Une saison déjà exceptionnelle pour Johann Zarco

Lorsque cette saison de vitesse moto a débuté, elle était porteuse de gros espoirs d’un excellent millésime pour les couleurs françaises. Un 14 juillet avant l’heure avec un beau défilé. Sylvain Guintoli remettait son titre en jeu en WSBK, Jules Cluzel promettait de conquérir le sien en WSS tandis qu’en Grand Prix, Alexis Masbou semblait plus affûté que jamais dans une catégorie Moto3 où l’espoir soupçonné quasi-phénomène Fabio Quartararo commençait ses gammes internationales. Ceci sans oublier deux compatriotes au bal du MotoGP, Mike di Meglio et Loris Baz succédant ainsi sur les tablettes à la paire Guintoli-Randy de Puniet. Pas mal. Mais la cerise sur le gâteau, c’est Johann Zarco.

Et ce dernier, en retrouvant des troupes Ajo qui avaient fait ses beaux jours du temps de la 125cc, a fait parler la poudre. Non, cette fois, cette année ne sera un pétard mouillé de plus. Mais celle du feu d’artifice. Arrivé à mi-parcours de l’exercice 2015, et sans faire injure à un Jules Cluzel qui peut mathématiquement encore décrocher la timbale en Supersport avec la MV Agusta, c’est bien en l’Avignonnais du Moto2 que résident les meilleurs espoirs de couronne mondiale à ramener dans l’Hexagone.

Après neuf épreuves disputées cette saison, Johann Zarco revendique neuf arrivées dont huit podiums consécutifs, ce qui lui donne un avantage de soixante-cinq points dans son championnat. À ce stade, le Français compte vingt-cinq podiums après 111 courses au compteur et sept ans passés parmi le gratin des Grands Prix. Dix-neuf de ces cérémonies aux drapeaux sont le fruit de la collaboration avec son actuel patron.

Zarco entre dans l’Histoire de la moto française

Il a enlevé quatre victoires, une en 125 et trois en Moto2 prises cette année, et toutes avec le team Ajo. Il est aussi à la tête de dix places de second, réparties en six en 125 et quatre en Moto2, et de onze positions de troisième, dont quatre en 125 et sept en Moto2.

Ce millésime 2015 est le meilleur de carrière pour le tricolore depuis sa campagne 2011 où il était monté onze fois sur le podium avec une victoire. Il avait alors fini vice-Champion du Monde d’un Nico Terol depuis disparu des paddocks.

Du haut de ses 25 ans, il a gagné en maturité ce qui a enfin mis à jour son réel talent qu’il décline aussi à présent avec calme et diplomatie. Un changement de mentalité mais aussi des retrouvailles professionnelles avec Ajo Motorsport qui ont créé une redoutable synergie. Alors, Johann Zarco successeur des Sarron et autres Olivier Jacques? C’est en tout cas sacrément bien parti.         

A propos de cet article
Séries Moto2
Événement Sachsenring
Circuit Sachsenring
Équipes Ajo Motorsport
Type d'article Actualités
Tags Johann Zarco, gp d'allemagne, moto2, sachsenring