Aleix Espargaró s'excuse : "J'ai peut-être pris trop de risques"

Aleix Espargaró a fait son mea culpa après la chute qui a mis fin à sa course dès le premier tour, dimanche à Misano, qu'il explique par son besoin de prendre des risques pour compenser le manque d'accélération de son Aprilia.

Aleix Espargaró s'excuse : "J'ai peut-être pris trop de risques"

Complètement abattu à l'issue du Grand Prix d'Émilie-Romagne, Aleix Espargaró a fait amende honorable pour avoir chuté dès le premier tour de la course et impliqué dans sa mésaventure un Franco Morbidelli impuissant qui se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment et qui, bien que resté sur ses roues, ait perdu gros dans l'incident.

"Je suis vraiment désolé pour Morbidelli parce que je suis tombé tout seul. Quand j'ai touché l'accélérateur, j'ai perdu le poids sur l'avant et je suis tombé et malheureusement ma moto l'a heurté et j'ai gâché sa course", déplore le pilote Aprilia. "Et je suis aussi vraiment désolé pour mon équipe, car c'était un Grand Prix très important, ici en Italie, et ça n'est évidemment pas bon de tomber."

Lire aussi :

Alors que ce Grand Prix marquait le cap de la mi-saison, Espargaró reste dans une dynamique similaire à celle qui a marqué son été. Au guidon d'une RS-GP bien plus prometteuse que ne l'étaient ses versions précédentes, il peine encore à exploiter tout le potentiel mis à sa disposition par manque d'accélération et se voit obligé de forcer sa prise de risque sur les freinages et dans les virages afin de compenser ce déficit, particulièrement sur les circuits qui imposent de fortes relances.

"Encore une fois, en partant 17e je savais que la première partie de la course serait très importante", décrit-il au sujet de la seconde course de Misano. "Au warm-up, je me suis senti très fort en pneus usés, puis j'ai pris un très bon départ et bien que partant 17e j'étais déjà dans le top 10 au deuxième partiel. Si on analyse la course, le rythme des gars du podium ou de certains qui ont terminé derrière n'était pas très différent. Le seul à avoir été super rapide dans la seconde partie de la course, c'est Mir. La qualité est donc très élevée et si on veut obtenir un bon résultat il faut prendre des risques au début de la course, or j'ai peut-être pris trop de risques."

Treizième du premier Grand Prix disputé à Misano, Aleix Espargaró n'a cette fois pas été au bout du premier tour, mettant fin à quatre arrivées récompensées par des points. Dépité, il assure n'avoir "aucune attente" pour son épreuve à domicile de Barcelone, cette semaine, mais garde tout de même espoir qu'un profil de piste différent puisse lui être favorable.

"C'est comme ça, j'ai la moto que j'ai et je vais faire de mon mieux, essayer de terminer la course, c'est très important. C'est un Grand Prix très spécial pour moi et je vais me donner au maximum", promet-il. "Les résultats sont de la merde, mais je sens qu'on est plus proches que jamais. Je suis très rapide, plus que jamais, mais pour le prouver il faut faire des dépassements et bien terminer les courses."

"Le week-end dernier, on a terminé dans le même groupe que Lecuona, Oliveira et Pol, et aujourd'hui Pol est monté sur le podium et Oliveira a affiché exactement le même rythme que lui, alors je sens qu'on n'est pas mauvais vu la vitesse que l'on a, mais je n'arrive pas à dépasser. Je dois prendre plus de risques que les autres pour compenser mon manque d'accélération. Barcelone est un circuit sur lequel on n'a pas vraiment besoin d'une accélération super forte, car la piste est un peu plus rapide que Misano, et j'espère réussir à me montrer plus rapide."

partages
commentaires
Stefan Bradl de retour sur la Honda à Barcelone

Article précédent

Stefan Bradl de retour sur la Honda à Barcelone

Article suivant

Tito Rabat : "On m'enterre avant ma mort"

Tito Rabat : "On m'enterre avant ma mort"
Charger les commentaires