Dovizioso encore à la peine en sortie de courbe avec la Yamaha

Andrea Dovizioso a découvert la version la plus récente de la Yamaha au test de Jerez. L'Italien a senti des progrès au freinage et sur le moteur par rapport au modèle 2019 mais la philosophie de la moto reste la même et il doit encore en découvrir les secrets.

Dovizioso encore à la peine en sortie de courbe avec la Yamaha

Après un retour sur une Yamaha version 2019 vieillissante et avec laquelle il n'avait pas de véritables chances de briller, Andrea Dovizioso a découvert une M1 plus récente au test de Jerez, et pour la première fois dans une livrée temporaire de RNF, la structure qui prendra a suite de Petronas SRT la saison prochaine.

Comme les pilotes d'usine, le pilote italien roulait avec une machine hybride, basée sur le modèle 2021 mais dotée de plusieurs évolutions. Il a ainsi pu découvrir une moto à la fois proche de celle qui a mené Fabio Quartararo au titre et de celle qu'il utilisera l'an prochain, après avoir reçu l'assurance de disposer du modèle de dernière génération, mais de son propre aveu, le travail d'adaptation est loin d'être conclu et il n'est pas suffisamment performant dans les phases d'accélération.

"Le pilotage de la moto n'est pas instinctif pour moi", a répété Dovizioso sur le site officiel du MotoGP, reconnaissant que son déficit est plus lié à la philosophie d'une Yamaha qui ne lui est pas encore familière qu'aux évolutions apparues depuis 2019 : "La nouvelle moto freine mieux et a un peu plus de puissance mais l'ADN de la moto est le même. Ça prend du temps. Parfois, je dois m'arrêter, vérifier des données et repartir parce que c'est très différent de ce que j'ai eu pendant huis ans [chez Ducati]. Globalement, les sensations sont bonnes".

"C'est sûr qu'il y a une marge de progrès. Le châssis est très bon mais je ne sors pas encore très bien des virages. Je dois encore travailler mais je suis content d'être dans cette situation avant [le test de février en] Malaisie. Je pense que la Malaisie sera la meilleure piste pour travailler sur d'autres domaines et voir comment se comporte la moto."

Andrea Dovizioso

Andrea Dovizioso

Dovizioso a néanmoins noté les différences avec la moto de 2019, surtout au niveau du freinage : "C'est le plus grand changement : on est en mesure de freiner plus dur parce que l'avant de la moto accepte plus l'énergie. Le moteur a aussi des évolutions et pousse plus. L'ADN de la moto est très similaire, il faut piloter d'une manière très similaire. Il faut changer un petit peu l'électronique parce que le moteur est un petit peu différent, mais globalement, il faut piloter d'une manière très similaire."

Andrea Dovizioso a donc continué à prendre ses marques et laissé le travail de développement à Fabio Quartararo et Franco Morbidelli. Pendant que les pilotes de l'équipe officielle essayaient un nouveau carénage et un nouveau châssis, le nouveau vétéran du plateau ne disposait que d'une seule machine, sans certaines évolutions.

"J'ai la [moto] 2022 mais pas la même que les [pilotes] d'usine parce qu'ils ont testé des choses différentes, donc la situation n'est pas encore claire. Yamaha va prendre des décisions après ce test. Je ne sais pas si on ira en Malaisie avec cette moto. Dans l'ensemble, on ne parle pas de gros détails. Pour le moment, je travaille encore pour m'adapter au style de la moto. C'était bien de sentir plus de puissance. Il faut faire des ajustements sur la moto. Au final le travail dans ces deux journées a été parfait pour moi. C'était différent des deux pilotes d'usine."

Lire aussi :

Avec Guillaume Navarro

partages
commentaires

Related video

Peu de nouveautés majeures mais un test utile pour Aprilia
Article précédent

Peu de nouveautés majeures mais un test utile pour Aprilia

Article suivant

Piégé par ses pneus, Darryn Binder a fait un "gros highside"

Piégé par ses pneus, Darryn Binder a fait un "gros highside"
Charger les commentaires