Aucun problème identifié sur la combinaison de Quartararo

Les premières analyses d'Alpinestars, fabricant de la combinaison de Fabio Quartararo qui s'est ouverte en course à Barcelone, n'ont révélé aucune défaillance.

Aucun problème identifié sur la combinaison de Quartararo

Fabio Quartararo a disputé les derniers tours du Grand Prix de Catalogne avec sa combinaison ouverte, la fermeture éclair de cette dernière ayant glissé à quelques tours de l'arrivée, et il a franchi la ligne d'arrivée le torse au vent, s'étant préalablement débarrassé de la protection de poitrine qui ne tenait plus en place.

Beaucoup de choses ont été dites sur le comportement du pilote tricolore durant l'incident et sur la réaction tardive de la direction de course, qui n'a pas agi sur le moment mais a infligé une pénalité de trois secondes à Quartararo plusieurs heures après l'arrivée, une sanction qu'il a lui-même trouvé légère. La cause du souci rencontré pendant l'épreuve est en revanche toujours un mystère.

Lire aussi :

Dès l'arrivée, Quartararo a confié sa combinaison à Alpinestars, son fabricant, qui a immédiatement cherché l'origine du problème... en vain. Les premières analyses n'ont pas montré d'élément cassé ou défaillant sur le cuir, et la fermeture éclair est bien fonctionnelle, ce qui s'est vu après l'arrivée quand le pilote Yamaha a pu la remonter.

"À la suite de la course de MotoGP dimanche sur le Circuit de Barcelona-Catalunya, l'équipe Racing Development d'Alpinestars a lancé une enquête sur l'intégrité de la combinaison de course de Fabio Quartararo", précise l'équipementier italien dans une série de tweets. "Au cours de la première analyse ayant suivi la course, dans le camion d'Alpinestars Racing Development situé dans le paddock du MotoGP, l'équipe a constaté que la combinaison fonctionnait normalement, et que toutes les fermetures éclairs et systèmes de fermeture étaient totalement fonctionnels."

C'est par choix que Quartararo a fini la course avec sa combinaison ouverte puisque la refermer l'aurait obligé à perdre plusieurs secondes : "Quand c'est totalement ouvert, il faut tenir le cuir, le tirer vers le haut puis remonter la fermeture éclair, comme sur un jean", expliquait-il après l'arrivée, avant d'évoquer un "vrai mystère" lundi : "Aucun pilote chez Alpinestars n'a eu ça pendant des années et il fallait que ça m'arrive ! [rires]"

Alpinestars a par ailleurs précisé que l'airbag de Fabio Quartararo ne s'est pas déclenché, ce que certaines images pouvaient laisser penser. Il ne s'agissait en réalité que de l'air qui s'est engouffré dans la combinaison ouverte, une séquence comparée à un "effet parachute" par le pilote après la course. "Tous les équipements de la combinaison, dont le Tech-Air Airbag System, étaient intacts et totalement fonctionnels", a confirmé Alpinestars. "Le Tech-Air Airbag System ne s'est pas déployé durant la course, il a fonctionné comme prévu puisqu'il n'y a pas eu de chute."

Lire aussi :

L'entreprise va néanmoins poursuivre ses investigations pour s'assurer de ne pas revivre un tel événement : "Il ne s'agit que d'une première analyse, qui va être approfondie au laboratoire Alpinestars à notre siège, pour effectuer tous les essais et analyses afin de mieux comprendre la cause des événements", promet la marque.

Dès lundi, une solution alternative a été évaluée par Fabio Quartararo lors du test post-course organisé à Barcelone, avec un scratch supplémentaire pour garantir que le curseur, la languette qui permet de tirer sur une fermeture éclair, reste à la position voulue, mais l'évaluation n'a rien donné de bon : "On a essayé un nouveau système [...], qui n'est pas très intéressant", a estimé le leader du championnat, précisant que ce nouveau dispositif n'était "pas vraiment une sécurité".

partages
commentaires

Related video

Quartararo s'en sort bien : "Pour moi, c'était un drapeau noir"
Article précédent

Quartararo s'en sort bien : "Pour moi, c'était un drapeau noir"

Article suivant

Rossi alerte : "Il faudrait prendre la sécurité plus au sérieux"

Rossi alerte : "Il faudrait prendre la sécurité plus au sérieux"
Charger les commentaires