WRC
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
EL3 dans
01 Heures
:
45 Minutes
:
00 Secondes
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
Moto3
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
Moto2
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
Formule E
23 nov.
-
23 nov.
Événement terminé
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
34 jours
FIA F2
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Formule 1
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
ELMS
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
WTCR
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
13 déc.
-
15 déc.

Porsche voulait un trio Alonso-Hülkenberg-Montoya au Mans

partages
commentaires
Porsche voulait un trio Alonso-Hülkenberg-Montoya au Mans
Par :
3 juin 2019 à 07:05

En 2016 et 2017, on aurait pu voir une équipe "all star" chez Porsche aux 24 Heures du Mans. Les rumeurs de l'époque n'avaient rien de fantaisiste, et le constructeur allemand cherchait bien à attirer des vedettes de la F1 pour constituer un équipage.

On connaissait l'existence des différents contacts à une certaine époque, mais pas forcément la totalité des projets. Pourtant, Porsche avait bel et bien en tête d'aligner un prototype confié uniquement à des stars de la Formule 1 lors d'une édition des 24 Heures du Mans, du temps de son programme LMP1, riche en succès et achevé fin 2017. Les planètes ne se sont finalement pas alignées, mais le constructeur allemand avait tout fait, il y a quelques années, pour tenter d'associer Fernando Alonso, Nico Hülkenberg et Juan Pablo Montoya au volant d'une 919 Hybrid dans la Sarthe.

Lire aussi:

Les pilotes eux-mêmes étaient intéressés par l'idée de travailler ensemble, Hülkenberg étant devenu un candidat évident après avoir triomphé au Mans pour son unique participation, déjà avec Porsche, en 2015. À l'époque vice-président du programme LMP1, désormais patron de la branche sportive de la marque de Stuttgart, Fritz Enzinger en dit plus sur l'idée qui avait germé. "Je voulais vraiment un tel équipage, c'était réaliste", assure-t-il à Motorsport.com. "Nous avions discuté avec Alonso et Montoya, tandis que Hülkenberg avait déjà piloté pour nous. Ça aurait été séduisant."

Une dream team qui est restée... un rêve

Juan Pablo Montoya

Le groupe Volkswagen avait pris conscience de l'impact médiatique que pouvait générer les pilotes F1 lorsqu'André Lotterer était allé effectuer une pige dans la catégorie reine avec Caterham, lors du Grand Prix de Belgique 2014. Moins d'un an plus tard, le succès éclair de Hülkenberg et la popularité autour de son double engagement – l'Allemand avait été autorisé à courir par Force India, son écurie en F1 – n'avaient fait que confirmer ce sentiment.

"Nous n'avons pris conscience de cette importance qu'après la victoire avec Nico Hülkenberg", admet Fritz Enzinger. "L'intérêt de pilotes de très haut niveau pour un baquet au Mans avec notre équipe était énorme. C'était très flatteur pour nous, chez Porsche. Nous pouvions choisir les pilotes et nous étions en contact avec plusieurs d'entre eux. Il y a eu des discussions avec Juan Pablo Montoya, qui était plutôt avancées. Il était très enthousiaste, car il avait déjà gagné à Indianapolis et Monaco. Seul Le Mans lui manquait pour la Triple Couronne. À l'époque, Montoya était aux États-Unis et très intéressé. Il avait pris beaucoup de plaisir à piloter la voiture lors du test de Bahreïn, en 2015."

Alors toujours titulaire en IndyCar chez Penske, le Colombien n'avait finalement "pas eu l'autorisation" de s'engager avec Porsche. Quant à Alonso, là aussi il était devenu impossible de trouver un accord avec Porsche en Endurance, puisque le motoriste et partenaire de McLaren en F1 durant cette période, à savoir Honda, n'était pas prêt à donner le feu vert. "Selon moi, ce trio était très attractif", ajoute Fritz Enzinger. "Envoyer au Mans une Porsche 919 Hybrid avec trois pilotes de Formule 1 aurait été une manière de véritablement s'affirmer."

Propos recueillis par Christian Nimmervoll  

Fernando Alonso, McLaren, Nico Hülkenberg, Force India
Article suivant
C'était un 2 juin : Tour de trop pour Mansell, récital de Schumacher

Article précédent

C'était un 2 juin : Tour de trop pour Mansell, récital de Schumacher

Article suivant

McLaren pourrait revoir son concept aérodynamique

McLaren pourrait revoir son concept aérodynamique
Charger les commentaires