Veloqx prépare un retour au Mans avec une Hypercar

Team Veloqx se prépare à un retour à la compétition après quasiment 20 ans d'absence, avec une Hypercar baptisée Fangio et propulsée par un moteur utilisant des biocarburants.

Veloqx prépare un retour au Mans avec une Hypercar

L'équipe britannique Team Veloqx va mettre fin à une absence des circuits qui date de 2004, lorsqu'elle exploitait des Audi R8 LMP1, s'était imposée aux 12 Heures de Sebring et avait terminé deuxième des 24 Heures du Mans. Son fondateur, Sam Li, a dévoilé son projet pour le WEC avec une auto baptisée Veloqx Fangio Hypercar. Elle sera propulsée par un moteur capable d'utiliser plusieurs carburants éco-responsables.

L'objectif est de faire rouler la voiture en 2025, même si Sam Li n'a pas exclu de voir le nom Veloqx revenir en compétition avant cette échéance. Il est temps selon lui de relancer une structure qui a connu un grand succès en très peu de temps : victoire en British GT dès sa première saison en 2002, victoire en GTS au Mans en 2003 avec Prodrive, victoire en Le Mans Endurance Series avec ses Audi en 2004.

"J'avais 28 ans lorsque nous avons arrêté fin 2004, et j'avais besoin de me consacrer à mes activités dans l'immobilier", explique Sam Li à Motorsport.com. "J'ai travaillé avec un constructeur et j'ai eu du succès, mais je voulais développer l'entreprise jusqu'à ce que je puisse avoir une plus grande valeur ajoutée technique pour le jour où je reviendrais. Je m'investis désormais pour tenter de gagner les 24 Heures du Mans sous le nom Veloqx."

Au cœur de ce projet de retour à la compétition, il y a ce que l'entreprise décrit comme un "moteur Veloqx à carburant zéro émission variable". Le groupe propulseur a en effet été conçu pour utiliser différentes sortes de biocarburants, y compris de l'hydrogène.

"Nous voulons utiliser l'Endurance et la plateforme offerte par l'Automobile Club de l'Ouest pour valider cette technologie", précise Sam Li, qui n'a pas renié son passé d'ingénieur. "Nous voulons que plusieurs équipes utilisent notre LMH les unes contre les autres avec différents carburants. Nous pensons que différents pétroliers auront différentes solutions pour un carburant à zéro émission."

Lire aussi :

Il faudra toutefois attendre 2025 pour que cette vision devienne réalité car le WEC vient de prolonger de trois années son partenariat avec TotalEnergies, qui fournira à l'intégralité du plateau un biocarburant à partir de 2022. La LMH Fangio pourrait cependant courir en 2024 avec ce carburant.

Veloqx travaille déjà sur sa motorisation avec Ulrich Baretzky, ancien ingénieur moteur d'Audi Sport, qui a remporté 14 fois les 24 Heures du Mans. "Sam et moi sommes sur la même longueur d'onde", assure celui qui a quitté le constructeur allemand l'an dernier. "Ce dont nous parlons est important pour garantir l'avenir du sport automobile en maintenant son attractivité."

Sam Li a également l'intention de recruter un "leader de l'industrie" pour diriger le projet technique, dont la base sera située à Brackley dans les mêmes bâtiments que par le passé. Une voiture prototype roulante existe déjà et sera utilisée pour concevoir la future LMH ainsi qu'un nombre limité de voitures de route. Cette auto (photo ci-dessus) a déjà été testée sur le circuit de Bahreïn, avec pour le moment un moteur Ferrari V12.

partages
commentaires
Action Express espère engager les Cadillac aux 24H du Mans

Article précédent

Action Express espère engager les Cadillac aux 24H du Mans

Article suivant

La "longue souffrance" de López au volant d'une Toyota mal en point

La "longue souffrance" de López au volant d'une Toyota mal en point
Charger les commentaires