Andrea Dovizioso n'a pas d'autre objectif que le titre

Revenu en MotoGP dans le seul but de remporter le championnat, Andrea Dovizioso garde cet objectif pour 2022 malgré des courses discrètes au guidon de la Yamaha cette année.

Andrea Dovizioso n'a pas d'autre objectif que le titre

Ses faibles résultats durant la fin du championnat 2021 ne sauraient faire oublier qu'Andrea Dovizioso reste un féroce prétendant au titre, immanquablement tourné vers les avant-postes avec pour seul objectif de remporter le championnat. Il repartira au combat la saison prochaine, dans l'espoir de remonter vers le sommet du MotoGP après la baisse observée en 2020 et la pause qu'il s'est imposée cette année.

Longtemps leader du clan Ducati, le pilote italien a contribué à ramener la Desmosedici aux avant-postes et à en faire une prétendante au titre, avec une amélioration continue de ses propres résultats en parallèle des progrès accomplis par la moto. Après deux podiums en 2014, puis cinq l'année suivante et une première victoire à la fin de la saison 2016, il s'est lancé dans trois saisons de bataille acharnée contre Marc Márquez et sa Honda, toujours plus compétitif bien que battu trois fois de suite par le #93. Une saison 2020 plus compliquée l'a fait rétrograder au quatrième rang, avec une seule victoire à son palmarès, et surtout un divorce retentissant avec Ducati qui a marqué une cassure nette dans son parcours.

En s'éloignant du paddock à 34 ans, Dovizioso affichait une volonté féroce de ne pas courir sans gloire, au point d'avoir refusé toute offre qu'il ne jugeait pas en mesure de lui donner les cartes pour jouer la gagne, avec le risque de potentiellement voir son année sabbatique se transformer en retraite définitive. Le conflit opposant Yamaha à Maverick Viñales a finalement libéré une place imprévue, que l'Italien a rapidement fait sienne.

Si son retour passait par une fin de saison à l'arrière de la grille, au guidon d'une machine inférieure à celles des leaders, il est sans cesse resté focalisé sur son objectif, déterminé à viser le titre en 2022. À l'heure de conclure cette première série de courses avec la Yamaha, Andrea Dovizioso estimait ne pas pouvoir s'annoncer d'ores et déjà en prétendant au titre pour la saison prochaine, néanmoins sa détermination ne faisait aucun doute.

"Je ne peux pas parler de championnat alors que je ne fais pas encore de résultats qui me permettent d'être aux avant-postes", soulignait-il, rappelant par ailleurs qu'il n'avait pas encore testé la moto officielle. "Je ne suis pas dans une situation qui me permette de parler de certains détails. Mais si je suis ici, c'est parce que mon objectif est celui-là. Je n'ai pas d'autre objectif, je n'ai jamais couru en MotoGP pour autre chose et c'est encore moins le cas à 35 ans."

"Je n'ai pas réussi à dire non à quelque chose que j'avais déjà voulu par le passé, alors je vais essayer", a-t-il ajouté en faisant référence à son premier passage chez Yamaha, qui ne lui avait pas permis de piloter la moto officielle. Maintenant qu'il l'a, il ne peut envisager que le titre. "C'est mon but, mais il faut aussi être objectif et pour le moment cela n'a pas de sens de parler de cela. Néanmoins, c'est absolument pour cet objectif-là que je travaille."

"Une grosse marge de progression" avec la nouvelle moto

En cinq courses avec la Yamaha, Andrea Dovizioso a marqué 12 points et il a souvent peiné à se détacher du fond du classement au fil des séances d'essais et des qualifications. Ces résultats, très faibles au regard de ses ambitions, ne reflètent cependant pas selon lui la hiérarchie qui pourra se dessiner la saison prochaine, compte tenu de son passage à la moto de dernière génération.

"Quand on est dans ce genre de championnat, où tout le monde est rapide et proche, qu'on perd en vitesse et à l'accélération et qu'on ne peut pas freiner comme l'équipe d'usine, parce que la moto est différente, tout en devant apprendre le pilotage de la moto, c'est normal d'être 19e ou 20e à chaque séance", a-t-il souligné.

Lire aussi :
Andrea Dovizioso, RNF Racing

Le travail qu'il s'efforce de mener pour s'adapter à la Yamaha a passé un cap le mois dernier, lorsqu'il a pu prendre le guidon de la moto officielle et ainsi mesurer l'avancée de son développement par rapport à la version de 2019 dont il disposait. "Globalement, ça colle à mes attentes, ça représente des progrès", a-t-il résumé. "Les sensations étaient bonnes, positives. La moto est très bonne en entrée [de courbe] et on a gardé cet aspect positif. Le freinage est nettement meilleur et c'était important de le sentir."

"Avec cette moto, on n'a jamais senti de point négatif quand on a essayé des réglages, alors qu'avec celle de 2019 on ne pouvait pas faire de changement car chaque fois qu'on essayait quelque chose, ça empirait la situation. C'est donc positif", a-t-il souligné, à la fois enthousiaste et déjà déterminé à progresser.

"On a un moteur différent, un châssis différent, donc pour moi ce n'est pas facile de tout séparer et de tout comprendre dans le détail. J'avais du mal en sortie [de courbe]. Je n'ai pas toutes les réponses mais il est certain qu'il y a des causes. Je pense donc qu'il y a une grosse marge de progression."

"La base de la moto est vraiment bonne mais je dois encore comprendre certaines limites. D'autant qu'avec la moto 2019, je ne suis jamais tombé, je n'ai jamais fait de mon mieux en entrée [de courbe], parce que c'est le point fort de la moto. Je découvre toujours la moto et il est certain qu'il y a une marge de progression et que je dois encore changer des choses que je fais."

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

partages
commentaires

Related video

Álex Márquez veut apprendre à tracer sa route en 2022
Article précédent

Álex Márquez veut apprendre à tracer sa route en 2022

Article suivant

Razlan Razali s'excuse publiquement auprès de Petronas

Razlan Razali s'excuse publiquement auprès de Petronas
Charger les commentaires