Aprilia doit gagner "deux ou trois dixièmes" selon Espargaró

Alors que le constructeur a déjà testé plusieurs nouveautés à Jerez, Aleix Espargaró compte sur une Aprilia "assez différente" pour réduire l'écart avec les autres marques en 2022.

Aprilia doit gagner "deux ou trois dixièmes" selon Espargaró

Aleix Espargaró et Maverick Viñales n'ont pas encore pu tester l'Aprilia version 2022 mais la marque a néanmoins apporté d'importantes évolutions au test de Jerez. La RS-GP était dotée d'un nouvel embrayage et d'un échappement revu, mais c'est surtout sous la carrosserie que la moto a évolué. S'il faudra attendre le test de Sepang, début 2022, pour découvrir les petites touches apportées afin d'améliorer l'aérodynamique de l'Aprilia, une partie du nouveau moteur a déjà été évaluée, et Romano Albesiano se satisfait du travail effectué sur des phases clés de la performance comme le freinage.

"À Jerez, nous avions énormément de choses importantes, parmi lesquelles un moteur globalement nouveau, avec encore une spec de 2021 en termes de performances mais beaucoup de choses, au niveau du hardware du moteur, qui ont changé de manière importante, avec d'excellents résultats", a détaillé le directeur technique d'Aprilia à GPOne.com. "Il y avait aussi un concept de châssis différent. Et puis nous avons travaillé sur la gestion de l'arrêt de la moto. C'est un facteur essentiel dont on parle peu mais qui est crucial dans la performance, et nous y avons beaucoup travaillé et fait de grands progrès. Quant aux nouveautés aérodynamiques, nous n'avions pas besoin de les apporter ici. Nous avons testé certaines choses, mais rien de révolutionnaire."

"Nous sommes convaincus que notre concept aéro est très bon et nous le maintiendrons, alors ne vous attendez pas à un quelconque bouleversement, il n'y en aura pas. Ce sera peaufiné, l'aéro va toujours vers une meilleure efficacité, avec donc plus de forces utiles en termes de résistance et un meilleur refroidissement. Quelque chose de nouveau et d'un peu plus visible se verra à Sepang. Mais ne vous attendez pas à une révolution de concept ou d'esthétique en termes d'aéro, car nous ne pensons pas en avoir besoin."

Aleix Espargaró attend ces nouveautés avec impatience après une fin de saison en dessous de ses attentes. Souvent capable de rester à proximité du groupe de tête jusqu'à l'été, ce qui s'est concrétisé avec le premier podium d'Aprilia dans l'ère MotoGP au GP de Grande-Bretagne, celui qui porte le projet de la marque depuis 2017 n'a plus été en mesure de voir l'arrivée à moins de dix secondes du leader dans les cinq dernières courses de la saison. Dès lors, il juge des progrès nécessaires et compte sur d'importantes évolutions l'an prochain.

"J'espère que la nouvelle moto sera plus rapide", a déclaré Espargaró au site officiel du MotoGP. "On doit gagner deux ou trois dixièmes si on veut se battre avec les autres marques. On a vu que Ducati était particulièrement rapide dans ce test, mais Honda et Suzuki aussi. On n'a pas fait le moindre progrès parce que la moto était exactement la même qu'à Valence mais il semble que la moto 2022 sera meilleure, assez différente. Malheureusement, on ne pourra pas la tester avant la Malaisie. J'espère qu'elle serra assez rapide."

Maverick Viñales

Maverick Viñales

La situation de Maverick Viñales est différente puisque l'il reste dans une phase d'adaptation à l'Aprilia. Interrogé sur ses attentes, le #12 s'est montré plus réservé sur les changements à apporter à la moto. "Je veux plus de certitudes avant de répondre", a-t-il déclaré, reconnaissant que les progrès devront surtout venir de son côté : "Je sens un gros potentiel sur la moto. Je peux le percevoir mais on ne peut pas encore l'exploiter. On avance pas à pas. Maintenant, on a beaucoup d'informations, l'usine a beaucoup de temps pour travailler. On aura beaucoup de choses à Sepang, un nouveau châssis, ça sera un nouveau départ. Ça va rendre le pilotage beaucoup plus simple."

Viñales a néanmoins ciblé des domaines à améliorer : "Pour nous c'est le turning. C'est là qu'on doit progresser. Mais on a compris comment en générer. Il faudra attendre jusqu'à Sepang pour le vérifier. C'est bien d'avoir une direction claire. Je suis très content, très satisfait du test."

Profiter pleinement des concessions n'est pas aisé

Comme cette année, Aprilia sera l'unique constructeur à disposer des concessions techniques en 2022, et donc d'une plus grande marge de manœuvre dans le développement de sa moto. Les concessions permettent aussi d'organiser des essais avec les titulaires en dehors des tests officiels. Viñales attend beaucoup de chaque journée en piste mais avec un calendrier 2022 atteignant un nombre record de 22 courses, il ne sera pas possible d'avoir un programme d'essais intensif.

"On veut profiter de toutes les journées possibles. Le seul problème, c'est que parfois les motos sont très loin. On ne peut pas les faire revenir et les renvoyer. Par exemple, si on est au Qatar, on ne peut pas faire un test [en Espagne] et renvoyer la moto sur une course. On essaie de faire le maximum de journées d'essais possible. C'est très important pour améliorer la moto."

"Chaque évolution, même si elle est petite, apportera beaucoup. Je vais aller à l'usine, parler de mes sensations lors du test et du reste. Je suis impatient de voir des progrès et je vais travailler."

Lire aussi :

Avec Léna Buffa

partages
commentaires

Related video

Joan Mir fait confiance à Suzuki mais "sonde un peu le marché"
Article précédent

Joan Mir fait confiance à Suzuki mais "sonde un peu le marché"

Article suivant

KTM officialise l'arrivée de Guidotti comme team manager

KTM officialise l'arrivée de Guidotti comme team manager
Charger les commentaires