H+3 - Les crevaisons perturbent la Toyota de tête

Les deux Toyota sont en tête des 24 Heures du Mans après trois heures de course, et le match entre les équipages est relancé.

H+3 - Les crevaisons perturbent la Toyota de tête

Les leaders par catégorie à 19h

Clt Général Concurrent Catégorie Trs parcourus
1

Japan Toyota Gazoo Racing

Conway/Kobayashi/López

HYPERCAR 45
4

Russian Federation G-Drive Racing

Rusinov/Colapinto/De Vries

LMP2 44
28

Italy AF Corse

Serra/Molina/Bird

LMGTE Pro 42
35

United Kingdom TF Sport

Keating/Pereira/Fraga

LMGTE Am 41

B.D., Le Mans - Après une première heure de course des plus tendues, les débats se sont poursuivis de manière intense pour cette 89e édition des 24 Heures du Mans. La pluie, elle, s'est calmée et a laissé la trajectoire sèche continuer à se dessiner au fil des minutes. Dans ces conditions, Sébastien Buemi a passé l'essentiel de la deuxième heure à attaquer, réduisant peu à peu l'écart sur la Toyota #7 toujours aux commandes. 

Cette phase de course a surtout permis d'obtenir une réponse importante à la question que tout le monde se posait : la durée des relais. Et Toyota a donc bien caché son jeu sur ce point, puisque Buemi est passé au stand après 13 tours, malgré un rythme élevé qui lui a d'ailleurs permis de signer le meilleur tour en course en 3'27"966. 

Pendant ce temps, l'Alpine a confirmé ce qui avait été établi avant la course, à savoir sa capacité à faire 12 tours, le tout en remontant à la troisième place aux dépens des LMP2. "Ça a été un peu rock and roll comme on dit", a confié Philippe Sinault, directeur du team Alpine, pour résumer ce début de course. "Il a fallu survivre au premier relais. On a retrouvé des conditions un peu plus normales. On rentre dans la course en mode un peu plus normal."

Bien que leader, la Toyota #7 a multiplié les événements déconcertants, avec notamment le changement du seul pneu arrière gauche, puis du seul pneu arrière droit, lors de deux arrêts successifs. Deux pitstops qui sont intervenus au terme de relais raccourcis, de huit et neuf tours, à chaque fois à cause d'une crevaison dont a été victime Mike Conway. Buemi, lui, s'est fait une belle frayeur dans un contact flanc contre flanc avec l'Oreca #39, heureusement sans conséquence. 

Après trois heures de course, la Toyota occupe la tête de la course avec dix secondes d'avance sur la Toyota #8. L'Alpine pointe à 1'54. Les Glickenhaus sont sixième et 13e et ont notamment souffert sur la piste humide qu'elles découvrent pour la première fois de leur jeune existence. 

En LMP2, on retiendra surtout la sortie de piste dont a été victime Anthony Davidson dans la troisième heure, ruinant du même coup l'excellent début de course qu'avait réalisé António Félix da Costa au volant de la JOTA #38. La G-Drive #26 a donc hérité des commandes de la course devant le Racing Team Nederland et la JOTA #28. 

En LMGTE Pro, Ferrari a la main avec ses deux 488 qui pointent en tête, devant la Porsche du WeatherTech Racing. TF Sport emmène le peloton du LMGTE Am. 

Lire aussi :

partages
commentaires
H+1 - Une Toyota émerge du chaos

Article précédent

H+1 - Une Toyota émerge du chaos

Article suivant

H+5 - Toyota creuse l'écart sur Alpine

H+5 - Toyota creuse l'écart sur Alpine
Charger les commentaires