Aprilia promet d'aider Savadori à retrouver son niveau de 2016

Après une première saison brillante, le jeune Italien doit apprendre à durer et à s'adapter aux changements. Il reste néanmoins dans les petits papiers d'Aprilia, qui envisage pour lui un test en MotoGP.

Aprilia promet d'aider Savadori à retrouver son niveau de 2016
Lorenzo Savadori, Milwaukee Aprilia
Lorenzo Savadori, Milwaukee Aprilia, Alex Lowes, Pata Yamaha
Lorenzo Savadori, Milwaukee Aprilia
Lorenzo Savadori, Milwaukee Aprilia
Lorenzo Savadori, Milwaukee Aprilia
Lorenzo Savadori, Milwaukee Aprilia
Lorenzo Savadori, Milwaukee Aprilia
Lorenzo Savadori, Milwaukee Aprilia
Lorenzo Savadori, Milwaukee Aprilia
Lorenzo Savadori, Milwaukee Aprilia
Lorenzo Savadori, Milwaukee Aprilia
Lorenzo Savadori, Milwaukee Aprilia
Lorenzo Savadori, Milwaukee Aprilia
Lorenzo Savadori, Milwaukee Aprilia

Aprilia couve dans son giron un jeune pilote italien, Lorenzo Savadori. Rookie l'an dernier en WSBK après avoir remporté le titre en Superstock 1000, il avait été capable de se faire remarquer dès sa première campagne au guidon de l'Aprilia RSV4 RF et s'était imposé comme le leader du programme de la marque en World Superbike.

Cette saison, et alors que les machines de Noale sont à présent confiées au team Milwaukee et non plus à IodaRacing, Savadori se montre plus discret et peine à émerger. Associé au revenant Eugene Laverty, il occupe actuellement la 14e place du championnat contre la dixième pour l'Irlandais, qui mène la plupart du temps les débats. Si Laverty a été par trois fois battu en course par Savadori en chutant (Buriram, Imola, Laguna Seca), il évoluait alors bien plus haut dans le peloton avant de partir à la faute. L'Italien n'a véritablement pris l'ascendant à la régulière qu'à trois reprises : à Phillip Island où ils ont fini neuvième et dixième, à Donington avec leurs 12e et 13e positions, mais surtout sur la première course d'Assen, où il a décroché son meilleur résultat à ce stade de la saison, une cinquième place.

Cette année, outre le changement de team, le pilote de Cesena a également dû composer avec une blessure, fruit d'une violente chute à Buriram. Selon Romano Albesiano, responsable du programme Aprilia, cet accident a marqué un coup d'arrêt dans le parcours du jeune Italien, qui doit depuis retrouver ses marques. "Sa chute en Thaïlande et la blessure qui est en a résulté, et qui l'a obligé à manquer la manche suivante, lui ont fait perdre confiance et il n'a plus réussi, à part de temps en temps, à rééditer les performances importantes qu'il nous avait fait voir l'année dernière", souligne celui-ci dans une interview accordée à Motorsport.com avant la manche de Laguna Seca.

"Ça n'est pas simple de reprendre le fil et nous ferons tout pour l'aider. D'autant que la moto n'est sûrement pas moins bonne par rapport à 2016, et il arrivait alors à être compétitif à son guidon", assure Romano Albesiano, qui jugeait récemment que les performances de la RSV4 RF pouvaient s'améliorer malgré la réduction du budget alloué au Superbike en comparaison du MotoGP.

"Il y a un autre paramètre, qui sont les pneus. L'année dernière, il y avait une solution pour les qualifications qui durait pour un seul tour mais qui faisait une grande différence et il arrivait à très bien l'exploiter. Cette année, les pneus [qualifs] sont différents, ils durent plus de tours, mais Lorenzo n'y arrive plus", poursuit le patron des troupes. L'an dernier, et en particulier après ses quatre premières manches dans la discipline, l'Italien était en effet devenu un protagoniste régulier des qualifications, multipliant les départs sur les trois premières lignes, avec en point d'orgue une troisième place sur la grille de Donington. Cette année, ses positionnements se sont affaiblis et notamment depuis l'arrivée des nouveaux pneus de qualifications, conçus pour avoir une meilleure durée de vie.

Plus globalement, Albesiano aimerait voir son pilote gagner en efficacité en pneus neufs. "Concernant les pneus course, les données qui ressortent sont que, au début, en pneus neufs, ses temps au tour ne sont pas ce qu'ils devraient être. En substance, il n'y a pas de différence entre les premiers tours et les derniers, les performances plafonnent. C'est une chose sur laquelle nous devons travailler avec Lorenzo, étant donné que Laverty a démontré à Misano [et à Laguna Seca, ndlr] qu'il est possible d'aller fort en pneus neufs."

"Probablement" un test en MotoGP

Malgré un bilan de mi-saison qui sonne donc comme un appel au progrès, Lorenzo Savadori reste chouchouté par Aprilia, qui désire inscrire leur union dans la durée. "Lorenzo est un pilote très lié à notre image. Nous aimerions le garder dans notre projet en général. Nous verrons si c'est possible", indiquait encore Romano Albesiano il y a quelques jours à Motorsport.com.

Par la même occasion, le patron d'Aprilia Racing nous confirmait que Savadori pourrait un jour ou l'autre tester la RS-GP, engagée en Grand Prix : "Cela nous intéresserait de lui faire faire un test avec la MotoGP, et nous le ferons probablement. Pour le moment, nous avons essayé de ne pas le déranger, nous l'avons laissé se concentrer sur le projet actuel en Superbike."

Interview Marcello Pollini

partages
commentaires
Jarvis : "C'est une saison très serrée, étrange même"

Article précédent

Jarvis : "C'est une saison très serrée, étrange même"

Article suivant

Márquez, leader incrédule d'un championnat disputé

Márquez, leader incrédule d'un championnat disputé
Charger les commentaires