Immersion - Comment Audi s'est incliné face à Porsche au Mans (2/2)

C'est face à la petite sœur Porsche qu'Audi a plié lors des dernières 24 Heures du Mans. Retour sur une course fascinante avec un vrai regard d'insider, alors que Motorsport.com a passé un moment avec Leena Gade, la meneuse de troupes de l'équipe Audi. Deuxième partie. 

Retrouvez la première partie en cliquant ici

La stratégie carburant de Porsche a surpris Audi

La stratégie initiale de Porsche de faire 13 tours avec l’essence a surpris Audi, qui croyait que ses rivaux choisiraient plutôt d’effectuer 14 tours avec le plein sur le Circuit de la Sarthe. Porsche a opté pour 13 tours afin de rouler plus léger et de passer moins de temps au stand lors des arrêts. 

"Nous pouvions faire seulement 13 tours car c’est ainsi que nous avons procédé du côté de l’ingénierie par rapport à la réglementation", explique Leena Gade. "Nous n’avions pas le choix et on ne peut pas descendre à 12 tours, à moins d’avoir un avantage colossal. Cela nous a surpris car ils n’ont pas fait 14 tours, mais on peut voir pourquoi ils ont opté pour cette approche."

La période décisive entre 23 heures et 5 heures du matin a vu Porsche prendre les devants, et il est apparu évident que le rythme de leurs relais était meilleur par rapport à celui des Audi R-18 e-tron quattro. 

"Ce qui était visible pendant la nuit en regardant les temps au tour des Porsche, c’est qu’ils n’étaient pas massivement éloignés de ce qu’ils avaient été durant la journée", souligne Gade. "Nous ne sommes pas vraiment certains de la raison, ce pourrait être lié aux températures ou à l’adhérence ; on peut voir certaines tendances mais rien de définitif. Nous avons aussi eu des différences entre nos trois voitures."

Motorsport.com comprend que Audi dispose d’un rapport initial quant à ses performances, établi grâce à ses capteurs de données, à la diffusion TV et au retour d’informations des pilotes. Un rapport plus complet est également considéré et évalue à l’usine de Neuburg, en Allemagne. 

Le problème de capot moteur a eu des répercussions majeures

L’Audi n°7 a connu des ennuis prématurés pendant la course, avec notamment une crevaison alors qu’André Lotterer était au volant, et un drive-through infligé pour le non-respect d’une Slow Zone. Une légère excursion hors-piste pour Benoît Tréluyer à la sortie des esses du Tertre-Rouge a également fait perdre un peu de temps. 

Audi était toutefois encore dans la course pour la victoire le dimanche matin. Mais l’espoir d’aller défier Porsche à la régulière a pris fin juste après 7 heures du matin. La perte d’une pièce au niveau du capot moteur de l’Audi n°7 à la sortie des virages Porsche est venu entraver de nouveau les chances de réussite. 

"Nous enquêtons encore sur ce problème", confie Gade. "Ce n’était pas un simple cas de défaillance du capot moteur, cela nous a causé des problèmes et nous nous sommes arrêtés pendant sept minutes."

"Au final, tout problème de ce genre vous met hors de la course à la victoire, exceptée l’année dernière quand tout le monde a connu des problèmes et a dû passer du temps aux stands. Quand la voiture de tête n’a pas de problème, vous ne gagnez pas la course."

Le sentiment général, y compris chez Porsche, était que les 919 Hybrid allaient rencontrer au moins une fois des problèmes de consommation. Cela n’a pas été le cas. Cela, combiné au rythme de la voiture n°19 entre 23 heures et 5 heures, a permis à Porsche de s’imposer pour la première fois depuis 1998. 

Pour Audi, les débriefings vont se poursuivre pour assurer une compréhension maximale et une meilleure prévention des problèmes qui se sont présentés. L’objectif? Une 14e victoire au Mans l’an prochain. 

A propos de cet article
Séries 24 heures du Mans
Équipes Team Joest
Type d'article Interview
Tags analyse, gade, le mans