Alpine au Mans : "Les gens sont derrière la marque"

La marque française bénéficie toujours d'un réel engouement et d'une grande affection du public.

Alpine au Mans : "Les gens sont derrière la marque"
##35 Baxi DC Racing Alpine A460 Nissan: David Cheng, Ho-Pin Tung, Nelson Panciatici
#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi and #35 Baxi DC Racing Alpine A460 - Nissan: David Cheng, Ho-Pin Tung, Nelson Panciatici
#36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi et #35 Baxi DC Racing Alpine A460 Nissan: David Cheng, Ho-Pin Tung, Nelson Panciatici
#36 Signatech Alpine A460
#35 Baxi DC Racing Alpine A460 Nissan: David Cheng, Ho-Pin Tung, Nelson Panciatici, #23 Panis Barthez Competition Ligier JS P2 Nissan: Fabien Barthez, Timothé Buret, Paul-Loup Chatin
#35 Baxi DC Racing Alpine A460 Nissan: David Cheng, Ho-Pin Tung, Nelson Panciatici; #36 Signatech Alpine A460: Gustavo Menezes, Nicolas Lapierre, Stéphane Richelmi
#35 Baxi DC Racing Alpine A460 Nissan: David Cheng, Ho-Pin Tung, Nelson Panciatici
#36 Signatech Alpine A460

B.D., Le Mans - Aligné sur l’une des deux Alpine au départ en LMP2 - une première depuis le retour de la marque en 2013 -, Nelson Panciatici a une nouvelle fois pu mesurer l’engouement qui entoure l’équipe française et ses deux voitures à la robe bleue. 

"C’est comme chaque année depuis 2013", confie le pilote français à Motorsport.com. "Les gens sont derrière la marque, et de plus en plus. Je pense qu’ils ont vraiment hâte que la voiture [de série] sorte, et ils nous soutiennent vraiment chaque année. C’est agréable, pour toute l’équipe c’est un plus. Ça ne me surprend plus trop, mais au début j’étais surpris de voir tous ces gens."

Les premiers essais débuteront au Mans cet après-midi, et ils constitueront avant tout des séances de travail cruciales en vue de la course. Le défi sera rendu plus compliqué encore par les prévisions météo peu optimistes. 

"L’objectif va être de rouler sur le sec, si on a un moment de sec, pour essayer de continuer à régler la voiture", précise Panciatici. "Si on a une grande fenêtre de sec, on va essayer de voir l’endurance des pneus et essayer de faire un point correct. Mais il va falloir essayer d’être au bon moment sur la piste."

Le plaisir d’avoir un cockpit fermé

Cette année, Alpine utilise un nouveau châssis baptisé A460 - en réalité une ORECA 05 - avec un moteur Nissan. Pour les pilotes, la première différence est venue du fait de disposer désormais d’un prototype fermé. Une bonne chose à plus d’un titre selon Panciatici. 

"Elle est beaucoup plus agréable à piloter car on a beaucoup moins de turbulences quand on est derrière des voitures", révèle-t-il. "La tête à l’air derrière des voitures, on a des turbulences, on prend des bouts de gomme. Je ne dirai peut-être pas ça quand il fera 40°C à Austin ! Mais aujourd’hui au Mans c’est plus agréable."

"Dans l’ensemble je préfère cette voiture, c’est plus rapide. Ça change, [la visibilité] mais ça ne m’a pas perturbé. Ça fait bizarre dans les premiers tours, car il y a les montants, mais après on s’habitue. Et pour la sécurité, c’est beaucoup mieux. Avant, il suffisait que quelqu’un perde un bout de capot ou quoi que ce soit, un bout d’aileron, et on n’était pas protégé. Là on se sent protégé."

partages
commentaires
Webber - "Dans les 18 premières heures, il faut attaquer !"

Article précédent

Webber - "Dans les 18 premières heures, il faut attaquer !"

Article suivant

"Des petites choses peuvent créer un gros problème" en LMP1

"Des petites choses peuvent créer un gros problème" en LMP1
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 Heures du Mans
Événement 24 Heures du Mans
Lieu Circuit de la Sarthe
Pilotes Nelson Panciatici
Équipes Signatech
Auteur Basile Davoine