Álex Rins ignore quel châssis il utilisera au Qatar

Álex Rins n'a pas eu le temps de correctement tester le châssis 2021 de Suzuki aux tests de Losail. Comme son équipier Joan Mir, il n'est pas certain de l'utiliser en début de saison.

Álex Rins ignore quel châssis il utilisera au Qatar

Suzuki n'est pas le constructeur qui a réalisé les meilleurs temps aux tests de Losail, mais Joan Mir et Álex Rins restent craints par leur rivaux, car si le time attack n'est toujours pas le point fort de la marque de Hamamatsu, elle reste redoutable en rythme de course, la force qui lui a permis de faire la différence dans la seconde moitié de la saison 2020. Huitième au cumul des cinq journées de tests, Rins se sent bien préparé pour le début de la saison.

"Nous sommes prêts à débuter le championnat, je me sens prêt à me battre en course parce que c'est sûr que nous allons nous battre dans cette course", déclare le pilote espagnol. "On va essayer de donner 100% pour être devant, ce qui implique de se battre, de doubler, en ligne droite aussi, donc j'espère voir une course comme celle de 2019 [durant laquelle il s'était battu pour la victoire]. Donc nous sommes prêts."

Les essais de Rins se sont concentrés sur un nouveau bras oscillant, des solutions de refroidissement, des ailettes, le moteur 2022 et le nouveau tableau de bord de la RS-GP, plus lumineux, davantage personnalisable et mieux lisible pour les pilotes. Il a roulé avec le châssis 2021 mais il avait prévu de l'évaluer plus en profondeur vendredi, ce qui a été rendu impossible par les conditions météo très défavorables. Comme Joan Mir, il n'est pas certain de l'utiliser au GP du Qatar, faute de données pertinentes, mais il estime cependant que sa préparation a été suffisante.

"Je pense qu'on a fini les essais avec de bonnes conclusions, des informations très positives. C'est dommage de ne pas avoir roulé [vendredi] parce qu'on avait prévu de tester à nouveau le châssis 2021. Donc je ne suis pas certain de celui que je vais utiliser en course parce qu'on n'a pas eu suffisamment de temps pour le tester. Mais pour le reste, tout va bien."

Lire aussi :

"Toutes les pièces qu'on devait tester, on les a testées", a ajouté Rins. "On n'a pas pu faire de simulation de course [vendredi], et tester une nouvelle fois le nouveau châssis, mais on a tout testé, en conditions de course on a fait des progrès, comme toujours, donc je suis content de mes performances dans les tests."

Les tests de pré-saison se sont résumés à quatre jours cette année et Joan Mir a reconnu qu'il ne sentait pas parfaitement préparé pour l'entame du championnat. Álex Rins regrette également de ne pas avoir pu faire des tests approfondis sur le nouveau châssis mais relativise le manque d'informations, toutes les marques étant dans une situation similaire à l'exception d'Aprilia, libre de faire plus de tests avec ses pilotes titulaires.

"En faisant peu d'essais avec la moto cette année, ce qui est positif c'est que tout le monde a eu autant de jours", précise Rins. "C'est sûr que si on avait fait plus d'essais sur une autre piste, on aurait pu voir si le châssis fonctionne bien et si on peut l'utiliser dès les EL1 [au GP du Qatar], mais je me sens plutôt bien préparé. On a attaqué à 100% à chaque tour, pour voir si tout était en place. Donc je me sens, plus ou moins, aussi prêt que les autres."

partages
commentaires

Related video

En "grande difficulté" fin 2020, Bagnaia se fixe un objectif modeste

Article précédent

En "grande difficulté" fin 2020, Bagnaia se fixe un objectif modeste

Article suivant

Marc Márquez : "Je n'exclus pas d'être à la première course"

Marc Márquez : "Je n'exclus pas d'être à la première course"
Charger les commentaires