24 Heures du Mans : les records majeurs de l'épreuve

En 88 éditions disputées à ce jour, les 24 Heures du Mans ont vu des records s'établir. Certains pour une très longue durée, tandis que d'autres seront plus éphémères. Voici les chiffres majeurs qui forgent la légende sarthoise.

24 Heures du Mans : les records majeurs de l'épreuve

Théâtre de la plus grande course d'Endurance au monde, Le Mans est clairement une terre de records. Petit tour d'horizon des chiffres clés d'une course pas comme les autres, et dont la 89e édition se disputera le week-end prochain. 

Le record de victoires pour un constructeur

19 : Le plus grand nombre de victoires au Mans pour un constructeur, détenu par Porsche. Le constructeur allemand a remporté ses 17e, 18e et 19e succès en 2015, 2016 et 2017, avant son retrait du LMP1. Il fera toutefois son retour en 2023 avec un programme LMDh, et sera donc en lice pour améliorer ce chiffre déjà sensationnel.

Le record de victoires pour un pilote

9 : Le plus grand nombre de victoires au Mans pour un pilote, signé Tom Kristensen (1997, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2005, 2008 et 2013). Sept l'ont été avec Audi, une avec Porsche, une autre avec Bentley. 

Le record de pole positions

5 : Le plus grand nombre de pole positions pour un pilote. Jacky Ickx a signé le meilleur temps des qualifications en 1975, 1978, 1981, 1982 et 1983. Un seul autre pilote est parvenu, comme lui, à établir trois pole positions consécutives dans la Sarthe : Stéphane Sarrazin avec Peugeot entre 2007 et 2009.

Le record de participations

33 : Henri Pescarolo est le pilote qui compte le plus de participations aux 24 Heures du Mans (entre 1966 et 1999), sans compter ses années de présence en tant que constructeur par la suite.

Le record de présence d'un constructeur 

70 : Le nombre d'années record de participation d'un constructeur. Il est solidement détenu par Porsche, présent au Mans sans interruption depuis 1951, en prototype ou en GT, ou les deux. 

Le record de la distance

5 410,713 km : La distance la plus importante parcourue en 24 Heures. Ce record est la propriété d'Audi et de l'équipage formé par Timo Bernhard, Romain Dumas et Mike Rockenfeller en 2010. À bord de l'Audi R15 TDI+, ils avaient bouclé 397 tours à la moyenne de 225,228 km/h. Cette année-là, ils avaient fait tomber un record vieux de 39 ans. 

Le record de vitesse

405 km/h : Il s'agit de la vitesse de pointe la plus élevée sur le circuit. Ce record date de 1988, lorsque Roger Dorchy et sa WM P88 avaient atteint cette vitesse en course sur les Hunaudières. Depuis, la ligne droite de la route de Tours comporte deux ralentisseurs entre le virage du Tertre Rouge et le virage de Mulsanne. Ils sont apparus en 1990.

Le record du tour

3'14"791 : Signé en 2017 par Kamui Kobayashi à bord de la Toyota TS050 Hybrid, ce chrono de pole position est le temps de référence sur l'actuel circuit des 24 Heures du Mans, soit une moyenne de 251,9 km/h. Le record du tour en course est quant à lui détenu par Mike Conway, en 3'17"297 lors de l'édition 2019, là encore avec la TS050 Hybrid.

Le record de podiums consécutifs 

9 : Soit le record du nombre de podiums consécutifs, appartenant à Emanuele Pirro entre 1999 et 2007, à chaque fois avec Audi. C'est toutefois un total éloigné du nombre d'apparitions sur le podium de Tom Kristensen, apparu à 14 reprises sur le podium du Mans durant sa carrière... mais pas sans interruption !

Le vainqueur le plus jeune

22 ans et 91 jours : c'est l'âge qu'avait Alexander Wurz lorsqu'il a décroché la première de ses deux victoires aux 24 Heures du Mans, en 1996 avec Porsche. L'Autrichien détient d'ailleurs le record du plus grand écart entre deux victoires (13 ans), puisqu'il a récidivé en 2009 avec Peugeot. Si l'on exclut le classement général, le vainqueur de catégorie le plus jeune est Julien Andlauer, sacré en LMGTE Am en 2018 à l'âge de 18 ans et 352 jours.

Le vainqueur le plus polyvalent

4 : c'est le nombre de constructeurs différents avec lesquels Yannick Dalmas a remporté l'épreuve. Le Français a triomphé avec Peugeot (1992), Porsche (1994), McLaren (1995) et BMW (1999). 

partages
commentaires
Toyota GT-One : la plus belle voiture à n'avoir pas gagné les 24H ?
Article précédent

Toyota GT-One : la plus belle voiture à n'avoir pas gagné les 24H ?

Article suivant

Toyota : La vitesse de l'Alpine "quand même assez surprenante"

Toyota : La vitesse de l'Alpine "quand même assez surprenante"
Charger les commentaires