Le MotoE a été une "rampe de lancement" pour la moto électrique

Livia Cevolini, directrice générale d'Energica, explique à Motorsport.com en quoi l'implication de la marque en MotoE a été importante et pourquoi elle cède sa place à Ducati.

Le MotoE a été une "rampe de lancement" pour la moto électrique

Avant le Grand Prix d'Émilie-Romagne, Ducati a annoncé qu'il prenait la suite d'Energica comme fournisseur unique des machines de la Coupe du monde de MotoE pour le cycle courant de 2023 à 2026. Par la voie de sa directrice générale Livia Cevolini, qui a accordé une interview à Motorsport.com, Energica fait le point sur son expérience dans la catégorie et les difficultés auxquelles son successeur sera confronté.

Quel bilan tirez-vous de vos trois ans en MotoE ?

L'expérience a été absolument positive à tous les égards. Parce que cela a été une rampe de lancement, pour nous spécifiquement et pour le secteur de la moto électrique dans son ensemble. C'est la première fois que des acteurs majeurs comme la Dorna et le MotoGP ont misé sur l'électrique. Comme tous les projets, il y a eu des choses à améliorer, mais le bilan global est très bon. En trois ans, la catégorie a beaucoup grandi et toutes les parties impliquées, pilotes comme équipes, sont très heureuses. Ça n'a pas été facile pour eux non plus.

Pourquoi Energica n'a-t-il pas prolongé avec la Dorna ?

C'était une décision 100% commune, les deux parties se sont accordées sur le besoin de changement. Depuis un an, nous étudions d'autres options, parce que nous avons des projets sur d'autres marchés, comme la micro mobilité, qui demandent beaucoup d'implication. Nous pensons que nous avions d'autres choses à faire, et que nous ne pouvions pas tout faire.

Esquisse de la Ducati MotoE

Esquisse de la Ducati MotoE

Quel sera le défi pour Ducati ?

Ça ne sera pas facile pour Ducati parce que faire une moto électrique est très différent de faire une moto thermique. C'est bien qu'ils se lancent, même si je sais qu'ils ont certaines de nos motos dans leur usine, pour les étudier.

Avez-vous été surprise de voir Ducati s'impliquer, sachant qu'ils ont toujours évoqué les limitations posées par les batteries ?

En fait, j'ai toujours pensé qu'ils s'y intéressaient. Ne pas s'impliquer aurait été une erreur. J'espérais qu'ils travaillaient aussi sur l'électrique parce que c'est l'avenir, il est inutile d'y résister. C'est vrai que les déclarations de Domenicali [directeur général de Ducati] n'étaient pas favorables, mais c'est un peu son ADN : dire une chose puis faire l'inverse. Le défi qui l'attend est important. Ce n'est pas facile d'atteindre le niveau de fiabilité nécessaire et d'avoir des machines qui donnent toutes des performances égales. Le marché demande que de grandes marques s'impliquent. L'avantage est qu'on sera toujours un cran devant Ducati grâce à nos dix années d'expérience.

L'innovation la plus importante est clairement venue de la batterie. C'est la principale raison pour laquelle nous nous sommes lancés en compétition.

Livia Cevolini, directrice générale d'Energica

Quel élément développé pour la piste a eu le plus d'influence sur les modèles de route ?

L'innovation la plus importante est clairement venue de la batterie. C'est la principale raison pour laquelle nous nous sommes lancés en compétition. La visibilité également, mais avec l'idée que la technologie peut être transférée et vendue à nos clients. La compétition devrait avoir deux objectifs : le marketing et le développement de technologies qui finiront sur la route. La nouvelle batterie offre 50% de performance de plus que le modèle précédent et c'est une innovation immense. Nous le savons grâce au banc d'essai extrême qu'est la compétition.

Quelles ont été les retombées économiques de votre implication en MotoE ?

Pas énormes, sincèrement. Ce que le MotoE a fait, c'est donner de la crédibilité au marché de la moto électrique. Tout le marché a progressé, mais nous n'avons pas détecté de phénomène de cause à effet dans les ventes. Les ventes progressent tous les ans, mais c'est indépendant du MotoE. Évidemment, tout a son influence, mais ce n'est pas comme les véhicules thermiques. Surtout aux États-Unis, où un gros événement augmente immédiatement les ventes de la marque victorieuse. Dans notre cas, c'est le marché global qui nous bénéficie.

Lire aussi :

partages
commentaires
Ducati fournisseur de la Coupe du monde MotoE à partir de 2023
Article précédent

Ducati fournisseur de la Coupe du monde MotoE à partir de 2023

Article suivant

Les équipes comptent sur Ducati pour faire grandir le MotoE

Les équipes comptent sur Ducati pour faire grandir le MotoE
Charger les commentaires