24 Heures du Mans 24 Heures du Mans

Loïc Duval : "Toyota a clairement de l'avance sur tout le monde"

Ravi de retrouver le Pesage, où le public a affiché une réelle passion à la découverte des 9X8 au Mans, Loïc Duval mesure les attentes mais aussi l'ampleur de la tâche qui attend le constructeur français.

#94 Peugeot Totalenergies Peugeot 9X8 of Loic Duval, Gustavo Menezes, Nico Muller

"On a eu une séance d'essais à Magny-Cours qui s'est plutôt bien passée." Ainsi Loïc Duval résume-t-il les dernières semaines passées à préparer le grand retour de Peugeot Sport aux 24 Heures. Ce vendredi dans le centre-ville du Mans, l'arrivée des Lionnes affublées de leur robe spéciale n'est pas passée inaperçue. Si l'ouverture du Pesage s'est faite en douceur, la foule n'a cessé de grossir pour finalement, en fin d'après-midi, accueillir les deux 9X8 dans une véritable marée populaire rappelant de grandes heures passées.

"Il y a une certaine attente, un engouement derrière cette course particulière, et puis on est un constructeur français, alors il y a sûrement des attentes du public", admet Loïc Duval, qui partagera le volant de la #94 avec Gustavo Menezes et Nico Müller. "Nous aussi on attend du public qu'il soit derrière nous, qu'il nous supporte et qu'on partage quelque chose de particulier."

Malgré sa gloire passée et les succès des 905 et 908 dont les nostalgiques raffolent, Peugeot n'arrive toutefois pas au Mans en terrain conquis. La marque française le sait, son Hypercar n'a pas encore affiché le niveau espéré et la concurrence sera rude. Loïc Duval, lui, souhaite avant tout qu'à partir de la Journée Test, "le circuit corresponde à ce dont ont a besoin", dans l'espoir d'une "progression continue".

"La fiabilité, je pense que comme tout constructeur qui arrive pour la première au Mans, c'est toujours un élément important, bien sûr, ce n'est jamais facile", rappelle le vainqueur de l'édition 2013. "Ferrari a rencontré aussi des problèmes de fiabilité par exemple, et d'autres. C'est sûr qu'on travaille dessus et que c'est la priorité, car avant de gagner Le Mans, il faut le terminer sans rencontrer de soucis. C'est l'objectif numéro un. C'est un long travail. On est quand même face à un constructeur, Toyota, si on le prend en référence, qui est là depuis pas mal d'années maintenant, donc ce sera dur d'aller les déloger, mais ça reste l'objectif. On travaille dans ce sens-là."

Vainqueur il y a dix ans, Loïc Duval sait toutes les difficultés du Mans.

Vainqueur il y a dix ans, Loïc Duval sait toutes les difficultés du Mans.

Faire cohabiter l'immédiateté et le long terme est une gymnastique peu évidente. Loïc Duval est un ambitieux pour qui "il y a forcément plus de plaisir à se battre pour la gagne" mais qui sait aussi avoir la tête sur les épaules. Centenaire ou pas, plateau gargantuesque ou pas, le favori est clairement identifié par tous.

"Le but des médias est d'essayer de créer quelque chose parce que tout le monde a envie qu'il y ait une grosse bagarre, mais ça reste la première année et Toyota a clairement de l'avance sur tout le monde, et tout le monde essaie de s'en rapprocher le plus vite possible", prévient-il. "On a vu des Ferrari en effet compétitives, mais elles ne sont pas encore au niveau, des Cadillac aussi. Il y a des moments où on a fait des choses plutôt bien aussi. Il faut voir, il faut prendre le temps. C'est sûr que dans les grandes lignes c'est toujours bien de dire qu'untel ou untel va pouvoir potentiellement battre Toyota, mais ça reste le leader incontesté pour le moment, qu'on va essayer de chatouiller un petit peu."

Dimanche, les premiers tours de roue lors de la Journée Test donneront un premier aperçu de la hiérarchie possible, sur fond d'ajustement de la BoP, tout en prenant les pincettes d'usage à la lecture des chronos.

"On va essayer de faire en sorte d'être le plus proche possible", promet Loïc Duval. "Je me souviens d'années où j'étais dans une Peugeot par exemple, face à Audi, on pouvait être trois à quatre secondes moins rapides au tour et finalement gagner la course. Ce sont des paramètres qu'il faut prendre en compte, ça va être une longue course de 24 heures, on va faire notre travail du mieux possible et on verra où on sera le dimanche après-midi."

Renouer avec le mythique circuit des 24 Heures du Mans apportera son lot d'adrénaline, grâce à la nature d'un tracé où le pilote français apprécie "que la prise de risque soit récompensée". Peugeot est de retour, la passion du public ne se dément pas, mais la piste va bientôt parler.

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Doriane Pin : "Un moment magique" au Mans avant de viser l'Hypercar
Article suivant LIVE Streaming - Suivez le Pesage des 24H du Mans en direct

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse