Aleix Espargaró mesure le chemin parcouru avec Aprilia

Aleix Espargaró aurait aimé mieux qu'une neuvième place pour le dernier Grand Prix de la saison, mais il garde un sentiment de satisfaction à l'issue d'une saison très convaincante pour Aprilia.

Aleix Espargaró mesure le chemin parcouru avec Aprilia

Aleix Espargaró a bouclé sa deuxième meilleure saison en Grand Prix, manquant de justesse de battre son record personnel, qui remonte à 2014 : il y avait alors marqué 126 points et s'était classé septième ; cette fois, il apparaît au huitième rang du classement final, avec 120 points à son compteur.

Si l'on met ce résultat en regard de ses quatre saisons précédentes avec Aprilia, on mesure le chemin parcouru. Jamais classé plus haut que 14e au championnat, le pilote espagnol avait au mieux marqué la moitié des points empochés cette année. La progression de la RS-GP a été indéniable, avec un premier grand pas en avant accompli l'an dernier puis de solides confirmations cette année et la récompense d'un premier podium pour ce programme, une troisième place décrochée par Espargaró à Silverstone.

C'est en revanche par une dernière course mitigée que l'Espagnol a conclu sa saison. Viscéralement compétiteur et en quête des meilleures récompenses pour les efforts investis, il aurait assurément souhaité mieux que la neuvième place obtenue sous le drapeau à damier, dimanche à Valence. Mais la fin de cette saison s'est révélée difficile pour lui et le rythme imprimé par la locomotive Ducati à l'avant n'a pas arrangé ses affaires.

"Je ne suis pas très content du résultat d'aujourd'hui", déclarait-il dimanche auprès du site officiel du MotoGP. "En partant 12e, je savais que ça n'allait pas être facile, mais j'ai pris un bon départ. Dans la première partie de la course, j'ai été très agressif. J'ai réussi à rester derrière Fabio [Quartararo] dans le top 6 pendant les 20 premiers tours, mais le manque de turning fait que j'ai dû détruire les pneus pour suivre les leaders. Dans les six ou sept derniers tours en particulier, j'ai perdu plusieurs places, je n'avais plus de traction."

"Malheureusement, le problème est toujours le même avec notre moto, elle ne tourne pas. Je manque beaucoup de grip en milieu de virage, donc dès que le pneu commence à se dégrader, j'essaye de gérer du mieux que je peux mais je ne peux pas maintenir mon rythme et je perds donc un peu de terrain", décrivait encore Espargaró.

Lire aussi :

Avec un temps total de course amélioré de six secondes pour la piste de Valence et un top 15 qui est le sixième plus compact de l'Histoire, tous Grands Prix confondus, il s'est senti poussé dans ses retranchements par le rythme des leaders.  "Franchement, c'est vraiment dur de suivre le rythme des Ducati. Ils sont super forts et nous forcent donc à détruire nos pneus dans les virages pour récupérer ce qu'on perd en ligne droite. C'est comme ça. Globalement, je pense que la course n'a pas été trop mauvaise."

"Je ne voulais pas tomber. La dernière partie de la saison n'a pas été super bonne, donc pour moi il était important de ramener la moto au stand", a ajouté le pilote Aprilia, malgré tout satisfait de son bilan global. "On ne peut pas analyser la saison sur un seul résultat ou sur le fait que la dernière course n'a pas été bonne. Il s’agit de dix mois d'une compétition extrêmement difficile et d'un niveau élevé, et globalement on a été compétitifs."

"La saison me donne le sourire parce que je sais d'où on vient, à quel point j'ai travaillé dur, comme toute l'équipe. Au final, j'ai 130 points et je suis huitième au championnat, et si on regarde, il y a de très bons pilotes derrière moi. Je suis donc content du boulot que j'ai fait et j'ai hâte de continuer à progresser la saison prochaine."

La saison 2022 commence maintenant

Après deux jours de pause à la maison, Aleix Espargaró reprendra dès mercredi la route de Jerez, où deux jours d'essais importants l'attendent. Il y testera le prototype de la version 2022 de la RS-GP, avec d'importantes évolutions annonçant la prochaine saison, ce qui fait suite à une nouvelle séance de travail en soufflerie pour l'Espagnol et son coéquipier, Maverick Viñales, en début de semaine dernière.

"La semaine dernière, sur une petite piste en Italie, Aprilia a déjà testé la nouvelle moto, dans une version hybride car la moto de 2022 n'est pas encore terminée. On aura deux unités, une pour Maverick, une pour moi, avec de nouvelles pièces, le châssis et d'autres choses", a décrit Espargaró au sujet du test de jeudi et vendredi.

"On travaille dur. Quand on a fini la course [dimanche], j'ai dit à mon team que la saison a été bonne mais que j'en veux plus. Il faut qu'on progresse dans certains domaines, et je sais dans lesquels on doit s'améliorer, alors la saison 2022 est déjà lancée."

Lire aussi :
partages
commentaires

Related video

La liste officielle des pilotes et équipes MotoGP pour 2022
Article précédent

La liste officielle des pilotes et équipes MotoGP pour 2022

Article suivant

Encore une grande remontée pour Bastianini en course

Encore une grande remontée pour Bastianini en course
Charger les commentaires