Nos premières impressions sur F1 2021

Dans un mois et demi, F1 2021 sortira officiellement. En attendant, Motorsport.com a pu jouer à une version preview du jeu et vous livre ses premières impressions.

L'édition 2021 du jeu officiel de la F1, le 12e développé par Codemasters, se situe à bien des égards à un tournant : à la fois parce qu'il s’agit du premier opus qui va sortir après l’annonce du rachat du studio par le géant EA mais aussi parce qu'il s'agit du premier titre accompagnant la nouvelle génération de consoles de salon.

Lire aussi :

En attendant de disposer d'une version finalisée du jeu, Motorsport.com a pu jouer à une version bêta de F1 2021 sur PC, qui ne reflète pas la qualité finale du jeu. Celle-ci donnait accès à trois modes de jeu : Carrière (une saison de dix courses), Grand Prix et Contre-la-montre. De quoi percevoir quelques évolutions mais pas encore de révolution.

Graphismes affinés

Dans un premier temps, passage à une nouvelle génération de consoles oblige, les graphismes ont été retravaillés. Si la série des F1 n'a ces dernières années jamais véritablement été mise en défaut sur le plan esthétique, un petit pas supplémentaire semble franchi ici. Le rendu des monoplaces, l'aspect des différentes surfaces et matériaux, notamment sur les caméras extérieures, est convaincant. Côté pilotes, dans les petites scènes dans les stands, sur la grille ou sur le podium, les visages et leurs expressions ont également gagné en réalisme.

Cela se ressent évidemment particulièrement sur les circuits. Ceux-ci n'avaient pour la plupart que peu évolué sur le plan de l'apparence récemment, mais ils ont cette fois connu un petit lifting. Notre version du jeu ne nous donnait accès qu'à six pistes (Sakhir, Barcelone, Bakou, Silverstone, Spa et Melbourne), mais à options graphiques égales par rapport à F1 2020 et sur le même PC, il est vite apparu que les tracés avaient gagné en réalisme.

Plus précisément, la plupart des éléments graphiques ont subi des retouches bienvenues : les pistes dont l'aspect semble plus granuleux et moins lisse, les vibreurs qui semblent avoir plus de vécu, l'herbe plus réaliste, les arbres plus détaillés, les bâtiments plus travaillés, etc.

 

 

Sur Playstation 5 et Xbox Series X, il sera possible de faire varier les options graphiques entre "performance" et "graphismes", comme sur DiRT 5, de diminuer les temps de chargement, de bénéficier d'un audio 3D et du "Ray Tracing" pour des reflets et des lumières plus réalistes sur les replays ou les diffusions.

Ces touches de réalisme supplémentaires ne comprennent pas, dans notre version d'essai du moins, la modification des tracés de Barcelone, dont le virage 10 est celui qui avait cours jusqu'en 2020, et de Melbourne, dont les changements annoncés n'ont pas été intégrés. Pas de trace non plus d'un circuit de Spa revu, alors même que le manque de fidélité de la piste à la réalité est souvent mis en avant depuis quelques années.

Pour rappel au rayon des circuits, au lancement de F1 2021 le 16 juillet prochain, 21 pistes seront disponibles : si le circuit de Shanghai, dont l'épreuve reste toujours en suspens et n'est pas officiellement annulée, sera présent dans le jeu au lancement, ce ne sera en revanche pas le cas d'Imola, de Portimão et de Djeddah. Ces absences seront toutefois provisoires puisqu'ils arriveront dans une mise à jour ultérieure et, précise Codemasters, gratuite.

De même, les écuries et pilotes de la saison 2020 de F2 seront présents au lancement du jeu, avant un passage aux livrées/pilotes 2021 et au nouveau format des week-ends de course par le biais d'une mise à jour ultérieure.

Dégâts sûrs

Pour le reste, les sensations de pilotage ne sont là non plus pas très éloignées de F1 2020. Pas d’orientation nouvelle donc, avec un pilotage qui se veut toujours accessible sans virer dans l'arcade la plus totale, mais un ressenti global qui semble tout de même démontrer l'intégration de la nouvelle donne aérodynamique dans le comportement des monoplaces. Ainsi, à réglages égaux, l'on constate à la fois une plus grande difficulté à passer les virages rapides (virage 9 de Barcelone, Pouhon à Spa, Copse et Stowe à Silverstone) sans avoir à lever le pied de façon plus marquée – ce qui traduit la réduction de l'appui général des F1 – mais aussi un train arrière qui semble décrocher plus soudainement, venant a priori des modifications au niveau du fond plat et du diffuseur.

Les paramètres de réglages des voitures n'ont pas changé d'un iota mais ont parfois été affinés : par exemple, finie la répartition des freins si déséquilibrée qu'un réglage de 50% ne suffisait pas à réduire les blocages des roues avant dans F1 2020. Dans F1 2021, le moindre gros freinage réalisé avec une telle répartition des freins vous fera cette fois bien bloquer les roues arrière et vraisemblablement partir en tête-à-queue.

 

Au rayon des nouveautés, l'on notera (enfin) l'arrivée des dégâts pour d'autres parties de la voiture que l'aileron avant et les trains avant/arrière. Désormais, que ce soit visuellement ou dans le comportement des voitures, il sera possible de subir des dégâts sur les pontons, le fond plat, l'aileron arrière et le diffuseur. Ces dommages, qui seront pour la plupart irréparables (en dehors de ceux subis par l'aileron avant et lors des crevaisons), auront tous un impact sur la performance. Toutefois, si vous préférez en rester aux dégâts des opus précédents, ce sera possible.

