Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse

Álex Márquez reprend confiance avec une Ducati "facile à comprendre"

Après avoir piloté durant trois ans une Honda dont le caractère est souvent qualifié de traître, Álex Márquez a terminé les essais hivernaux reboosté. Et ce ne sont pas ses premières chutes avec la Ducati qui allaient entamer cette confiance retrouvée !

Alex Marquez, Gresini Racing

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Les derniers essais de la pré-saison, réalisés le week-end dernier au Portugal, ont vu Álex Márquez franchir un nouveau cap, celui de connaître ses premières chutes au guidon de la Ducati. Samedi, c'est son coéquipier Fabio Di Giannantonio qui avait lourdement mordu la poussière, au point de ne pas être apte à rouler le lendemain et d'alerter une nouvelle fois sur la rudesse des graviers, puis c'est l'Espagnol qui a abîmé sa moto lors de la dernière journée.

Le nouveau pilote Gresini est tombé à deux reprises, à chaque fois après élargi sa trajectoire avec sa Ducati, et notamment alors qu'il tentait de réaliser une simulation de course sprint en enchaînant 12 tours dans les conditions aussi proches que possible de celles que connaîtront les pilotes samedi 25 mars pour la première édition de ce nouveau format.

"Je n'ai pas terminé, je suis tombé, mais j'ai ramené la moto au box", a-t-il expliqué. "Il me restait un tour à faire, je tournais en 1'39"1-1'39"2 et je pensais qu'il fallait pousser dans le dernier tour. J'ai élargi dans le virage 1 et je suis tombé parce que je n'ai pas touché la partie verte. Mais ça n'était rien, j'ai réussi à ramener la moto au stand."

Jusqu'à ce moment-là, j'avais l'impression qu'avec cette moto tout était possible, or il y a une limite et il faut le comprendre.

Álex Márquez

S'agissant de ses premières chutes avec la Ducati, Álex Márquez a voulu en retenir le bon côté : "C'est quelque chose de positif, car jusqu'à ce moment-là j'avais l'impression qu'avec cette moto tout était possible, or il y a une limite et il faut le comprendre. C'est bien, je sais qu'il y a cette limite et qu'il faut contrôler cela. Et puis, mieux vaut essayer ça pendant un test que pendant un Grand Prix."

"Je me suis fait quelques frayeurs, mais c'était le but", a-t-il souligné, "de voir comment le pneu se dégradait et de le sentir, afin que tout soit plus clair et d'être mieux préparé pour la course. L'objectif était de ne rien retenir et de tout donner."

Pas de quoi lui faire perdre confiance dans la Ducati, donc, lui qui dit apprécier particulièrement "le feedback que [lui] donne la moto". Et de préciser, dans ce qui a tout d'une comparaison en creux avec la Honda : "Ce sont des mouvements normaux, une attitude normale de la part de la moto. On ne se dit pas : 'Wow ! Pourquoi il se passe ça, là ?' Elle est facile à comprendre et la connexion avec les gaz est surtout très bonne."

Ravi d'avoir conclu sa préparation avec de bonnes sensations et un niveau digne du top 5, Álex Márquez ne laissera pas atteindre par ces deux chutes. Lui qui a tant souffert au guidon de la Honda, et notamment durant ses deux années dans le team LCR où il a vu les performances se dégrader et sa position s'isoler, il garde en lui cette confiance qu'il a pu engranger tout au long de l'hiver grâce à la Ducati.

"Je pense que la clé pendant ces années a été de ne jamais baisser les bras, de toujours me donner à 100%. Mais quand les résultats n'arrivent pas, c'est toujours difficile", a-t-il admis auprès du site officiel du MotoGP. "L'année dernière, en particulier, c'était très dur parce qu'aucune amélioration n'arrivait de mon côté et je souffrais beaucoup. Quand on n'a pas les outils pour travailler, c'est difficile. Maintenant, je pense être en bonne position, dans une bonne équipe et avec une bonne moto, et dois tirer profit de cette opportunité."

Avec Germán Garcia Casanova

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent Technique : quelle est la consommation d'une MotoGP ?
Article suivant En quoi Bagnaia pourrait être encore plus redoutable en 2023

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse