Espargaró prouve que la pré-saison d'Aprilia "n'était pas une blague"

Aleix Espargaró estime que l'Aprilia est désormais "dans le groupe du vainqueur", après un Grand Prix du Qatar qui a confirmé les bonnes performances de sa machine et qui a permis d'identifier des pistes de progression.

Espargaró prouve que la pré-saison d'Aprilia "n'était pas une blague"

En 2020, Aleix Espargaró avait brillé dans les tests de pré-saison, sans parvenir à confirmer le potentiel de l'Aprilia durant les Grand Prix. C'est donc avec un certain scepticisme que ses bonnes performances dans les tests de Losail ont été accueillies, mais le GP du Qatar a bel et bien confirmé le bond en avant de la machine italienne.

Auteur d'un bon huitième temps en qualifications mais frustré de ne pas avoir accroché la deuxième ligne, son Aprilia perdant une dizaine de km/h face aux Ducati en ligne droite, Espargaró est resté proche du groupe de tête durant toute la course et il a franchi la ligne d'arrivée au septième rang, devant tous les pilotes Honda et KTM du plateau. Un résultat d'autant plus satisfaisant que l'Aprilia n'a pas encore atteint son plein potentiel.

"Je suis content", a déclaré le pilote leader de la firme de Noale. "Ça a été une bonne course, on a vu que la pré-saison n'était pas une blague. On n'a jamais été aussi bon et on peut se battre avec les leaders. Malheureusement, on doit encore apprendre certaines choses, surtout en début de course. J'ai un peu souffert avec le réservoir plein, donc j'ai perdu pas mal de temps. À mi-course, j'ai pu doubler plusieurs pilotes et ensuite, avec Mir, on est revenu sur le premier groupe, mais je n'avais plus de pneu avant. Mais globalement, les sensations sont bonnes et je pense qu'on sera mieux préparés dans les prochaines courses."

"Une autre année, avec de telles sensations, j'aurais essayé d'attaquer plus, de doubler plus de monde pour finir dans le top 5. On peut facilement partir à la faute et ce n'est que la première course. Cette année, il est très important de décrocher des points à chaque course, donc je pense que c'est un bon début."

Lire aussi :

Cette septième place est le meilleur résultat d'Aprilia depuis le GP d'Aragón 2019, une performance déjà réalisée par Aleix Espargaró. Le Catalan est convaincu qu'il ne s'agit pas d'un coup d'éclat isolé mais bien de la véritable entrée d'Aprilia dans le cercle des marques capables de prétendre au podium, avec en sus une marge de progrès importante dans certains domaines, qu'il s'agisse des performances avec le plein de carburant, la gestion de la gomme avant et le rythme dans le sillage d'autres pilotes.

"J'ai un vrai sourire, parce que quand vous me demandez ce que je ressentais dans le groupe, ça veut dire qu'on était parmi les leaders. Pour la première fois, on peut dire qu'on se bat dans le groupe des vainqueurs. Dans les deux derniers tours, j'ai perdu beaucoup de temps pour doubler Miller mais sinon je me sens bien, je sens que la moto a un gros potentiel au freinage et à l'accélération, grâce aux appuis."

"Malheureusement, sur le cinquième et le sixième rapports, je souffrais plus que prévu, parce que je sais que quand je suis seul, je suis rapide, mais j'ai eu du mal à rester derrière les autres, j'ai perdu beaucoup de temps en ligne droite. C'est une chose qu'on doit améliorer. Mais dans l'ensemble, je pense que cette moto est performante. J'ai fait toute la course sans problème. L'électronique a plutôt bien fonctionné, les pneus et la consommation ont été très bons. C'est un bon début, tout simplement."

Le MotoGP reste au Qatar pour une seconde course ce week-end, le Grand Prix de Doha, et Aleix Espargaró pense qu'un meilleur résultat sera possible si le vent est moins fort, les rafales ayant particulièrement perturbé le comportement de sa moto durant la course, en particulier dans les virages les plus lents du circuit, au cœur du deuxième secteur.

"Je ne veux pas que ça sonne comme une excuse, mais en fait pour moi c'était un très gros problème. Notre moto est très bonne, très stable, et on a gagné beaucoup d'appui, mais j'ai beaucoup souffert du vent. Dans les virages 7 et 9, j'étais très bon en qualifications, je crois que j'étais le troisième plus rapide dans ce secteur en qualifications, et dans le warm-up et en course, j'ai perdu beaucoup de terrain. Je n'étais pas du tout performant, c'était très dur de placer la moto en courbe donc j'espère qu'il y aura moins de vent à la prochaine course, parce que ça nous a fait perdre beaucoup de temps."

"Pour nous, avec ce vent fort et toute l'aérodynamique, pas seulement le gros aileron, on a vraiment souffert avec le vent", a-t-il ajouté sur le site officiel du MotoGP. "J'ai essayé de limiter les dégâts mais je n'étais pas aussi performant que ce que j'espérais. Ça peut sonner comme une excuse, mais ce n'est pas le cas. J'ai beaucoup souffert du vent dont j'espère que ce sera mieux le week-end prochain."

partages
commentaires

Related video

Petrucci : accrochage frustrant et douloureux avec Álex Márquez

Article précédent

Petrucci : accrochage frustrant et douloureux avec Álex Márquez

Article suivant

Marc Márquez de retour au Qatar pour finaliser sa vaccination

Marc Márquez de retour au Qatar pour finaliser sa vaccination
Charger les commentaires