Battre Zarco et aider Dovizioso : les deux objectifs de Petrucci

Danilo Petrucci entretient de nombreux objectifs pour la fin de saison, qu'ils soient personnels ou collectifs. Mais pour parvenir à ses fins, l'Italien sait devoir affiner son pilotage, et notamment la gestion du pneu arrière.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les récents résultats de Danilo Petrucci font le yo-yo. En effet, après avoir lutté jusque dans le dernier tour pour la victoire à Misano, l'Italien a été nulle part en Aragón deux semaines plus tard, terminant la course en 20e position.

Une différence de performance flagrante, et qui pourrait s'avérer préjudiciable dans sa lutte pour le statut de meilleur pilote satellite, pour lequel il est aux prises avec Johann Zarco. Après cette 14e manche du calendrier, 22 points séparent les deux hommes, soit un peu moins d'une victoire. 

"Mon objectif est de finir devant Zarco, car c'est le pilote avec lequel je me bats au championnat en vue du titre de meilleur pilote satellite", assène avec détermination le transalpin. "Je veux donc être aussi proche que possible du groupe de tête."

Un manque de régularité

En soi, l'écart avec le rookie peut sembler être un paradoxe, quand on sait que Petrucci évolue au guidon de la dernière-née des usines de Bologne, la GP17, alors que Zarco est sur une Yamaha accusant déjà un an d'âge.

Le pensionnaire de chez Pramac est par ailleurs monté à trois reprises sur le podium jusqu'ici cette saison, là où son adversaire français n'est entré qu'une seule fois dans le top 3, au Mans. 

Mais la régularité joue en faveur du Cannois, qui reste sur une série impressionnante de 13 arrivées consécutives dans les points. Pour Petrucci, c'est plus compliqué : à quelques abandons est venu en effet se greffer un manque de constance, à mettre sur le compte d'une gestion difficile du pneu arrière. 

L'exemple Dovizioso

Si les gommes sont sans nul doute à l'origine du nivellement des performances cette saison, certains pilotes parviennent, sur une même machine, à mieux tirer leur épingle du jeu, à l'instar d'un Andrea Dovizioso, en lice pour le titre face à Marc Márquez et Maverick Viñales. Un exemple à suivre selon Petrucci : "Je travaille là-dessus [la gestion du pneu arrière]", assure-t-il. "J'essaie de faire de mon mieux, mais ce n'est pas facile d'être rapide tout en refermant les gaz. Ce n'est pas naturel, mais Dovi est par exemple capable de le faire, et pas moi, je dois donc travailler."

En attendant des progrès tangibles dans ce secteur, l'Italien souhaite afficher un esprit d'équipe à toute épreuve, et se donne donc pour objectif, en cette fin d'exercice, de venir en aide à son compatriote de chez Ducati dans sa quête de titre. "Mon objectif, ce n'est pas spécialement d'être sur le podium, mais d'être le plus proche possible de Dovi", reprend-il. "Nous avons la même moto, et l'idée est peut-être de rester devant d'autres pilotes."

Pour être le meilleur allié du numéro 4 lors des quatre dernières courses du championnat, Petrucci devra donc trouver la clé pour parvenir à une usure régulière et raisonnable de son pneu arrière. "Honnêtement, cette année, toutes les pistes conviennent à la moto. Nous avons pu voir que sur des tracés où nous avions des difficultés par le passé, cette année nous avons pu être compétitifs", reconnaît-il, avant de nuancer : "Je pense que la clé cette saison c'est de [parvenir à] ménager le pneu lors de la seconde partie de course. Je pense que c'est le secret : être aussi rapide que possible, mais tout en ménageant le pneu arrière. Ce n'est pas facile. Pour moi, c'est toujours un domaine où je rencontre plus de difficultés comparé à Dovi par exemple. Nous sommes rapides dans toutes les conditions, mais sur la distance d'une course, lors de la seconde partie, je suis plus lent que Dovi, et même que Jorge Lorenzo."

Des progrès nécessaires au niveau du pilotage

Des difficultés que l'Italien explique par un style de pilotage trop agressif, et donc trop consommateur de gomme. "Je pense que cela provient de mon style de pilotage, mais aussi de mon poids", explique-t-il. "Je pense que c'est la combinaison des deux, car je suis très agressif sur les gaz. Je ne sais pas si c'est le fait de garder trop ouverts les gaz, ce qui engendre des glissades et du patinage."

Il n'y a cependant pas péril en la demeure alors que le pilote, qui fêtera ses 27 ans à la fin du mois, a été reconduit en 2018 durant l'été suite à ses excellents états de service. De quoi aborder la tête froide cette faiblesse dans son pilotage, pour débuter encore plus fort l'année prochaine. "Sincèrement, je n'ai pas trop de pression cette année", affirme-t-il. "Je suis OK pour l'an prochain. Je dois donc simplement apprendre, et être davantage préparé sur ces choses pour 2018. Mais pour le moment, je travaille uniquement sur mon style de pilotage, car au niveau du poids je suis toujours en train de travailler mais c'est difficile de descendre [rires]."

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Danilo Petrucci
Équipes Pramac Racing
Type d'article Actualités