Globalement, Codemasters a fait le choix de poursuivre sur la lancée des "styles de conduite" introduits dans l'édition 2020 en ajoutant en plus de "Décontracté" et "Standard", un mode "Expert" qui donne la main aux joueurs sur un certain nombre de paramètres supplémentaires afin de personnaliser au mieux les parties selon leurs préférences et leur envie de réalisme. Outre la gestion des dégâts, on note ainsi l'apparition d'une option offrant des prévisions météo "approximatives", de la possibilité de désactiver les règles de collisions (parfois frustrantes) tout en laissant celles pour les virages coupés, ou l'apparition d'un réglage permettant de déterminer si la vitesse de pointe sera fortement réduite ou non en mode carburant faible.

Faites carrière

En mode carrière, cette possibilité de passer d'un style à l'autre aura une influence importante sur les paramètres qui seront modulables. En effet, le mode "Expert" permettra par exemple de régler la vitesse à la laquelle la popularité, les ressources ou l'argent seront récoltés en fonction des performances, mais également la fréquence des pannes. D'autres options de personnalisation existeront en dehors du mode "Expert", avec notamment la possibilité de laisser de côté les interviews ou encore le développement de la monoplace qui reviendra à votre seule équipe afin de se concentrer sur le seul pilotage.

Fondamentalement, le mode Carrière (qui était limité à une saison de 10 courses dans notre version) évolue peu mais permettra désormais de démarrer en F2 en mode un joueur et se dotera d'un mode deux joueurs plus approfondi, avec la possibilité de courir pour la même écurie ou non, et de bénéficier des mêmes possibilités que pour le mode Carrière à un seul joueur. En dehors de cela, il sera désormais possible de démarrer la saison du début ou en se basant sur les résultats du monde réel après tel ou tel Grand Prix.

 

 

La partie "recherche et développement" a été revue : fini l'arbre de compétences, désormais la présentation se fait par le biais de "cartes" qui offrent un aperçu des évolutions qui pourront être apportées. De même, lors des séances d'essais libres, les programmes ont évolué : moins nombreux, ils offrent la possibilité d'accéder à des objectifs secondaires qui vont permettre d'abaisser le coût du développement et donc de le faciliter. Il sera aussi possible, si vous souhaitez ne pas passer trop de temps sur des programmes rébarbatifs, de passer par le mode "Essais rapides" où vous pourrez fixer des objectifs pour la séance sans avoir à rouler vous-mêmes.

Tous ces changements seront évidemment intégrés dans MyTeam, le mode implanté pour l'édition 2020 et qui permet de prendre les rênes d'une équipe. D'ailleurs, comme l'avait précédemment annoncé Codemasters, les sept pilotes emblématiques annoncés seront disponibles dans ce mode de jeu, mais leur intégration au marché des transferts reste floue. Au rang des pilotes, justement, une nouvelle note en plus des quatre déjà existantes sera intégrée, la "Concentration". Elle variera en fonction des activités de l'équipe, des performances et des interviews avec la presse.

Et le reste ?

Notre version du jeu ne nous donnait pas accès au mode star de cette édition, à savoir "Braking Point" (ou "Point de rupture"), qui se veut une sorte de mode carrière scénarisé mais pour lequel Codemasters, qui tient à le garder le plus secret possible, a tout de même donné des informations. Dans un premier temps, ce mode a bénéficié de l'apport d'une véritable équipe d'auteurs professionnels et verra les joueurs incarner Aiden Jackson, un jeune pilote de F2 aspirant à la F1.

Ce que l'on sait, c'est que ce mode se tiendra sur trois saisons : la campagne 2019 de F2 et les campagnes 2020 et 2021 de F1. Cinq écuries de F1 seront accessibles une fois l'étape de la F2 passée, à savoir Racing Point/Aston Martin, AlphaTauri, Alfa Romeo, Haas et Williams. Tout le sel viendra bien entendu des scènes, particulièrement travaillées sur le plan esthétique avec l'apport de la CGI, qui agrémenteront l'expérience entre les phases où le joueur aura le contrôle, que ce soit hors piste ou en piste, mais aussi des personnages fictifs qui seront là pour apporter différents enjeux à ce mode.

Côté multijoueur en ligne, en dehors du fait que des lobbys pour débutants ou joueurs expérimentés seront mis en place, assez peu d'informations ont filtré jusqu'ici. Si l'on sait que les sauvegardes de replays de courses complètes seront possibles sur PC pour les courses en solo, la question se pose évidemment de savoir si ce sera également le cas pour les courses online. De même, on ne sait pas si le mode spectateur de ces courses va évoluer pour s'adapter aux exigences modernes de la diffusion de ces contenus, que ce soit par le biais du championnat eSport officiel ou de la myriade de championnats privés créés par la communauté.

En bref, ce que nous voyons de cette preview de F1 2021 est prometteur et dans la droite lignée de ce que la série sait faire depuis quelques années. Pas de révolution, un renforcement des acquis, mais des ajouts pour le moment intéressants qu'il faudra confirmer avec la version finale. En espérant que celle-ci s'inscrive un peu plus dans son temps pour certains aspects, notamment côté compétitions online.

F1 2021 sera disponible sur PS5, PS4, Xbox Series X/S, Xbox One et PC le 16 juillet, et trois jours avant sur précommande de l'édition Deluxe.

partages
commentaires

Related video

Les écuries de F1 débarquent dans Rocket League
Article précédent

Les écuries de F1 débarquent dans Rocket League

Article suivant

F1 2021 : premier aperçu de Braking Point

F1 2021 : premier aperçu de Braking Point
Charger les commentaires