Journée Test - La pole position 2014 déjà battue par Porsche!

B.D., Le Mans - La séance de l'après-midi aura été un copier-coller de la séance matinale au Mans. La pluie ayant cessé durant la pause-déjeuner, c'est sur une piste quasiment sèche que les concurrents ont pu reprendre leur programme à 14 heures. Profitant de l'accalmie, les pilotes LMP1 ont fait tomber les temps. Si Alexander Wurz s'est fait piéger avec un tête-à-queue en début de séance à bord de la Toyota n°2, la trajectoire s'est ensuite rapidement asséchée.

Lire aussi : Le résumé de la séance matinale

Lotterer (Audi), Tandy (Porsche), Duval (Audi), Bonanomi (Audi) et Hartley se sont ainsi hissés successivement en haut de la feuille des temps en améliorant à chaque fois d'au moins une seconde pleine.

Le record tombe encore

A force de se rapprocher de la référence de la matinée (3:21.945 pour la Porsche n°17), c'est une autre Porsche qui est allée à la conquête du meilleur chrono, lorsque Brendon Hartley a coupé la ligne en 3:21.061. Dans des conditions loin d'être optimales, le pilote néo-zélandais a ainsi amélioré le record de la Journée Test pris par son coéquipier Neel Jani dans la matinée. Surtout, ce chrono de la Porsche n°18 est plus rapide de 7 dixièmes par rapport à la pole position 2014 signée par Kazuki Nakajima!

Encore reléguée au 7e rang, la première Toyota concède toujours du terrain à ses rivaux allemands, malgré un chrono en progression par rapport à la matinée, réalisé cette fois-ci par la n°1 en 3:25.321. Un temps à mettre au crédit de Nakajima, qui a visiblement bien retrouvé ses sensations après sa blessure contractée à Spa. Ce sera sans aucun doute le point positif à retenir dans le clan nippon.

La pluie joue avec les nerfs des équipes

Si le scénario s'est révélé identique à celui de la matinée, c'est parce que la pluie a fait son retour durant la deuxième heure. De manière légère, d'abord, tandis que la direction de course a procédé à un quart d'heure d'exercice sous régime de Safety Car. Puis de manière plus prononcée avec une pluie plus intense à partir de 15h30.

Parfois intermittente mais ne permettant pas à la piste de sécher de nouveau, la pluie a réellement compliqué les programmes des uns et des autres, quelle que soit la catégorie. Car les conditions ont souvent évolué en laissant les équipes face à un choix de pneus cornélien. C'est toutefois du côté du LMP1 que cela a posé le moins de problème, les pilotes semblant même satisfaits de pouvoir tester ces conditions changeantes.

A l'entame de la dernière heure, une accalmie a incité Porsche à tenter une sortie en pneus slicks, mais la pluie a rapidement fait un nouveau retour pour contrarier ces plans. L'objectif était toutefois de pouvoir tester jusqu'à quelle limite il est possible de rester en piste avec les pneus slicks dans de telles conditions. La séance a pris fin quatre minutes avant son terme avec le déploiement du drapeau rouge, suite à la dispersion de quelques débris sur la piste. 

Programme limité chez Nissan

L'après-midi a été compliqué sur le plan technique pour certains équipages, notamment du côté du LMP1 privé. La CLM P1/01 du Team ByKolles n'a pas pris la piste durant cette deuxième partie de séance, tandis que les deux Rebellion R-One ont rencontré des problèmes de réservoir d'essence qui ont limité leur roulage.

Chez Nissan, il a fallu attendre une grosse heure avant de voir une GT-R LM Nismo réapparaitre et c'est finalement une cinquantaine de tours qui ont été couverts par les trois protos, comme dans la matinée. C'est toutefois un soulagement pour le constructeur japonais d'avoir réussi à faire rouler ses trois protos ce dimanche, malgré une distance raisonnable.

Présent dans le stand en qualité de consultant de luxe après avoir cédé son baquet pour Le Mans au pilote russe Mark Shulzhitskyi, Marc Gené a confirmé ce soulagement. "Le but était de faire des kilomètres car on n'a pas roulé assez durant les essais privés", a-t-il expliqué à Radio Le Mans. "On a réussi à faire la distance que l'on voulait, même en travaillant un peu sur les réglages pluie. C'est une journée positive."

"Ce n'était pas facile [de faire tourner les trois voitures]. Les mécaniciens ont beaucoup travaillé toute la nuit. On a tellement de choses à maitriser et à améliorer et je peux davantage aider l'équipe et les pilotes en étant avec eux. Pour le moment je suis plus utile auprès des pilotes et des ingénieurs [qu'au volant]."

Deux ORECA en tête du LMP2

Pour cette session de l'après-midi, le meilleur temps du LMP2 est revenu à l'ORECA 03R-Nissan du Murphy Prototypes, devant la nouvelle ORECA 05 du Thiriet by TDS Racing. Le Jota Sport complète le podium de la catégorie.

Du côté du LM GTE, l'Aston Martin n°97 a pris le meilleur chrono de la classe Pro, et la n°98 du constructeur britannique a dominé la classe Am.

Les meilleurs chronos du LMP1
 VoitureTemps
1 17 Porsche 919 Hybrid 3:21.061
2 19 Porsche 919 Hybrid 3:22.322
3 7 Audi R18 e-tron quattro 3:22.556
4 8 Audi R18 e-tron quattro 3:23.002
5 18 Porsche 919 Hybrid 3:23.179
6 9 Audi R18 e-tron quattro 3:23.375
7 1 Toyota TS 040 - Hybrid 3:25.321
8 2 Toyota TS 040 - Hybrid 3:30.334
9 12 Rebellion R-One - AER 3:33.958
10 13 Rebellion R-One - AER 3:42.144
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries 24 heures du Mans
Événement Journée Test
Circuit Le Mans
Type d'article Résumé d'essais
Tags endurance, journée test, le mans, lmp1, résumé