Toyota simule des défaillances pour préparer Le Mans

partages
commentaires
Toyota simule des défaillances pour préparer Le Mans
Jamie Klein
Par : Jamie Klein
15 févr. 2018 à 17:01

Prétendant malheureux à la victoire aux 24 Heures du Mans ces dernières années, le constructeur japonais ne veut laisser aucune place au hasard pour la prochaine édition, dont il sera l'immense favori.

Pour se préparer au mieux à tous les cas de figure possibles, Toyota a simulé des défaillances aléatoires lors de ses récents essais menés avec la TS050 Hybrid. Une mise en situation nécessaire en vue des 24 Heures du Mans, où le constructeur nippon n'a pas été épargné ces dernières années. 

Directeur technique de Toyota, Pascal Vasselon explique que l'équipe veut être prête à faire face à toute situation imprévue. Cela a donc constitué un véritable axe de travail lors des essais qui se sont déroulés à Motorland Aragón en ce début d'année. Le sujet est d'autant plus sensible pour la marque japonaise que lors des deux dernières éditions, des ennuis de fiabilité inattendus lui ont coûté la victoire dans la Sarthe. Qui n'a pas encore en tête l'image du proto de Kazuki Nakajima immobilisé dans la ligne droite des stands à trois minutes de l'arrivée en 2016 ? 

Cette année, Toyota sera le seul constructeur présent en LMP1 avec un engagement officiel, suite au retrait de Porsche, tandis que le reste de la catégorie sera composé d'équipes privées. La team japonais est ainsi inévitablement le grand favori, mais retient les leçons du passé en ne prenant rien pour acquis.

"Ce que nous avons vraiment changé, c'est la manière dont nous préparons Le Mans", révèle Pascal Vasselon à Motorsport.com. "Nous avons passé beaucoup de temps à gérer des situations imprévues : réparations imprévues, problèmes imprévus. Nous avons vraiment pris le temps de placer l'équipe dans des situations qui ne sont pas normales, car c'est là que nous avons échoué. Par exemple, nous disons que nous avons soudainement brisé un arbre de transmission à l'arrière droit."

"Nous décidons de simuler des défaillances radio, et nous voyons comment le pilote et l'équipe réagissent. Nous provoquons des faux problèmes. Nous avons échoué avec les problèmes inhabituels, et l'équipe n'a pas parfaitement géré ces situations. Certains d'entre eux étaient difficiles à gérer, mais on peut toujours faire mieux."

Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid

Pascal Vasselon ne le cache pas, le fait que Toyota se retrouve seul à disposer d'une équipe d'usine en LMP1 a inévitablement modifié l'approche mise en place, d'autant plus que le niveau de performance des équipes privées reste encore inconnu à ce jour.

"Le Mans est un défi en soi", souligne le Français. "Ces quatre dernières années, nous aurions pu gagner à trois reprises [en 2014, 2016 et 2017], mais nous avons perdu car nous avons eu des problèmes que nous n'avons pas gérés correctement. Cette année, nous allons nous battre contre Le Mans, pas directement contre nos concurrents. C'est notre défi."

La prochaine session d'essais organisée par Toyota aura lieu dès la semaine prochaine au Portugal, sur le circuit de Portimão.

Propos recueillis par Jamie Klein

Prochain article 24 heures du Mans
Renault ne privera pas Alonso des 24 Heures du Mans

Previous article

Renault ne privera pas Alonso des 24 Heures du Mans

Next article

Toyota a testé son proto LMP1 sur trois roues

Toyota a testé son proto LMP1 sur trois roues
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 heures du Mans
Équipes Toyota Racing
Auteur Jamie Klein
Type d'article Actualités