Toyota : "On a un problème agréable à gérer : on est favoris"

À l'heure des premiers essais des 24 Heures du Mans, Toyota peut difficilement se débarrasser d'une étiquette de favori désormais assumée, et également affublée par Porsche.

Toyota : "On a un problème agréable à gérer : on est favoris"
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
Pascal Vasselon, directeur technique de Toyota Racing
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#2 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Timo Bernhard, Earl Bamber, Brendon Hartley
Andre Lotterer, Porsche Team
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy

B.D., Le Mans - L'attente va bientôt prendre fin. Après un premier aperçu lors de la Journée Test il y a dix jours, Porsche et Toyota reprennent la piste au Mans ce mercredi. Les deux mastodontes du LMP1 ont dix heures de roulage devant eux ; six aujourd'hui, quatre demain. Le match des qualifications débutera à 22 heures, avec la prudence de mise, tant la place sur la grille de départ au Mans reste finalement anecdotique pour la course.

C'est avec trois TS050 Hybrid aux trois premières places que l'on a laissé Toyota au soir de la Journée Test, avec près de trois secondes d'avance sur la première Porsche. Suffisant pour faire du constructeur japonais, en quête de repentance après le cruel destin de l'édition de 2016, le favori de cette 85e édition ?

"Ça ne peut que bien se présenter", ne cache pas le directeur technique Pascal Vasselon auprès de Motorsport.com. "On a un problème agréable à gérer, c'est que l'on est favoris. On a travaillé pour ça, donc on ne va pas se plaindre. Ceci dit, on ne se fait pas d'illusions : les écarts que l'on a vus lors de la Journée Test ne sont certainement pas représentatifs. On attend Porsche beaucoup plus près de nous. On attend une compétition très, très serrée. Bien sûr, on pense – en tout cas on espère – être compétitifs. Mais on ne sera pas des années-lumière devant Porsche. Pour nous, la pression reste de continuer notre programme comme si on était deux secondes derrière."

Le record ? "Ça ne sert à rien"

La question que tout le monde se pose avant les qualifications, c'est se savoir si le record absolu de la piste tombera. Personne ne s'en cache, la Toyota en a les moyens. Encore faut-il que les conditions soient réunies, notamment sur le plan météorologique : un orage peut venir gâcher l'opportunité, mais trop de chaleur également, en raison de la fenêtre d'exploitation des pneumatiques Michelin.

"En regardant les temps de la Journée Test, c'est possible de battre le record", admet Pascal Vasselon. "Ça ne va pas être un objectif, car ça ne sert à rien. Ceci dit, on va vers un temps très chaud et, forcément, le grip des pneus diminue quand il fait chaud. Il y a un certain nombre de facteurs qui rendent ce record possible, mais il y en a d'autres, comme la température de la piste, qui vont être un handicap. Mais ça ne nous préoccupe pas du tout. Il n'y a pas d'objectif à battre le record de la piste."

On a fait un beau tableau excel avec la liste des essais que l'on doit faire !

Pascal Vasselon

Car la priorité sur les deux soirées qui viennent, c'est plus que jamais d'améliorer le comportement de l'auto en vue de la course. Pour la première fois de son histoire moderne au Mans, Toyota dispose de trois équipages pour le faire, ce qui permet de multiplier les angles de travail. "On a des programmes très complémentaires", explique Pascal Vasselon. "C'est l'intérêt des trois voitures. On fait des choses différentes avec chacune des voitures. On a un ensemble de priorités qui ont été distribuées. On a fait un beau tableau excel avec la liste des essais que l'on doit faire, et on a mis des croix sur qui fait quoi !"

Porsche fait profil bas

Un peu plus loin dans la pitlane du Mans, Porsche va s'employer également à la tâche. L'ouvrage est sur le métier dans les rangs de la firme allemande, où là non plus, il n'est nullement question de laisser passer le moindre détail. Entre les deux prototypes de Stuttgart, pas question non plus de mettre ses œufs dans le même panier lors des essais. "On aura un programme un peu différent entre les deux voitures, au niveau du set-up, pour voir les deux stratégies et savoir qui profite de quoi", précise André Lotterer, qui partage le baquet de la #1 avec Neel Jani et Nick Tandy.

L'unique rescapé du programme LMP1 d'Audi n'est en revanche pas dupe quant au niveau de performance de la concurrence. Même si Porsche n'a pas effectué de simulation de qualifications lors de la Journée Test, lui ne s'attend pas à voir la tendance générale s'inverser : "L'écart sera plus ou moins le même, car eux [Toyota] vont passer un cap, et nous allons passer un cap. La tendance est là. Ils ont énormément progressé avec leur voiture et leur concept. Je pense que Toyota a le statut de favori, si on regarde leurs performances, il n'y a pas photo, les chronos le montrent. Quel statut donner à Porsche ? Je ne sais pas."

partages
commentaires
Sam Bird sur Ford : "Si c'est leur véritable rythme, bravo à eux"
Article précédent

Sam Bird sur Ford : "Si c'est leur véritable rythme, bravo à eux"

Article suivant

Kraihamer inquiet pour l'avenir du LMP1

Kraihamer inquiet pour l'avenir du LMP1
Charger les commentaires