Moto2
C
GP de République Tchèque
07 août
-
09 août
Prochain événement dans
65 jours
C
GP d'Autriche
14 août
-
16 août
Prochain événement dans
72 jours
11 sept.
-
13 sept.
Événement terminé
C
GP d'Aragón
25 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
114 jours
C
GP de Thaïlande
02 oct.
-
04 oct.
Prochain événement dans
121 jours
C
GP du Japon
16 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
135 jours
C
GP de Malaisie
30 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
149 jours
C
GP des Amériques
13 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
163 jours
C
GP d'Argentine
20 nov.
-
22 nov.
Prochain événement dans
170 jours
C
GP de Valence
27 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
177 jours

L'impact du coronavirus fait trembler les équipes Moto2 et Moto3

partages
commentaires
L'impact du coronavirus fait trembler les équipes Moto2 et Moto3
Par :
24 mars 2020 à 10:01

Alors que leur solidité permet aux équipes du MotoGP de résister aux conséquences de la suspension de la compétition causée par la crise du coronavirus, cette inactivité met la viabilité de certaines équipes Moto2 et Moto3 en grand danger.

À ce jour, la date de la première course de la saison MotoGP (et de la reprise dans le cas des catégories Moto2 et Moto3, qui ont couru au Qatar) est fixée au 3 mai, le nouveau calendrier partant à Jerez après l'annulation et le report des quatre premières manches. Toutefois, le rythme auquel s'enchaînent les événements pousse à penser que ces délais ne seront probablement pas respectés et que la saison ne commencera pas avant le mois de juin au plus tôt.

Carmelo Ezpeleta, PDG de la société de promotion du championnat, insiste sur la volonté de sauver le plus grand nombre de courses possible, et ce même s'il fallait pour cela rallonger la saison jusqu'à Noël. Le problème est que, même en retardant à ce point la fin du championnat, il semble difficile que les 19 courses encore en suspens à ce jour puissent réellement se tenir.

"Nous sommes confrontés à une situation sans précédent, et dans les prochains jours nous verrons comment la résoudre avec nos sponsors", explique Paolo Ciabatti, directeur sportif de Ducati Corse, à Motorsport.com. "Dans notre cas, la validité des contrats que nous avons signés n'est pas basée sur un nombre précis de Grands Prix. Ils sont effectifs dès lors que nous participons au championnat. Mais il est évidemment essentiel de savoir quand nous pourrons commencer à courir et combien d'épreuves pourront être organisées."

Lire aussi :

En MotoGP, le manque d'action entraîne bien des problèmes, cependant leur ampleur est beaucoup plus importante encore dans les catégories inférieures. Les coûts de fonctionnement d'un team MotoGP sont beaucoup plus élevés que ceux d'un team Moto2, et la différence avec les équipes engagées en Moto3 est encore plus grande. Mais dans le même temps, le retour sur investissement est aussi beaucoup plus élevé dans la catégorie reine car elle jouit d'une exposition médiatique bien plus importante. Si l'on ajoute à cela le fait que la saison comportera moins de courses que prévu, la situation actuelle met beaucoup de structures au bord du précipice.

"Pour être honnête, pour l'instant je ne vois pas comment nous pourrons réussir à disputer la dernière partie du calendrier qui est prévue pour le moment", confie à Motorsport.com le coordinateur d'une des équipes Moto3 qui, en raison de la gravité de la situation et de la sincérité de son témoignage, préfère que l'on ne dévoile pas son nom. Le fait est que le budget d'une équipe Moto2 composée de deux pilotes se situe entre deux millions et deux millions et demi d'euros, et celui d'une structure identique en Moto3 est d'environ 800'000 euros.

"Aujourd'hui, on examine tout en détail. Il faut tenir compte du fait que les constructeurs vendent des motos et qu'il s'agit de leur principale source d'activité et de revenus. Pour le reste, nous ne faisons que dépenser, si bien que nos revenus sont basés sur les sponsors", explique Dani Guardia, coordinateur de Pons Racing. "Dorna recherche des moyens de les aider, mais le problème est qu'en ce moment, nous ne générons pas de revenus non plus", explique par ailleurs le promoteur.

"Les sponsors nous demandent de payer moins et d'avoir plus d'exposition, ce qui est logique. Mais maintenant, s'il y a moins de courses, il y aura des équipes qui ne pourront pas aller jusqu'au bout. Les sponsors demanderont de réduire les coûts et nous devrons faire le même nombre de courses. Et puis nous n'avons pas encore pu acheter de billets pour [les voyages] des équipes car nous ne savons pas comment cela va se passer", reprend le témoin cité précédemment. Et d'ajouter : "Il faut aussi penser que le soutien financier du promoteur pour les équipes est le même que la course se déroule en Espagne ou en Italie, ou sur un autre continent. Avec le calendrier actuel et le projet de double triptyque à la fin, il y aura des équipes qui abandonneront."

Lire aussi :

Article suivant
Zarco espère que la situation "peut tourner à son avantage"

Article précédent

Zarco espère que la situation "peut tourner à son avantage"

Article suivant

Un test à l'étude avant le premier Grand Prix des équipes MotoGP

Un test à l'étude avant le premier Grand Prix des équipes MotoGP
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP , Moto2 , Moto3
Auteur Oriol Puigdemont