Pourquoi le team ByKolles a vécu un "cauchemar" en essais

B.D., Le Mans - La première journée ne s'est pas déroulée idéalement pour le team ByKolles, deuxième représentant du LMP1 privé aux côtés de Rebellion : 17 tours bouclés seulement durant les 6 heures de roulage de mercredi, et un meilleur chrono en 3:40, derrière les leaders de la catégorie LMP2.

Photos : La semaine du Mans en images

De retour au Mans pour une pige avec l'équipe de Colin Kolles, Tiago Monteiro a expliqué à Motorsport.com ce qui est arrivé. Un mercredi qu'il n'hésite pas à qualifier de "cauchemar", vécu auprès de ses coéquipiers Pierre Kaffer et Simon Trummer. Tout est parti d'une évolution majeure apportée à la CLM P1/01, qui a finalement produit l'effet inverse.

"On a reçu un nouveau package aéro avant-hier, qui était bien mieux selon les simulations", raconte Monteiro à Motorsport.com. "Ils l'ont implémenté sur la voiture et la réalité c'est que c'était un cauchemar. C'était vraiment difficile à conduire. Le package aéro a fonctionné, mais que sur l'avant pratiquement, ce qui a donné une voiture très déséquilibrée, surtout dans les virages rapides et à haute vitesse, à partir du 4e, 5e, et 6e rapport. C'était une voiture très vive, très nerveuse, très difficile à conduire."

Besoin urgent d'une situation de confort

Sans parler de performance, les trois pilotes sont à la recherche d'un confort de pilotage qui est absolument primordial dans leur proto, avant de se lancer dans une épreuve aussi rude que les 24 Heures du Mans.

"C'était vraiment impossible de faire quoi que ce soit, d'attaquer, de travailler", regrette Monteiro. "On a fait très peu de vrais tours chronos. C'était impossible de chercher la performance, et surtout on a cherché une solution confortable pour conduire. C'est une course de 24 Heures, ce n'est pas un sprint, donc si on n'a pas quelque chose de conduisible, on ne tient pas. Même en étant dans les temps, à un moment on va faire une faute."

Deux options envisageables

Les deux dernières séances de ce jeudi vont donc être cruciales, plus que jamais, avec un besoin de trouver la bonne solution en un temps record. Passé ce soir, il sera trop tard pour adapter la voiture au mieux en vue de la course. Le défi qui attend ByKolles est donc relevé.

"On a eu une mauvaise surprise avec quelque chose qui, sur le papier, était très bon et qui dans la réalité, avec l'équilibre, était vraiment un désastre. C'était très dangereux, très difficile à conduire et pas très plaisant. On était beaucoup mieux lors des tests il y a 15 jours. C'est assez préoccupant mais on a des solutions que l'on va essayer aujourd'hui", précise Monteiro.

"Si on voit que ça ne va pas le faire, il faudra revenir en arrière. Le problème de revenir en arrière, c'est qu'il y a apparemment des pièces qui ne sont plus utilisables. Visiblement ce n'est pas une affaire facile. Il y a beaucoup d'aéro avec des pièces qui ont été redécoupées, redessinées…"

La fiabilité au rendez-vous?

Une situation d'autant plus regrettable que la fiabilité, qui fut longtemps le talon d'Achille de la CLM P1/01, semble aujourd'hui moins inquiéter l'équipe qui bat pavillon autrichien.

"Tous les points qui étaient critiques jusqu'à maintenant ont été revus. Ils ont beaucoup, beaucoup, beaucoup travaillé sur la fiabilité. Ce n'est pas une garantie, surtout au Mans, mais c'était la principale préoccupation de l'équipe jusqu'à présent."

A propos de cet article
Séries 24 heures du Mans
Événement 24 heures du Mans
Circuit Le Mans
Pilotes Tiago Monteiro
Équipes Kolles Racing
Type d'article Actualités
Tags endurance, kolles, lmp1