Bastianini surpris par son nouveau podium à Misano

Après un samedi marqué par trois chutes, Enea Bastianini ne pensait pas être en mesure de décrocher son deuxième podium en autant de courses à Misano. L'Italien a encore réussi une belle remontée.

Bastianini surpris par son nouveau podium à Misano

Le deuxième rendez-vous de Misano a de grande similarités avec le premier pour Enea Bastianini, avec une spectaculaire remontée et une troisième place sous le drapeau à damier. Ce résultat s'est dessiné à cinq tours de l'arrivée, quand Pecco Bagnaia et Miguel Oliveira sont partis à la faute et qu'il a dépassé Álex Rins. Revenu sur Fabio Quartararo, il a doublé le Champion du monde 2021 dans l'ultime boucle pour s'offrir la dernière place sur le podium.

Un tel résultat paraissait pourtant bien peu probable après un samedi difficile, marqué par trois chutes sur une piste humide. "Ça a été un week-end très difficile pour moi", a rappelé l'Italien en conférence de presse. "[Samedi], j'ai détruit trois motos en huit tours ! [Dimanche], je n'étais pas confiant de pouvoir finir sur le podium. Mais au bout de beaucoup de tours, j'ai vu quel était mon rythme et j'étais très proche du premier groupe dans lequel se trouvaient Marc [Márquez] et Pecco."

"Dans les dix derniers tours, j'ai poussé fort pour récupérer quelques positions et, à la fin, j'étais quatrième et j'ai vu que Fabio était très proche. Dans le dernier tour, j'ai poussé pour le rattraper et je l'ai dépassé à Carro. Je tiens à remercier mon équipe car ils ont fait du très, très bon travail hier et aujourd'hui. Félicitations aussi à Fabio car il a été incroyable pendant toute la saison."

"Ma bataille avec Fabio a été très étrange parce qu'il jouait le titre et, à la fin, je l'ai battu", a ajouté Bastianini. "Mais au fond de moi, je me suis seulement dit que je voulais terminer troisième parce que j'étais très proche de lui. Je suis resté propre dans mes dépassements et je suis content." 

Même si le résultat final s'est avéré le même, les deux remontées de Misano ont été très différentes pour Bastianini. Au mois de septembre, le pilote Avintia avait surtout gagné des places en début d'épreuve alors que sa progression a été plus plus lente cette fois, si bien qu'il était encore hors du top 10 à mi-course, avant de réaliser plusieurs dépassements et de profiter des différentes chutes. Le contexte était également tout autre, avec des pneus au comportement différent en raison de l'évolution des conditions météo.

"Cette course était très différente de celle de Misano 1 parce qu'il faisait très froid. Je pense aussi que le pneu medium à l'avant était le bon choix, or Pecco et Jack [Miller] ont pris le hard, mais il n'était pas bien en milieu du virage. J'avais aussi essayé le hard pendant le test et j'étais tombé deux fois. Je me suis dit que pour le moment on allait essayer avec le medium et ça s'est avéré le bon choix." 

Autre différence avec le GP de Saint-Marin, Bastianini est parti quatre places plus loin que le mois dernier, les qualifications restant l'un de ses points faibles : "Je pars tout le temps entre la neuvième et la 16e place, et ce n'est pas bon pour la course car je dois faire beaucoup de dépassements. Je pense qu'il faut aussi qu'on travaille en EL4 le samedi pour faire plus de tours consécutifs parce que je fais toujours des runs courts. On va maintenant étudier ce que l'on peut faire pour la prochaine course." 

Les deux podiums conquis par Bastianini sont d'autant plus impressionnants qu'il ne dispose que de la version 2019 de la Ducati, moins performante que celles des pilotes de l'équipe officielle et du team Pramac. Le constructeur italien n'a pas encore annoncé quelles machines seront fournies à Gresini, que Bastianini rejoindra l'an prochain, et le natif de Rimini n'a qu'un mince espoir que ses performances lui permettront de disposer du modèle le plus récent.

"Je pense que l'année prochaine j'aurai la moto 2021 mais avec tout le meilleur matériel possible. J'ai parlé ce week-end avec toutes les personnes de Ducati, mais je pense qu'il sera impossible d'avoir la moto de 2022 l'année prochaine. Mais après cette course, on va à nouveau vérifier cela avec Gigi [Dall'Igna] et Davide [Tardozzi]. Avec Carletto [Carlo Pernat], mon manager, on va aller travailler ! [rires]"

Lire aussi :

Avec Léna Buffa

partages
commentaires
Pol Espargaró enfin sur le podium avec Honda : "C'est bon pour l'égo"
Article précédent

Pol Espargaró enfin sur le podium avec Honda : "C'est bon pour l'égo"

Article suivant

Jorge Lorenzo salue un titre "mérité" pour Quartararo et Yamaha

Jorge Lorenzo salue un titre "mérité" pour Quartararo et Yamaha
Charger les commentaires