Une 2e place qui est "comme une victoire" pour Daly

partages
commentaires
Une 2e place qui est "comme une victoire" pour Daly
Par :
, Rédacteur en Chef USA
Traduit par: Jean-Philippe Vennin
5 juin 2016 à 12:05

Conor Daly, qui a obtenu samedi le premier podium de sa carrière en IndyCar pour son douzième départ seulement, pense que ce résultat a effacé la déception de l'Indy 500.

Conor Daly, Dale Coyne Racing Honda
Le casque de Conor Daly, Dale Coyne Racing Honda
Conor Daly, Dale Coyne Racing Honda
Conor Daly, Dale Coyne Racing Honda
Conor Daly, Dale Coyne Racing Honda
Conor Daly, Dale Coyne Racing Honda
Podium : le vainqueur Sébastien Bourdais, KV Racing Technology Chevrolet, le deuxième, Conor Daly, Dale Coyne Racing Honda, le troisième, Juan Pablo Montoya, Team Penske Chevrolet
Conor Daly, Dale Coyne Racing Honda

Conor Daly, qui a été impacté par l'accident de Mikhail Aleshin à Indianapolis, a rendu hommage à son écurie Dale Coyne Racing-Honda pour lui avoir permis de faire une “belle course” en termes de stratégie, samedi sur le circuit de Belle Isle.

La petite équipe avait opté pour ne pas faire rentrer son pilote au 43e tour en même temps que la plupart des leaders, mais essayer à la place de rester dans de l'air propre, de rouler à fond et de faire un arrêt tardif pour remettre un peu de carburant. Cela a fonctionné à la perfection, Daly prenant la tête quand le futur vainqueur, Sébastien Bourdais, est repassé par son stand au 57e tour, puis menant quatre boucles avant de ravitailler à son tour pour ressortir des stands à seulement trois secondes du Français et quatre devant Juan Pablo Montoya.

“C'est comme une victoire”, a dit le fils de l'ex-pilote de F1 Derek Daly. “Je n'arrive pas à croire que nous étions à la poursuite de Bourdais et que nous défendions contre Montoya. J'avais l'habitude de regarder ces gars [courir] ici. C'est dingue.”

“C'est pour ça qu'on est là, pour monter sur le podium. On l'a fait cette fois et on a besoin de le faire encore.”

Daly a félicité Firestone, ayant été en mesure de ne pas changer de pneus lors de son dernier pit-stop pour perdre le moins de temps possible. Son dernier train a donc tenu 33 tours, dont seulement quatre sous drapeaux jaunes.

“Merci à Firestone – les pneus ont tenu jusqu'à la fin”, a-t-il rappelé, “et c'était impressionnant car ils allaient de mieux en mieux ! C'était vraiment fabuleux et ils nous ont donné une chance de nous battre pour le top trois.”

"Des crampes de partout"

Le caractère bosselé de la piste, sur laquelle Daly avait déjà signé son premier top six l'an dernier, a été une difficulté, comme Daly l'a confessé.

“C'était beaucoup plus dur que je ne l'avais pensé. J'ai des crampes de partout”, dit-il. “Je dois m'hydrater car c'était une course dure et j'ai les pouces en sang.”

“Mais la voiture était assez bonne pour que je la conduise comme à chaque fois. On a été en mesure de prouver qu'on avait une bonne voiture, et elle l'a été tout le week-end. Ça fait du bien.”

“On a eu pas mal de soucis cette année, spécialement à Indy. C'était vraiment dur à avaler. On avait une voiture géniale là-bas aussi.”

Article suivant
Sébastien Bourdais, un vainqueur surpris à Detroit !

Article précédent

Sébastien Bourdais, un vainqueur surpris à Detroit !

Article suivant

Qualifs 2 - Pagenaud poleman dans la confusion

Qualifs 2 - Pagenaud poleman dans la confusion
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries IndyCar
Événement Detroit
Lieu The Raceway on Belle Isle
Pilotes Conor Daly
Équipes Dale Coyne Racing
Auteur David Malsher