Il y a 25 ans : Valentino Rossi dispute son 1er Grand Prix

Le 31 mars 1996, Valentino Rossi disputait son premier Grand Prix, celui de Malaisie dans la catégorie 125cc. Une épreuve au cours de laquelle il a réussi à arracher la sixième place et à se faire remarquer.

Il y a 25 ans : Valentino Rossi dispute son 1er Grand Prix

Le 31 mars 1996 reste dans les annales comme la date du premier départ pris par Valentino Rossi en Championnat du monde. "C'était en 1996… Toute une vie a passé !" s'étonne aujourd'hui celui qui n'en finit plus de repousser la retraite, vétéran des Grands Prix depuis des années désormais.

Sa silhouette dégingandée n'a pas beaucoup changé depuis, de même que son caractère. Du haut de ses 17 ans, le Valentino Rossi de l'époque est déjà ce garçon fantasque, affable et bourré d'énergie, toujours prêt à blaguer pour ne pas dire à faire l'idiot. Champion d'Italie et troisième du Championnat d'Europe, il fait ses débuts mondiaux sur une Aprilia et attire déjà l'attention.

"J'avais beaucoup d'amis parmi les pilotes, parce que Graziano était un ancien pilote. J'avais donc l'habitude de passer du temps avec des pilotes italiens, comme Luca Cadalora, Loris Reggiani, Doriano Romboni, Loris Capirossi… Pour moi, ils étaient des idoles", explique au site officiel du MotoGP celui qui était surtout vu à l'époque comme le fils de Graziano Rossi.

Il est comme chez lui dans le paddock et se montre à l'aise avec tout le monde, sans aucun complexe face aux plus grands champions de l'époque avec qui il va rapidement se confronter. C'est d'ailleurs face à Jorge Martínez qu'il signera, en août, sa première victoire. "Ça a été un choc au début, en 1996. On s'est opposé quelques fois, une fois il m'a heurté, on s'est disputé et en 1997 Valentino Rossi m'a poussé à me retirer", expliquera un jour "Aspar", pas franchement à l'aise avec un gamin aussi extraverti et aux expérimentations capillaires décomplexées.

Voir aussi :

Martínez, quatre fois Champion du monde, ne peut boucler que trois tours pendant cette première course de la saison 1996, un Grand Prix de Malaisie disputé à l'époque à Shah Alam. Rossi, lui, se montre convaincant. Il manque pourtant son envol depuis la 13e place sur la grille, mais réalise ensuite une remontée dans le peloton au guidon d'une machine jaune fluo qui ne passe pas inaperçue.

Alors que Stefano Perugini mène devant Peter Oettl, l'Aprilia numéro 46 recolle à un groupe de cinq pilotes en lutte pour la troisième place. Trois d'entre eux parviennent à se détacher et à rejoindre les deux leaders pour lancer une bagarre acharnée pour la victoire, tandis que Rossi, distancé par ce groupe, mène une dernière lutte contre les Japonais Tomomi Manako et Akira Saito. Il parvient finalement à prendre l'avantage sur ses deux derniers rivaux directs, et bat plusieurs spécialistes de la discipline tels que Noboru Ueda ou encore Garry McCoy, alors qu'à l'avant Perugini signe sa première victoire.

"En arriver à courir en Championnat du monde, c'était déjà un rêve qui se réalise", se souvient Valentino Rossi. "La première course était en Malaisie. J'étais très, très heureux, et mon premier départ a été inoubliable, c'est certain. J'ai été fort dès le début parce que dès ma première course j'ai terminé sixième."

"Je me souviens m'être battu contre Aspar Martínez et Dirk Raudies, et j'ai déjà créé de la confusion, avec de grosses bagarres et des touchettes, mais ensuite quand on est revenu en Europe, à Jerez, j'ai commencé à me battre pour le podium plus ou moins à chaque course. Pour mes débuts au Mugello, je suis passé très proche du podium. Après la première moitié de la saison, je me suis donc dit que je pourrais peut-être gagner. C'était génial parce que je pensais qu'il me faudrait plus de temps pour être compétitif."

"Je me souviens de cette époque d'une façon positive. Cela a été une période incroyable dans ma vie et ma carrière. J'aime ce genre de vie et j'adore piloter une moto, j'avais donc une bonne motivation", ajoute le pilote italien.

Vingt-cinq ans après ces débuts, Valentino Rossi est à la tête de l'un des palmarès les plus fournis. Il a signé 115 victoires sur un total de 235 podiums, obtenu 65 pole positions et remporté neuf titres mondiaux, donc sept dans la catégorie reine. Les points marqués en ce 31 mars 1996 étaient les premiers d'une série record qui, toujours en cours, culmine aujourd'hui à 6317 unités.

partages
commentaires

Related video

Viñales ressent déjà l'aide de Crutchlow auprès de Yamaha
Article précédent

Viñales ressent déjà l'aide de Crutchlow auprès de Yamaha

Article suivant

Zarco : "Si c'est un point de départ, il est très bon"

Zarco : "Si c'est un point de départ, il est très bon"
Charger les commentaires