Il y a 15 ans : le titre de Nicky Hayden

Une victoire surréaliste de Troy Bayliss, l'erreur de trop de Valentino Rossi et la consécration de toute une vie pour Nicky Hayden : le Grand Prix de Valence 2006 a durablement marqué les mémoires en MotoGP.

Il y a 15 ans : le titre de Nicky Hayden

Le 29 octobre 2006, lorsque les feux s'éteignent sur la grille de départ de la course MotoGP de Valence, Valentino Rossi est promis à son sixième titre consécutif de Champion du monde dans la catégorie reine. En tête du classement général depuis le printemps, Nicky Hayden vient de céder les commandes à la star italienne deux semaines plus tôt, en enregistrant son premier abandon de la saison.

Harponné par son coéquipier, Dani Pedrosa, au Portugal, il a assisté impuissant, et furieux, à la lutte de son rival aux avant-postes. Une deuxième place, dans le sillage de Toni Elias, a alors permis à Rossi de passer en tête et de se présenter à Valence avec huit points d'avance. La tendance des dernières manches parle largement en faveur de l'Italien, qui vient d'enchaîner cinq arrivées sur le podium alors que le Kentucky Kid n'y est plus monté depuis sa victoire à Laguna Seca, six courses plus tôt.

Nicky Hayden ne l'a pas dévoilé en dehors de son cercle restreint, mais il prend le départ de cette course de Valence avec une fracture à l'épaule, ainsi qu'une ancienne plaque tordue, deux conséquences de cette chute à Estoril. Il n'en parle pas : pas question d'offrir un quelconque avantage psychologique à son adversaire, bien que celui-ci n'en ait sans doute pas besoin au vu de son invincibilité au championnat depuis 2001.

"All in !"

L'approche de l'Américain est simple : jouer le tout pour le tout, comme l'indique son cuir sur lequel la traditionnelle inscription de son surnom a été remplacée par le dessin d'un jeu de poker et la mention "all in". Il ne perd pas espoir, il sait qu'il joue la chance de sa vie, lui qui a passé toutes les étapes dans ce seul but de devenir Champion du monde, un rêve de gosse qui paraissait si irréaliste depuis Owensboro, et sur la grille de départ il dit au commentateur venu s'enquérir de son état d'esprit : "C'est une opportunité incroyable, mec ! C'est plein, il ne reste pas une place de libre, 130 000 fans et le titre se joue. Je l'ai dit tout le week-end, je joue le tout pour le tout, je dois aller chercher la victoire."

Jouer le tout pour le tout, ça commence par prendre un meilleur départ depuis la cinquième place que Rossi, pourtant qualifié en pole position. Le #46 se loupe et se fait enfermer, avec au passage un petit contact avec Hayden, pendant que Troy Bayliss se porte en tête. L'Australien est là en guest, appelé à remplacer Sete Gibernau, blessé, sur une Ducati qu'il ne connaît pas et équipée de pneus qu'il n'a jamais essayés auparavant. À la fin du premier tour, la Honda #69 est quatrième et la Yamaha #46 septième. C'est un faible départ pour Rossi, mais le titre lui appartient toujours à ce stade.

Casey Stoner, puis Loris Capirossi cèdent à Hayden. Puis, dans le troisième tour, c'est son coéquipier qui ne résiste pas lorsqu'il le passe. L'Américain est désormais deuxième, Rossi toujours bloqué à la septième place, et le calcul provisoire est cette fois en faveur de Hayden. À cet instant, l'Américain tient le rythme du leader, un Troy Bayliss imperturbable, mais derrière eux les écarts restent minimes.

Les calculatrices s'activent frénétiquement, et tous les scénarios passent en tête des membres d'équipe des deux prétendants, avec un point commun des deux côtés : on se dit que les 30 tours de cette course seront interminables. Le championnat bascule pourtant très vite, dès la cinquième boucle, lorsque Rossi perd le contrôle de sa Yamaha et se retrouve dans le gravier. Le stand Repsol Honda est incrédule, et ce sont plus largement ces 130 000 spectateurs que Hayden observait au départ qui assistent à l'impensable : Rossi a craqué.

Valentino Rossi chute

La chute de Valentino Rossi

Jamais Hayden n'a été si proche de son rêve et il doit encore tenir 25 tours. Le #46 est reparti et va tenter de marquer des points, tandis que l'Américain ne peut se permettre la même chute, qui serait pour lui rédhibitoire. Repris par Capirossi, Hayden s'en tient dès lors à la troisième position, laissant Ducati signer un doublé qui, sur le moment, passe quelque peu inaperçu. Il parvient au drapeau à damier avec l'essentiel pour lui ce jour-là, cinq points d'avance au classement final du championnat qui lui rapportent le titre. Oui, cinq points : ceux que Rossi a perdus en étant battu de deux millièmes par Elias deux semaines plus tôt.

"C'est assez moche, parce qu'on a réussi à regagner beaucoup de points mais à la fin on a perdu", commente un Rossi tout aussi incrédule que chacun. "Ça a été une course difficile, on a eu des problèmes et j'ai fait une erreur au départ puis une autre quand j'ai glissé. Je n'ai pas compris pourquoi j'ai glissé, mais quand on tombe c'est toujours une erreur."

Capable du meilleur comme du pire cette année-là, Valentino Rossi n'aura pas été à la hauteur sur l'ensemble de la saison. À 25 ans, Nicky Hayden décroche le Graal grâce notamment à ses deux victoires (Assen et Laguna Seca) et à sa régularité face aux trois abandons du Docteur. Il devient ce 29 octobre 2006 le septième Américain sacré dans la catégorie reine, et il est encore, à ce jour, le dernier.

Tandis que le #69 rejoint le parc fermé dans la liesse, Troy Bayliss descend de sa machine et assène un "facile" comme premier commentaire à sa victoire époustouflante. Ce succès, le seul pour lui en MotoGP, restera pourtant dans les annales comme un chef d'œuvre de l'Australien, que Ducati avait ainsi souhaité récompenser pour son deuxième titre en Superbike. Deux ans plus tôt, le constructeur italien lui avait montré la porte en Grand Prix, laissant chez lui une certaine amertume à l'égard de la direction de l'équipe. Mais ce retour inattendu et l'aisance avec laquelle il a dominé cette course suffiront à marquer à jamais sa carrière en Grand Prix.

Lire aussi :
Podium : deuxième place pour Loris Capirossi, le Champion du Monde 2006 de MotoGP Nicky Hayden,et le vainqueur de la course Troy Bayliss

Loris Capirossi, Nicky Hayden et Troy Bayliss sur le podium

partages
commentaires
Fabio Quartararo raconté par Yamaha : "Ce n'est pas une diva"
Article précédent

Fabio Quartararo raconté par Yamaha : "Ce n'est pas une diva"

Article suivant

L'équipe de Fausto Gresini aurait pu "tout arrêter" après son décès

L'équipe de Fausto Gresini aurait pu "tout arrêter" après son décès
Charger les commentaires