DTM
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
WRC
03 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
EL1 dans
28 jours
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
Moto3
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
C
GP de Valence
15 nov.
-
17 nov.
Prochain événement dans
1 jour
Moto2
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
C
GP de Valence
15 nov.
-
17 nov.
Prochain événement dans
1 jour
IndyCar
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
Formule E
C
E-Prix d'Ad Diriyah
22 nov.
-
23 nov.
Prochain événement dans
8 jours
C
E-Prix de Santiago
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
64 jours
FIA F3
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
FIA F2
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
C
Yas Marina
28 nov.
-
01 déc.
Prochain événement dans
14 jours
Formule 1
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
ELMS
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
WTCR
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
C
Macau
14 nov.
-
17 nov.
Prochain événement dans
03 Heures
:
33 Minutes
:
03 Secondes

López sur sa crevaison : "Toyota aurait dû changer les 4 pneus"

partages
commentaires
López sur sa crevaison : "Toyota aurait dû changer les 4 pneus"
Par :
16 juin 2019 à 15:27

La défaite de la Toyota #7 dans la dernière heure des 24 Heures du Mans laisse un goût amer à ses pilotes, qui voient une première victoire en Sarthe leur échapper de justesse.

B.V., Le Mans - C'est un sort bien cruel qu'ont réservé les 24 Heures du Mans à la Toyota #7 cette année. La voiture sœur, la #8, s'était imposée en 2018, mais Kamui Kobayashi, Mike Conway et José María López ont réalisé une très belle prestation, avec la pole position du Japonais notamment.

Outre quelques erreurs sans conséquence de López en course, la #7 a passé la quasi-intégralité de l'épreuve en tête, mais c'était sans compter sur une crevaison qui a contraint l'Argentin à rentrer au stand pour changer le pneu avant droit à 13h57. L'écurie Toyota était bien loin de se douter qu'un capteur défaillant avait mal identifié le pneu crevé, qui était en réalité l'arrière droit, et López a dû parcourir les 13,626 kilomètres du Circuit de la Sarthe au ralenti pour effectuer un nouveau passage par la pitlane. Un problème anodin qui lui coûte la victoire, pour seulement 17 secondes. 

Lire aussi:

"Nous devons analyser ce qui s'est passé", déclare López. "Tout ce que je sais, c'est que nous avons gardé un train de pneus neufs pour la fin, afin de jouer la sécurité. Je l'ai chaussé, je faisais attention à ne pas toucher les vibreurs, puis j'ai reçu un message comme quoi j'avais une crevaison. Le gros problème, c'est qu'ils ne m'ont changé qu'une roue, je ne comprends pas pourquoi, ils auraient dû changer les quatre. Et ils ont changé la mauvaise."

Lire aussi:

Le team manager Rob Leupen a été interrogé quant à la décision de ne pas changer : "On nous a posé une question simple : pourquoi n'avons-nous pas changé les quatre pneus pour jouer la sécurité ? Nous ne l'avons pas fait. C'est le jeu, il faut prendre une décision. [Quant au capteur], je ne sais pas ce qui s'est passé. Je ne pense pas que nous réfléchissions à ça tout de suite."

#7 Toyota Gazoo Racing, Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez

Cet échec est en tout cas particulièrement difficile à avaler pour López. "Je ne tire pas de conclusions, ça me met très en colère", poursuit-il. "J'ai travaillé pour cette course cette année, je me suis entraîné comme jamais auparavant, j'ai analysé comme jamais auparavant, j'ai étudié les erreurs de l'an dernier pour ne pas les refaire. Et ça se passait très bien. Mike, Kamui et moi avons fait du très bon travail à chaque fois que nous sommes montés dans la voiture. Jusqu'à atteindre ces deux minutes d'avance." 

Lire aussi:

"J'étais content de monter dans la voiture pour finir la course. Mais le sentiment d'être là quand tout est arrivé, c'est indicible... Cette course est un rêve pour moi, et c'était un rêve de la remporter. Je demande à Dieu pour quelle raison il m'en a privé, et je lui demande de me donner la chance de la remporter un jour."

Kobayashi : "Là, maintenant, je n'aime pas Le Mans !"

Double poleman au Mans et détenteur du record du circuit, Kamui Kobayashi a également vu la victoire lui filer entre les doigts, si bien qu'il finit deuxième pour la troisième fois depuis 2016. Une deuxième place dont il commence à se lasser, surtout dans ce contexte. "Là, maintenant, je n'aime pas Le Mans !" sourit le pilote nippon.

"Gagner ici... Sébastien [Buemi] a tenté six fois, avant de gagner deux fois... j'ai tenté quatre fois, donc la prochaine sera peut-être la bonne ! Il ne faut jamais abandonner. En attendant, nous avons fait de notre mieux pour gagner cette course, et ça se présentait bien jusqu'à la 23e heure. C'est dur à encaisser, mais c'est la vie. Nous nous efforcerons de revenir plus forts l'an prochain."

 

Article suivant
Toyota a réfléchi puis refusé d'inverser les positions à l'arrivée

Article précédent

Toyota a réfléchi puis refusé d'inverser les positions à l'arrivée

Article suivant

Le "jackpot" pour Alpine et les "larmes de bonheur" de Lapierre

Le "jackpot" pour Alpine et les "larmes de bonheur" de Lapierre
Charger les commentaires