Le Mans J-43 - Spa, c'est aussi la répétition avant les 24 Heures

Bien sûr, il y a un Championnat du Monde d'endurance. Bien sûr, dès la séance d'essais privés sur le sec, on a vu les Audi, les Toyota et Porsche se jeter dans le Raidillon comme des mortes de faim. Bien sûr que cette course de Spa, ce n'est en quand même pas rien.

C'est qu'il y avait quand même du grain à moudre après le déluge qui s'était abattu sur le circuit ardennais lors des séances d'essais libres de la veille. Nakajima y avait même laissé une grande partie de ses espoirs manceaux puisque le gentil Kazu y était allé d'une rude friction avec l'Audi de Jarvis. Vertèbre fracturée, on était très pessimistes chez Toyota pour l'avenir sarthois de leur pilote japonais.

Bien sûr tout le monde fit le travail nécessaire pour se hisser le plus haut possible sur cette grille belge. Mais curieusement, lors des traditionnels rendez-vous d'avant course, en général tout le monde - staffs, pilotes et même journalistes - avait l'esprit déjà dans la Sarthe. La preuve? Tout simplement que chaque team avouait que quelques-unes de ses autos étaient en configuration Le Mans.

Audi ne pense qu'au Mans

 

On se souvient que l'année dernière, Audi avait aligné une e-Tron assez différente des deux autres. Di Grassi avait alors démontré sur le circuit belge que les réglages Le Mans étaient assez efficaces à Spa. Cette année, Audi a réédité cette stratégie en avouant avoir doublé la mise en réglant deux voitures sur trois en configuration Le Mans. Cela peut sembler risqué mais l'enjeu manceau semble être toujours la cible principale de la marque d'Ingolstadt, qui tient absolument à rester la patronne sur son circuit fétiche.

Le Docteur Ullrich annonce la couleur, cette année encore : l'objectif essentiel pour les Seigneurs des Anneaux est manceau. Même si la victoire de Silverstone les place idéalement dans la course au titre, tous les efforts seront mis sur une nouvelle victoire du côté des Hunaudières. Lors des essais qualificatifs, les deux voiture en configuration Le Mans se sont montrées plus rapide que celle réglée pour Spa. Mais nul doute que les pilotes y sont pour beaucoup.

Porsche en réglages à peu près identiques à ceux du Mans

Pour Porsche, la démarche est sensiblement différente puisque les trois autos sont identiques au niveau des réglages. Et que ceux-ci, on le sait, sont de toute façon très typés Le Mans. Et ce depuis l'année dernière. Pas de demi-mesure chez les gens de Stuttgart. En revenant en Endurance, Fritz Enzinger et les siens n'ont pas caché leur objectif principal : "Nous sommes revenus chez nous", clamait une immense publicité sur les tribunes mancelles en 2014.

Alors quand lors de la séance d'essais qualificatifs, Brendon Hartley plaque un imparable 1'54''779, on se dit que les réglages étaient les bons. "A peu de choses près", confiait le Néo Zélandais, "ce seront les mêmes au Mans.'' Et comme les deux voitures sœurs elles aussi des plus à l'aise sur le toboggan des Ardennes, il est désormais évident que les réglages du Mans conviennent assez bien aux Porsche à Spa. 

Toyota dans le dur

Par contre, pour les Japonais, on peut se poser beaucoup de questions. On sait que Pascal Vasselon n'est pas un fan des réglages anticipateurs. Les deux voitures étaient sans doute en configuration très typée Spa. Reléguées assez loin des voitures allemandes, les deux TS040 ont sans doute été un peu ''chahutées'' par la nécessité de refaire l'une d'entre elles après le crash de Nakajima. Mais décidément, il s'avère que de plus en plus, les voitures réglées pour Le Mans sont terriblement efficaces à Spa

A propos de cet article
Séries 24 heures du Mans
Type d'article Analyse
Tags AJFFC, audi, ferrari, porsche, toyota