Il a eu ce one-off avec Dennis Reinbold à Indy, et c'est tout. Il a écarté du jeu et ne reviendra pas, à moins de mettre de l'argent sur la table. C'est un problème, car quand on le fait une fois, il faut en apporter chaque année.

Un autre Américain qui a proposé une belle histoire en 2015 est Josef Newgarden, qui a signé deux victoires. Il y a eu quelques changements de ce côté à l'intersaison, avec les départs de Sarah Fisher et Wink Hartman [copropriétaires]. Josef peut-il gagner encore pour le seul Ed Carpenter ?

À la fin de l'année dernière, on a beaucoup entendu dire que Josef pourrait aller ailleurs, mais aucune porte ne s'est ouverte devant lui. Je pense qu'il a le potentiel pour être Champion, mais qu'il a besoin d'être avec une équipe top-niveau afin de pouvoir légitimement se battre pour le titre.

Si Honda sort le grand jeu, est-ce que cela peut ramener Andretti Autosport dans la lutte, ou bien pensez-vous qu'il manque autre chose à cette équipe ?

Ce n'est pas un secret, tout le monde dans l'équipe dit que quand Justin Wilson est arrivé l'année dernière, il a amené avec lui des idées différentes qui ont vraiment aidé les performances. Quand vous êtes à un endroit depuis longtemps – et même Carlos Muñoz attaque sa quatrième saison –, vous pouvez commencer à imposer vos vues et vous dire “voilà comment la voiture doit être”, et vous ne pensez pas à une solution autre. Avoir une nouvelle perspective les a aidés.

Marco Andretti était à l'amorce du bon tournant il y a quelques saisons de cela et avait connu une bonne saison, et puis l'année dernière a de nouveau été médiocre. Il sera certainement fort à Indy, dans l'Iowa – tous les ovales en fait – mais j'aimerais le voir passer un nouveau palier.

Ryan Hunter-Reay est très complet, il peut gagner sur tout circuit, mais il a souffert pour avoir la voiture qu'il aurait voulue les deux tiers de l'année dernière. Il a continué de persévérer et à la fin de l'année, il était fort à nouveau mais je pense toujours que quand il est au pied du mur, Ryan a du mal à voir comment l'escalader. Quand il est en confiance, il est dur à battre.

Pensez-vous que la situation de KVSH Racing, passant à une seule voiture pour Sébastien Bourdais qui a eu une saison faite de vraies montagnes russes en 2015, ira en s'améliorant ?

Ce pourrait être un peu plus dur par certains côtés, mais c'était catastrophique pour l'autre moitié de l'équipe l'an dernier, qui passait son temps à réparer des voitures et gâcher de l'argent plutôt que de se concentrer sur les développements et essayer de nouveaux set-ups. Ça ne fait qu'assécher l'entreprise, saper l'énergie de toute l'équipe.

Sébastien est capable de gagner à peu près n'importe où – sa performance à Milwaukee l'an dernier était incroyable ! Ses talons d'Achille semblent être les ovales relevés comme le Texas, l'Iowa, Fontana, et qui sait ce qu'il pourrait faire à Phoenix ? Un titre peut être du domaine du possible, mais on ne peut avoir aucun point faible si on veut battre Dixon, Power, Montoya, Hunter-Reay et les autres.

Votre compatriote James Hinchcliffe est de retour – une belle histoire, après ce qu'il s'est passé l'an dernier à Indy. Lui et Mikhail Aleshin peuvent-ils faire gagner Schmidt Peterson Motorsports ?

Je le pense, oui, vraiment. Hinch est tout à fait capable de gagner des courses. Il en a gagné une l'année dernière, et en a gagné avec Andretti Autosport. Pourvu que sa forme physique soit bonne en début de saison – c'est ma seule petite inquiétude à ce sujet. Mais avec quelques courses derrière lui, Hinch sera bien. Aleshin était rapide pour sa première saison [en 2014], très courageux, comme Karam. Il est assez bon pour donner du fil à retordre à Hinch.

La combinaison pilote/ingénieur formée par Conor Daly et Michael Cannon chez Dale Coyne Racing semble prometteuse. Peuvent-ils être dans le coup ?

Là encore, c'est pas mal dépendant de ce que fera Honda, mais en Mike, Conor a clairement un super ingénieur qui travaille très bien avec les jeunes pilotes. Il est très patient et écoute ce qu'un pilote veut. Et Conor lui-même a la vitesse : il a été bon en course l'année dernière, surtout à Détroit. Il semble avoir le talent autant que l'état d'esprit, peut-être grâce au pédigrée de son père. Il a juste besoin de franchir un palier à la fois.

Le résultat final repose avant tout sur Dale, sur son sérieux. S'il gère cela comme quand Justin [Wilson] et Bill Pappas étaient là, alors Conor devrait trouver en DCR une bonne équipe. Mais l'année dernière, le line-up de pilotes a montré que Dale n'entendait pas gagner, il mettait juste des voitures en piste, jusqu'à ce qu'arrive Tristan Vautier. Désormais, je trouve qu'ils ont la capacité de bien faire.

En ce qui concerne les tracés nouveaux ou de retour, ajouter un ovale, un circuit routier et un autre en ville est une bonne chose...

Oui, et ce sera bien à Phoenix – avec des températures très agréables en ce moment et un bon circuit pour nos voitures. Road America est un classique – spectaculaire, génial pour les pilotes, les fans ont réclamé son retour donc c'est bien vu. Et Boston – bon, j'espère qu'il y aura un peu de soutien local car nous avons besoin d'un nouveau Long Beach. Regardez le support qu'a St Pete : ça fait désormais partie du calendrier de la région depuis dix ou 12 ans et je pense que les gens approuvent. J'espère que les Bostoniens donneront la même chance à leur course.

Article suivant
Scott Dixon - "Nous ne sommes pas des hommes de Cro-Magnon"

Article précédent

Scott Dixon - "Nous ne sommes pas des hommes de Cro-Magnon"

Article suivant

La chronique de Scott Dixon - Kits aérodynamiques et rêves du Mans...

La chronique de Scott Dixon - Kits aérodynamiques et rêves du Mans...
Charger les commentaires