Un code de bonne conduite puis une mise au point... pour quoi faire?

Ces dernières 24 heures, les dirigeants de l'IndyCar ont ajouté un point au règlement sous la forme d'un code de bonne conduite avant de se livrer à une explication de texte suite à certaines réactions. Mais pas sûr qu'on soit bien plus avancé...

Ainsi donc, après les commentaires, disons, énervés, émis par certains pilotes – dont Tony Kanaan ou Will Power – et propriétaires d'écurie suivant la course de Fontana, Mark Miles, le PDG de Hulman & Company qui dirige l'IndyCar, avait déclaré que les auteurs de ces propos “endommageaient le sport” et que cela devait être corrigé.

En effet, le corps dirigeant du championnat a tenu parole et publié hier mardi une version revue et corrigée de son règlement, notamment dans le domaine concernant le comportement préjudiciable des compétiteurs.

Que dit le nouvel Article 9.3.8 du Règlement?

“Article 9.3.8. - Comportement Préjudiciable des Compétiteurs.

Les compétiteurs doivent être respectueux, professionnels, honnêtes et courtois les uns envers les autres. À aucun moment, les compétiteurs ne doivent tenter, ou engager tout comportement ou déclaration qui, selon le jugement de l'IndyCar :

  • Menace ou dénigre tout Officiel, autre compétiteur ou la marque IndyCar.

  • Remette en question l'intégrité ou la légitimité des Règlements et de leur application, construction ou interprétation.

  • Dénigre le calendrier ou les courses de l'IndyCar.

  • Menace ou dénigre toute relation commerciale liée à l'IndyCar, dont celles avec les sponsors ou les diffuseurs.

  • Menace de toute autre façon l'intégrité, la réputation ou la confiance du public dans le championnat IndyCar Series.”

Plus le droit pour les pilotes de se dire leur façon de penser?

En résumé, il semblait que les pilotes ne soient plus autorisés à commenter de façon négative toute question relative aux règlements, aux décisions du corps dirigeant ni au calendrier de la saison. Seuls les commentaires positifs concernant la série, les décisions prises et le spectacle offert en piste seraient donc tolérés.

D'autre part, l'interdiction des menaces ou dénigrements envers un autre compétiteur signifiait-elle qu'un pilote ne pourrait désormais plus parler de façon négative d'un adversaire pour son comportement en piste, par exemple?

Dans ce cas, tant Ed Carpenter que Graham Rahal auraient pu être sanctionnés pour leurs remarques au sujet de la façon dont Sage Karam s'était comporté lors de la dernière course, samedi soir sur l'Iowa Speedway.

Précisons qu'aucune information n'a été donnée quand au type de pénalité qui pourrait être appliqué pour non respect de ce code de bonne conduite.

Les dirigeants de la série en contradiction avec eux-mêmes ?

Quelques heures plus tard, l'IndyCar a donc publié un autre communiqué dans lequel Mark Miles, sans revenir sur le fond et le contenu de l'Article 9.3.8, précisait sa pensée... sans toutefois éclairer davantage notre lanterne.

“Cette règle n'est pas un gag,” pouvait-on y lire. “Nous reconnaissons que la controverse, les tensions et l'émotion ont leur place en sport automobile aujourd'hui.”

“Nos pilotes sont des compétiteurs et nous n'avons aucun intérêt à éliminer l'émotion et la passion qui font partie intégrante de notre sport – ni à limiter le contenu pour les médias qui couvrent l'IndyCar.”

“Par exemple, certains ont spéculé sur le fait que l'échange entre Ed Carpenter et Sage Karam, samedi dernier sur l'Iowa Speedway, résulterait en des pénalités du fait de cette nouvelle règle – mais ce ne sera pas le cas. Nous pensons que les échanges de ce type ne franchissent pas la ligne jaune et mettent au contraire en lumière l'intensité de la compétition en IndyCar.”

Ces déclarations sont cependant en contradiction avec certains points du règlement rendu effectif hier. Il y était demandé aux compétiteurs, souvenons-nous, d'être “respectueux, professionnels, honnêtes et courtois les uns envers les autres.”

Qu'est-ce qui énerve donc vraiment l'instance dirigeante?

Mais si Ed Carpenter, par exemple, veut critiquer Sage Karam, comme il l'a fait samedi dernier, pour son pilotage durant une interview en direct à la télévision, ceci n'est clairement pas respectueux, professionnel, honnête ou courtois, sans compter son langage qui pourrait être considéré comme préjudiciable ou manquant de civilité dans notre société très politiquement correcte.

Pourtant, un tel comportement n'a pas “remis en question l'intégrité ni la légitimité du Règlement et de son application, sa construction ou son interprétation.” Carpenter, rappelons-le, a simplement indiqué sa façon de penser au jeune Karam pour ses manières en piste qu'il trouvaient inacceptables.

Aucun de ses propos, ni de ceux que Miles n'a certainement pas apprécié de la part de certains vétérans après la course folle de Fontana, ne désobéit à ce nouveau règlement et il faut alors se demander ce qui pourrait bien pousser l'IndyCar à réagir...

Ne vaut-il pas mieux regarder vers l'avant et... attendre?

Peut-être faudrait-il prendre un peu de recul, établir si cette nouvelle règle est une frappe préventive et continuer de se comporter comme on l'a toujours fait? Durant toutes ces années passées à suivre l'IndyCar, on ne pense pas avoir jamais vu quiconque dénigrer le calendrier ou les courses, ni menacer ou dénigrer toute relation commerciale (surtout, évidemment, avec des sponsors ou des diffuseurs).

Et si nous avons pu entendre des pilotes parler de “cirque” et de “clowns” ou employer des termes plus colorés, cela n'a en rien “remis en question l'intégrité ni la légitimité du Règlement et de son application, sa construction ou son interprétation.”

Ce dont nous avons été témoins récemment n'est que l'expression de cette passion qui fait de la course un sport unique. Alors respirons un bon coup et tournons-nous vers la prochaine manche à Mid-Ohio. Et en attendant, attendons de voir qui va être mis en probation dans les prochaines heures.

Avec la collaboration d'Anne Proffit et Nick DeGroot

A propos de cet article
Séries IndyCar
Type d'article Actualités
Tags carpenter, indycar, karam, réglement