MotoGP GP de France

Bagnaia clarifie des mots "sortis de leur contexte" après la polémique

Pecco Bagnaia a tenu à clarifier la situation après la polémique née de ses propos tenus après le Grand Prix de France. Il assure que ses mots ont été "sortis de leur contexte".

Francesco Bagnaia, Ducati Team

Pecco Bagnaia a abandonné dimanche dernier lors du Grand Prix de France après un accrochage avec Maverick Viñales, survenu alors que les deux hommes se battaient pour la troisième place en début de course. Quelques instants plus tard, un accident effrayant a impliqué Luca Marini et Álex Márquez.

Seulement 13 pilotes ont vu l'arrivée au Mans et, lors de son habituel entretien avec les journalistes après l'épreuve, la question a été posée à l'Italien de savoir comment réduire le nombre d'accidents dans les premiers tours compte tenu de la tendance observée depuis le début de l'année.

"Depuis deux ans, on essaie de gagner dans les deux premiers tours", a-t-il répondu. "Quelqu'un qui est derrière essaie même de doubler cinq ou six pilotes en un tour et il ne faudrait pas que ce soit comme ça. On est tous à la limite, donc c'est une erreur de vouloir en faire plus, surtout dans la première partie de la course. Dans la situation d'aujourd'hui, toutes les motos peuvent gagner. Nous devons y réfléchir car ce n'est pas un scénario sûr."

"De la première à la dernière moto, tout le monde peut gagner. Il n'y a plus ces six ou sept dixièmes d'écart qu'il y avait habituellement entre une moto d'usine et une moto cliente. Les 'quatre fantastiques' [Rossi, Pedrosa, Stoner et Lorenzo] gagnaient parce qu'ils étaient les meilleurs et parce qu'ils avaient des motos officielles. Les autres étaient loin derrière parce qu'ils n'avaient pas le potentiel pour rouler en tête, ni le niveau technique. Maintenant, le niveau est très élevé, tout est poussé à la limite. Il faudrait retrouver un peu de cette différence entre les motos d'usine et les motos clientes, ou trouver une solution pour éviter certaines situations."

Les chutes en début de course sont nombreuses depuis le début de la saison.

Les chutes en début de course sont nombreuses depuis le début de la saison.

Le clip contenant ces propos a été diffusé sur le site officiel du MotoGP, ainsi qu'une réponse d'Hervé Poncharal, directeur de l'équipe Tech3 et président de l'IRTA, l'association des équipes. Le Français s'est montré très en colère alors que l'Italien a commencé sa carrière en MotoGP avec l'équipe satellite Pramac Racing.

Dans un entretien exclusif accordé à Motorsport.com, Pecco Bagnaia a tenu à clarifier la situation.  

"Ce qui a été publié est sorti de son contexte en raison de l'interprétation faite par certains", justifie-t-il. "On m'a interrogé sur la sécurité et la raison de l'augmentation des accidents, et j'ai simplement essayé de faire une comparaison en disant que ça n'arrivait pas avant. Je pense qu'il y a quelques années, il y avait moins de contacts parce qu'il y avait une grosse différence entre les meilleurs pilotes et les autres. Désormais, c'est beaucoup plus serré."

"Je suis arrivé en MotoGP avec une équipe satellite. Comment pourrais-je suggérer de créer un écart entre les motos d'usine et les motos satellites ? L'augmentation du nombre d'accidents est due au fait que le championnat est serré. On est tous de plus en plus proches et on freine tous à la limite. Même quand on part derrière et qu'on sait qu'on n'a pas le rythme pour être devant, on essaie de gagner autant de places que possible au départ pour tirer le meilleur parti des pneus neufs. C'est pour ça qu'il y a tant d'accidents en début de course."

Pecco Bagnaia estime également que cette polémique s'inscrit dans une "dynamique" croissante de controverse délibérément alimentée.

"Après Le Mans, j'ai déconnecté pendant trois jours, sans téléphone, et quand je me suis reconnecté, j'ai vu la polémique qui avait été engendrée avec Poncharal, amplifiée par le site officiel du championnat", observe-t-il. "Ça n'a cessé de grossir alors qu'à aucun moment je n'ai fait de commentaire pour créer une polémique. Au contraire, je suis conscient qu'il s'agit d'un sujet très sérieux, comme la sécurité."

"Malheureusement, on entre dans une dynamique où certains préfèrent chercher la polémique plutôt que parler des vainqueur ou des belles bagarres en piste. Ces derniers temps, on a trop parlé de choses qui ne sont pas de ma compétence. Je suis un pilote, j'aime ce sport et mon seul objectif est de gagner des courses et travailler avec mon équipe. Désormais, je ne parlerai que du sport, c'est ce que je connais le mieux, et je laisserai le reste aux autres. Je suis fatigue de devoir justifier chaque mot qui est sorti de son contexte comme prétexte pour ouvrir une polémique."

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Bottas en pourparlers pour sauver le projet KymiRing
Article suivant Joan Mir "en survie" et sans solutions sur la Honda

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse